fbpx

Mon Roi, c’est un film réalisé par Maïwenn (Polisse), joué par Emmanuelle Bercot –qui a remporté le prix de l’interprétation féminine à Cannes- et Vincent Cassel, monstre du cinéma français. Mon Roi, c’est l’histoire de Tony, une femme admise dans un centre de rééducation après une grave chute de ski. Pendant sa longue et douloureuse guérison, elle prend le temps de se remémorer l’histoire tumultueuse qu’elle a vécue avec son homme, son roi, Georgio. Pourquoi se sont-ils aimés ? Qui est réellement l’homme qu’elle a adoré ? Comment a-t- elle pu se soumettre à cette passion étouffante et destructrice ? Le film semble simplement nous dépeindre l’Amour mystérieux et incompréhensible. L’amour quoi.

Il y a biiiien longtemps, depuis la Vie d’Adèle, que je n’avais pas ressenti cette envie irrésistible : aller voir un film au cinéma. Il y a certains films comme ça, c’est une obligation de les voir le jour de leur sortie sous peine d’impatience aiguë.

Il y a certains films comme ça ! Tous les ingrédients sont réunis pour que le film vous soit dédié, avec la réalisatrice qu’il faut, les acteurs qu’il faut, l’histoire qu’il faut, la bande son qu’il faut. C’est le cas de Mon Roi. Tout a été fait pour que ça me plaise, et j’espère que c’est le cas pour vous.

Mon roi, emmanuelle bercot et vincent cassel gif

 

Mon roi, l’histoire d’un amour incompatible

Au départ, l’amour entre Tony et Georgio ne semble pas évident. Ils se connaissaient déjà étant jeunes et n’étaient pas tombés fous amoureux. C’est de nombreuses années après, en se croisant par hasard en boîte, que les anciens amis se retrouvent et tombent amoureux. Mais c’est flou et ça ne ressemble pas un coup de foudre Hollywoodien. Plutôt à un coup de foudre de la vraie vie : il y a une ambiguïté entre eux, une sorte d’essence magique, mais Georgio ne se rappelait plus d’elle, son cœur et son intérêt est volatile, et surtout, les vannes et les sarcasmes commencent.

Le coup de foudre n’est pas évident, il est électrique : comme deux aimants ils seront liés jusqu’à la fin du film, mais leurs comportements et personnalités sont radicalement opposés. Mince. Comment une histoire d’amour peut-elle fonctionner ainsi ?

Georgio est la représentation de l’homme épicurien, celui qui veut profiter de la vie à chaque instant, qui favorise le plaisir et le loisir avant tout, celui qui rit de tout et qui tourne tout au jeu. Un brin immature, c’est l’homme qui reste enfant malgré les épreuves difficiles de la vie, pour dédramatiser et cacher sa souffrance. Georgio est un lâche, il fuit les difficultés au lieu de les affronter face à face.

Tony, c’est la femme raisonnée et appliquée, elle souhaite organiser sa vie de façon claire et nette. Au lieu de foncer dans le tas, elle se préserve et réfléchit pour éviter de souffrir. Elle se connaît et réfléchit aux conséquences. Elle ne fuit pas les problèmes mais hurle, pleure, se révolte face à eux.

Voici le simple problème dans ce couple, l’incohérence entre leurs caractères. Ils vont s’aimer et seront incapables de se séparer, mais ils vont souffrir continuellement de leur incompatibilité. Comme le dit Georgio, c’est leurs différences qui les ont rapprochés, et leurs différences qui les éloignent. Pour moi, leur couple est donc une grosse contradiction et pas nécessairement un amour passionné.

Et c’est là que Maïwenn tire une leçon importante de la vie : l’amour n’est pas une chose idéale comme on le voit dans les films romantiques à l’eau de rose. C’est un combat extraordinaire, un lien incassable entre deux personnes, c’est la capacité magique à réunir deux entités opposées, par la force de je-ne-sais-quoi.

Maïwenn nous propose ici un film très personnel, qui creuse et expose les sentiments à l’état pur, l’incompréhension face à cette chose tant idéalisée, « l’Amour ». Il est temps d’arrêter les violons et les roses, et plutôt d’aller au cinéma pour voir Mon Roi, et se dire que l’amour est propre à chacun, avec une forme différente pour chaque couple, et qu’il ne faut pas croire que l’amour est mort dès qu’il y a une incompatibilité. Au contraire, l’amour commence.

mon roi critique d'une grande claque cinématographique emmanuelle bercot

Copyright StudioCanal – Emmanuelle Bercot, Vincent Cassel – Film Mon Roi

Des acteurs incroyables et un désordre ordonné

Emmanuelle Bercot est magnifique en être qui transpire les émotions et la vie. Vincent Cassel nous fait rire et nous énerve en homme séduisant et volatile. Ce duo d’acteurs explose en un feu d’artifice d’émotions pour le spectateur !

Merci à Louis Garrel, petit clown protecteur qui se moque gentiment de Georgio et prend soin de sa sœur Tony. Pour un rôle secondaire, il illumine le film avec ses singeries.

Maïwenn nous perd et nous provoque en passant d’une scène extrêmement drôle à une scène extrêmement douloureuse. On rit, on pleure, on rit, on pleure, comme ce couple. La composition de ce film est fouillis, les rushs sont jetés ici et là pour esquisser des moments de vie, et c’est aussi cette façon de raconter qui rend ce film pur et vivant.

— — — — — — — —

Merci d’avoir lu cette critique ! Et je profite aussi de cette fin d’article informelle pour dire à mon homme, Charli, que je l’aime plus que tout même si nous sommes « incompatibles » par moment, comme Vincent Cassel et Emmanuelle Bercot. Le vrai Amour avec un grand A, c’est le nôtre !

 

Réalisation

Nationalité

Année de sortie

Mon Roi, c’est un film réalisé par Maïwenn (Polisse), joué par Emmanuelle Bercot –qui a remporté le prix de l’interprétation féminine à Cannes- et Vincent Cassel, monstre du cinéma français. Mon Roi, c’est l’histoire de Tony, une femme admise dans un centre de rééducation après une grave chute de ski. Pendant sa longue et douloureuse guérison, elle prend le temps de se remémorer l’histoire tumultueuse qu’elle a vécue avec son homme, son roi, Georgio. Pourquoi se sont-ils aimés ? Qui est réellement l’homme qu’elle a adoré ? Comment a-t- elle pu se soumettre à cette passion étouffante et destructrice ? Le film semble simplement nous dépeindre l’Amour mystérieux et incompréhensible. L’amour quoi.

Il y a biiiien longtemps, depuis la Vie d’Adèle, que je n’avais pas ressenti cette envie irrésistible : aller voir un film au cinéma. Il y a certains films comme ça, c’est une obligation de les voir le jour de leur sortie sous peine d’impatience aiguë.

Il y a certains films comme ça ! Tous les ingrédients sont réunis pour que le film vous soit dédié, avec la réalisatrice qu’il faut, les acteurs qu’il faut, l’histoire qu’il faut, la bande son qu’il faut. C’est le cas de Mon Roi. Tout a été fait pour que ça me plaise, et j’espère que c’est le cas pour vous.

Mon roi, emmanuelle bercot et vincent cassel gif

 

Mon roi, l'histoire d'un amour incompatible

Au départ, l’amour entre Tony et Georgio ne semble pas évident. Ils se connaissaient déjà étant jeunes et n’étaient pas tombés fous amoureux. C’est de nombreuses années après, en se croisant par hasard en boîte, que les anciens amis se retrouvent et tombent amoureux. Mais c’est flou et ça ne ressemble pas un coup de foudre Hollywoodien. Plutôt à un coup de foudre de la vraie vie : il y a une ambiguïté entre eux, une sorte d’essence magique, mais Georgio ne se rappelait plus d’elle, son cœur et son intérêt est volatile, et surtout, les vannes et les sarcasmes commencent.

Le coup de foudre n’est pas évident, il est électrique : comme deux aimants ils seront liés jusqu’à la fin du film, mais leurs comportements et personnalités sont radicalement opposés. Mince. Comment une histoire d’amour peut-elle fonctionner ainsi ?

Georgio est la représentation de l’homme épicurien, celui qui veut profiter de la vie à chaque instant, qui favorise le plaisir et le loisir avant tout, celui qui rit de tout et qui tourne tout au jeu. Un brin immature, c’est l’homme qui reste enfant malgré les épreuves difficiles de la vie, pour dédramatiser et cacher sa souffrance. Georgio est un lâche, il fuit les difficultés au lieu de les affronter face à face.

Tony, c’est la femme raisonnée et appliquée, elle souhaite organiser sa vie de façon claire et nette. Au lieu de foncer dans le tas, elle se préserve et réfléchit pour éviter de souffrir. Elle se connaît et réfléchit aux conséquences. Elle ne fuit pas les problèmes mais hurle, pleure, se révolte face à eux.

Voici le simple problème dans ce couple, l’incohérence entre leurs caractères. Ils vont s’aimer et seront incapables de se séparer, mais ils vont souffrir continuellement de leur incompatibilité. Comme le dit Georgio, c’est leurs différences qui les ont rapprochés, et leurs différences qui les éloignent. Pour moi, leur couple est donc une grosse contradiction et pas nécessairement un amour passionné.

Et c’est là que Maïwenn tire une leçon importante de la vie : l’amour n’est pas une chose idéale comme on le voit dans les films romantiques à l’eau de rose. C’est un combat extraordinaire, un lien incassable entre deux personnes, c’est la capacité magique à réunir deux entités opposées, par la force de je-ne-sais-quoi.

Maïwenn nous propose ici un film très personnel, qui creuse et expose les sentiments à l’état pur, l’incompréhension face à cette chose tant idéalisée, « l’Amour ». Il est temps d’arrêter les violons et les roses, et plutôt d’aller au cinéma pour voir Mon Roi, et se dire que l’amour est propre à chacun, avec une forme différente pour chaque couple, et qu’il ne faut pas croire que l’amour est mort dès qu’il y a une incompatibilité. Au contraire, l’amour commence.

mon roi critique d'une grande claque cinématographique emmanuelle bercot

Copyright StudioCanal - Emmanuelle Bercot, Vincent Cassel - Film Mon Roi

Des acteurs incroyables et un désordre ordonné

Emmanuelle Bercot est magnifique en être qui transpire les émotions et la vie. Vincent Cassel nous fait rire et nous énerve en homme séduisant et volatile. Ce duo d’acteurs explose en un feu d’artifice d’émotions pour le spectateur !

Merci à Louis Garrel, petit clown protecteur qui se moque gentiment de Georgio et prend soin de sa sœur Tony. Pour un rôle secondaire, il illumine le film avec ses singeries.

Maïwenn nous perd et nous provoque en passant d’une scène extrêmement drôle à une scène extrêmement douloureuse. On rit, on pleure, on rit, on pleure, comme ce couple. La composition de ce film est fouillis, les rushs sont jetés ici et là pour esquisser des moments de vie, et c’est aussi cette façon de raconter qui rend ce film pur et vivant.

-- -- -- -- -- -- -- --

Merci d’avoir lu cette critique ! Et je profite aussi de cette fin d’article informelle pour dire à mon homme, Charli, que je l’aime plus que tout même si nous sommes « incompatibles » par moment, comme Vincent Cassel et Emmanuelle Bercot. Le vrai Amour avec un grand A, c’est le nôtre !

 

Josepha

Josepha

http://josepharouxel.fr

Je me suis lancée dans l’aventure du blog il y a trois ans, sur un overblog moche et sans contenu. Aujourd’hui, je me démène corps et âme pour ce projet gourmand : consommer du cinéma sans modération, avec plein d’autres passionnés ! Mes films de prédilection ? Les films d’auteurs, le cinéma français, les films mélodramatiques qui retournent la tête ! Le cinéma rend accro car “Foule du cinéma : foule en manque.”

Fiche technique

Genre

Réalisation

Tête d'affiche

Nationalité

Année de sortie

Mon Roi, c’est un film réalisé par Maïwenn (Polisse), joué par Emmanuelle Bercot –qui a remporté le prix de l’interprétation féminine à Cannes- et Vincent Cassel, monstre du cinéma français. Mon Roi, c’est l’histoire de Tony, une femme admise dans un centre de rééducation après une grave chute de ski. Pendant sa longue et douloureuse guérison, elle prend le temps de se remémorer l’histoire tumultueuse qu’elle a vécue avec son homme, son roi, Georgio. Pourquoi se sont-ils aimés ? Qui est réellement l’homme qu’elle a adoré ? Comment a-t- elle pu se soumettre à cette passion étouffante et destructrice ? Le film semble simplement nous dépeindre l’Amour mystérieux et incompréhensible. L’amour quoi.

Il y a biiiien longtemps, depuis la Vie d’Adèle, que je n’avais pas ressenti cette envie irrésistible : aller voir un film au cinéma. Il y a certains films comme ça, c’est une obligation de les voir le jour de leur sortie sous peine d’impatience aiguë.

Il y a certains films comme ça ! Tous les ingrédients sont réunis pour que le film vous soit dédié, avec la réalisatrice qu’il faut, les acteurs qu’il faut, l’histoire qu’il faut, la bande son qu’il faut. C’est le cas de Mon Roi. Tout a été fait pour que ça me plaise, et j’espère que c’est le cas pour vous.

Mon roi, emmanuelle bercot et vincent cassel gif

 

Mon roi, l'histoire d'un amour incompatible

Au départ, l’amour entre Tony et Georgio ne semble pas évident. Ils se connaissaient déjà étant jeunes et n’étaient pas tombés fous amoureux. C’est de nombreuses années après, en se croisant par hasard en boîte, que les anciens amis se retrouvent et tombent amoureux. Mais c’est flou et ça ne ressemble pas un coup de foudre Hollywoodien. Plutôt à un coup de foudre de la vraie vie : il y a une ambiguïté entre eux, une sorte d’essence magique, mais Georgio ne se rappelait plus d’elle, son cœur et son intérêt est volatile, et surtout, les vannes et les sarcasmes commencent.

Le coup de foudre n’est pas évident, il est électrique : comme deux aimants ils seront liés jusqu’à la fin du film, mais leurs comportements et personnalités sont radicalement opposés. Mince. Comment une histoire d’amour peut-elle fonctionner ainsi ?

Georgio est la représentation de l’homme épicurien, celui qui veut profiter de la vie à chaque instant, qui favorise le plaisir et le loisir avant tout, celui qui rit de tout et qui tourne tout au jeu. Un brin immature, c’est l’homme qui reste enfant malgré les épreuves difficiles de la vie, pour dédramatiser et cacher sa souffrance. Georgio est un lâche, il fuit les difficultés au lieu de les affronter face à face.

Tony, c’est la femme raisonnée et appliquée, elle souhaite organiser sa vie de façon claire et nette. Au lieu de foncer dans le tas, elle se préserve et réfléchit pour éviter de souffrir. Elle se connaît et réfléchit aux conséquences. Elle ne fuit pas les problèmes mais hurle, pleure, se révolte face à eux.

Voici le simple problème dans ce couple, l’incohérence entre leurs caractères. Ils vont s’aimer et seront incapables de se séparer, mais ils vont souffrir continuellement de leur incompatibilité. Comme le dit Georgio, c’est leurs différences qui les ont rapprochés, et leurs différences qui les éloignent. Pour moi, leur couple est donc une grosse contradiction et pas nécessairement un amour passionné.

Et c’est là que Maïwenn tire une leçon importante de la vie : l’amour n’est pas une chose idéale comme on le voit dans les films romantiques à l’eau de rose. C’est un combat extraordinaire, un lien incassable entre deux personnes, c’est la capacité magique à réunir deux entités opposées, par la force de je-ne-sais-quoi.

Maïwenn nous propose ici un film très personnel, qui creuse et expose les sentiments à l’état pur, l’incompréhension face à cette chose tant idéalisée, « l’Amour ». Il est temps d’arrêter les violons et les roses, et plutôt d’aller au cinéma pour voir Mon Roi, et se dire que l’amour est propre à chacun, avec une forme différente pour chaque couple, et qu’il ne faut pas croire que l’amour est mort dès qu’il y a une incompatibilité. Au contraire, l’amour commence.

mon roi critique d'une grande claque cinématographique emmanuelle bercot

Copyright StudioCanal - Emmanuelle Bercot, Vincent Cassel - Film Mon Roi

Des acteurs incroyables et un désordre ordonné

Emmanuelle Bercot est magnifique en être qui transpire les émotions et la vie. Vincent Cassel nous fait rire et nous énerve en homme séduisant et volatile. Ce duo d’acteurs explose en un feu d’artifice d’émotions pour le spectateur !

Merci à Louis Garrel, petit clown protecteur qui se moque gentiment de Georgio et prend soin de sa sœur Tony. Pour un rôle secondaire, il illumine le film avec ses singeries.

Maïwenn nous perd et nous provoque en passant d’une scène extrêmement drôle à une scène extrêmement douloureuse. On rit, on pleure, on rit, on pleure, comme ce couple. La composition de ce film est fouillis, les rushs sont jetés ici et là pour esquisser des moments de vie, et c’est aussi cette façon de raconter qui rend ce film pur et vivant.

-- -- -- -- -- -- -- --

Merci d’avoir lu cette critique ! Et je profite aussi de cette fin d’article informelle pour dire à mon homme, Charli, que je l’aime plus que tout même si nous sommes « incompatibles » par moment, comme Vincent Cassel et Emmanuelle Bercot. Le vrai Amour avec un grand A, c’est le nôtre !

 

Josepha

Josepha

http://josepharouxel.fr

Je me suis lancée dans l’aventure du blog il y a trois ans, sur un overblog moche et sans contenu. Aujourd’hui, je me démène corps et âme pour ce projet gourmand : consommer du cinéma sans modération, avec plein d’autres passionnés ! Mes films de prédilection ? Les films d’auteurs, le cinéma français, les films mélodramatiques qui retournent la tête ! Le cinéma rend accro car “Foule du cinéma : foule en manque.”

Ça correspond parfaitement à votre envie du moment ? Partagez à vos amis !

Pas encore rassasiés ?

Réalisation

Nationalité

Année de sortie

Mon Roi, c’est un film réalisé par Maïwenn (Polisse), joué par Emmanuelle Bercot –qui a remporté le prix de l’interprétation féminine à Cannes- et Vincent Cassel, monstre du cinéma français. Mon Roi, c’est l’histoire de Tony, une femme admise dans un centre de rééducation après une grave chute de ski. Pendant sa longue et douloureuse guérison, elle prend le temps de se remémorer l’histoire tumultueuse qu’elle a vécue avec son homme, son roi, Georgio. Pourquoi se sont-ils aimés ? Qui est réellement l’homme qu’elle a adoré ? Comment a-t- elle pu se soumettre à cette passion étouffante et destructrice ? Le film semble simplement nous dépeindre l’Amour mystérieux et incompréhensible. L’amour quoi.

Il y a biiiien longtemps, depuis la Vie d’Adèle, que je n’avais pas ressenti cette envie irrésistible : aller voir un film au cinéma. Il y a certains films comme ça, c’est une obligation de les voir le jour de leur sortie sous peine d’impatience aiguë.

Il y a certains films comme ça ! Tous les ingrédients sont réunis pour que le film vous soit dédié, avec la réalisatrice qu’il faut, les acteurs qu’il faut, l’histoire qu’il faut, la bande son qu’il faut. C’est le cas de Mon Roi. Tout a été fait pour que ça me plaise, et j’espère que c’est le cas pour vous.

Mon roi, emmanuelle bercot et vincent cassel gif

 

Mon roi, l'histoire d'un amour incompatible

Au départ, l’amour entre Tony et Georgio ne semble pas évident. Ils se connaissaient déjà étant jeunes et n’étaient pas tombés fous amoureux. C’est de nombreuses années après, en se croisant par hasard en boîte, que les anciens amis se retrouvent et tombent amoureux. Mais c’est flou et ça ne ressemble pas un coup de foudre Hollywoodien. Plutôt à un coup de foudre de la vraie vie : il y a une ambiguïté entre eux, une sorte d’essence magique, mais Georgio ne se rappelait plus d’elle, son cœur et son intérêt est volatile, et surtout, les vannes et les sarcasmes commencent.

Le coup de foudre n’est pas évident, il est électrique : comme deux aimants ils seront liés jusqu’à la fin du film, mais leurs comportements et personnalités sont radicalement opposés. Mince. Comment une histoire d’amour peut-elle fonctionner ainsi ?

Georgio est la représentation de l’homme épicurien, celui qui veut profiter de la vie à chaque instant, qui favorise le plaisir et le loisir avant tout, celui qui rit de tout et qui tourne tout au jeu. Un brin immature, c’est l’homme qui reste enfant malgré les épreuves difficiles de la vie, pour dédramatiser et cacher sa souffrance. Georgio est un lâche, il fuit les difficultés au lieu de les affronter face à face.

Tony, c’est la femme raisonnée et appliquée, elle souhaite organiser sa vie de façon claire et nette. Au lieu de foncer dans le tas, elle se préserve et réfléchit pour éviter de souffrir. Elle se connaît et réfléchit aux conséquences. Elle ne fuit pas les problèmes mais hurle, pleure, se révolte face à eux.

Voici le simple problème dans ce couple, l’incohérence entre leurs caractères. Ils vont s’aimer et seront incapables de se séparer, mais ils vont souffrir continuellement de leur incompatibilité. Comme le dit Georgio, c’est leurs différences qui les ont rapprochés, et leurs différences qui les éloignent. Pour moi, leur couple est donc une grosse contradiction et pas nécessairement un amour passionné.

Et c’est là que Maïwenn tire une leçon importante de la vie : l’amour n’est pas une chose idéale comme on le voit dans les films romantiques à l’eau de rose. C’est un combat extraordinaire, un lien incassable entre deux personnes, c’est la capacité magique à réunir deux entités opposées, par la force de je-ne-sais-quoi.

Maïwenn nous propose ici un film très personnel, qui creuse et expose les sentiments à l’état pur, l’incompréhension face à cette chose tant idéalisée, « l’Amour ». Il est temps d’arrêter les violons et les roses, et plutôt d’aller au cinéma pour voir Mon Roi, et se dire que l’amour est propre à chacun, avec une forme différente pour chaque couple, et qu’il ne faut pas croire que l’amour est mort dès qu’il y a une incompatibilité. Au contraire, l’amour commence.

mon roi critique d'une grande claque cinématographique emmanuelle bercot

Copyright StudioCanal - Emmanuelle Bercot, Vincent Cassel - Film Mon Roi

Des acteurs incroyables et un désordre ordonné

Emmanuelle Bercot est magnifique en être qui transpire les émotions et la vie. Vincent Cassel nous fait rire et nous énerve en homme séduisant et volatile. Ce duo d’acteurs explose en un feu d’artifice d’émotions pour le spectateur !

Merci à Louis Garrel, petit clown protecteur qui se moque gentiment de Georgio et prend soin de sa sœur Tony. Pour un rôle secondaire, il illumine le film avec ses singeries.

Maïwenn nous perd et nous provoque en passant d’une scène extrêmement drôle à une scène extrêmement douloureuse. On rit, on pleure, on rit, on pleure, comme ce couple. La composition de ce film est fouillis, les rushs sont jetés ici et là pour esquisser des moments de vie, et c’est aussi cette façon de raconter qui rend ce film pur et vivant.

-- -- -- -- -- -- -- --

Merci d’avoir lu cette critique ! Et je profite aussi de cette fin d’article informelle pour dire à mon homme, Charli, que je l’aime plus que tout même si nous sommes « incompatibles » par moment, comme Vincent Cassel et Emmanuelle Bercot. Le vrai Amour avec un grand A, c’est le nôtre !

 

Josepha

Josepha

http://josepharouxel.fr

Je me suis lancée dans l’aventure du blog il y a trois ans, sur un overblog moche et sans contenu. Aujourd’hui, je me démène corps et âme pour ce projet gourmand : consommer du cinéma sans modération, avec plein d’autres passionnés ! Mes films de prédilection ? Les films d’auteurs, le cinéma français, les films mélodramatiques qui retournent la tête ! Le cinéma rend accro car “Foule du cinéma : foule en manque.”

Fiche technique

Genre

Réalisation

Tête d'affiche

Nationalité

Année de sortie

Mon Roi, c’est un film réalisé par Maïwenn (Polisse), joué par Emmanuelle Bercot –qui a remporté le prix de l’interprétation féminine à Cannes- et Vincent Cassel, monstre du cinéma français. Mon Roi, c’est l’histoire de Tony, une femme admise dans un centre de rééducation après une grave chute de ski. Pendant sa longue et douloureuse guérison, elle prend le temps de se remémorer l’histoire tumultueuse qu’elle a vécue avec son homme, son roi, Georgio. Pourquoi se sont-ils aimés ? Qui est réellement l’homme qu’elle a adoré ? Comment a-t- elle pu se soumettre à cette passion étouffante et destructrice ? Le film semble simplement nous dépeindre l’Amour mystérieux et incompréhensible. L’amour quoi.

Il y a biiiien longtemps, depuis la Vie d’Adèle, que je n’avais pas ressenti cette envie irrésistible : aller voir un film au cinéma. Il y a certains films comme ça, c’est une obligation de les voir le jour de leur sortie sous peine d’impatience aiguë.

Il y a certains films comme ça ! Tous les ingrédients sont réunis pour que le film vous soit dédié, avec la réalisatrice qu’il faut, les acteurs qu’il faut, l’histoire qu’il faut, la bande son qu’il faut. C’est le cas de Mon Roi. Tout a été fait pour que ça me plaise, et j’espère que c’est le cas pour vous.

Mon roi, emmanuelle bercot et vincent cassel gif

 

Mon roi, l'histoire d'un amour incompatible

Au départ, l’amour entre Tony et Georgio ne semble pas évident. Ils se connaissaient déjà étant jeunes et n’étaient pas tombés fous amoureux. C’est de nombreuses années après, en se croisant par hasard en boîte, que les anciens amis se retrouvent et tombent amoureux. Mais c’est flou et ça ne ressemble pas un coup de foudre Hollywoodien. Plutôt à un coup de foudre de la vraie vie : il y a une ambiguïté entre eux, une sorte d’essence magique, mais Georgio ne se rappelait plus d’elle, son cœur et son intérêt est volatile, et surtout, les vannes et les sarcasmes commencent.

Le coup de foudre n’est pas évident, il est électrique : comme deux aimants ils seront liés jusqu’à la fin du film, mais leurs comportements et personnalités sont radicalement opposés. Mince. Comment une histoire d’amour peut-elle fonctionner ainsi ?

Georgio est la représentation de l’homme épicurien, celui qui veut profiter de la vie à chaque instant, qui favorise le plaisir et le loisir avant tout, celui qui rit de tout et qui tourne tout au jeu. Un brin immature, c’est l’homme qui reste enfant malgré les épreuves difficiles de la vie, pour dédramatiser et cacher sa souffrance. Georgio est un lâche, il fuit les difficultés au lieu de les affronter face à face.

Tony, c’est la femme raisonnée et appliquée, elle souhaite organiser sa vie de façon claire et nette. Au lieu de foncer dans le tas, elle se préserve et réfléchit pour éviter de souffrir. Elle se connaît et réfléchit aux conséquences. Elle ne fuit pas les problèmes mais hurle, pleure, se révolte face à eux.

Voici le simple problème dans ce couple, l’incohérence entre leurs caractères. Ils vont s’aimer et seront incapables de se séparer, mais ils vont souffrir continuellement de leur incompatibilité. Comme le dit Georgio, c’est leurs différences qui les ont rapprochés, et leurs différences qui les éloignent. Pour moi, leur couple est donc une grosse contradiction et pas nécessairement un amour passionné.

Et c’est là que Maïwenn tire une leçon importante de la vie : l’amour n’est pas une chose idéale comme on le voit dans les films romantiques à l’eau de rose. C’est un combat extraordinaire, un lien incassable entre deux personnes, c’est la capacité magique à réunir deux entités opposées, par la force de je-ne-sais-quoi.

Maïwenn nous propose ici un film très personnel, qui creuse et expose les sentiments à l’état pur, l’incompréhension face à cette chose tant idéalisée, « l’Amour ». Il est temps d’arrêter les violons et les roses, et plutôt d’aller au cinéma pour voir Mon Roi, et se dire que l’amour est propre à chacun, avec une forme différente pour chaque couple, et qu’il ne faut pas croire que l’amour est mort dès qu’il y a une incompatibilité. Au contraire, l’amour commence.

mon roi critique d'une grande claque cinématographique emmanuelle bercot

Copyright StudioCanal - Emmanuelle Bercot, Vincent Cassel - Film Mon Roi

Des acteurs incroyables et un désordre ordonné

Emmanuelle Bercot est magnifique en être qui transpire les émotions et la vie. Vincent Cassel nous fait rire et nous énerve en homme séduisant et volatile. Ce duo d’acteurs explose en un feu d’artifice d’émotions pour le spectateur !

Merci à Louis Garrel, petit clown protecteur qui se moque gentiment de Georgio et prend soin de sa sœur Tony. Pour un rôle secondaire, il illumine le film avec ses singeries.

Maïwenn nous perd et nous provoque en passant d’une scène extrêmement drôle à une scène extrêmement douloureuse. On rit, on pleure, on rit, on pleure, comme ce couple. La composition de ce film est fouillis, les rushs sont jetés ici et là pour esquisser des moments de vie, et c’est aussi cette façon de raconter qui rend ce film pur et vivant.

-- -- -- -- -- -- -- --

Merci d’avoir lu cette critique ! Et je profite aussi de cette fin d’article informelle pour dire à mon homme, Charli, que je l’aime plus que tout même si nous sommes « incompatibles » par moment, comme Vincent Cassel et Emmanuelle Bercot. Le vrai Amour avec un grand A, c’est le nôtre !

 

Josepha

Josepha

http://josepharouxel.fr

Je me suis lancée dans l’aventure du blog il y a trois ans, sur un overblog moche et sans contenu. Aujourd’hui, je me démène corps et âme pour ce projet gourmand : consommer du cinéma sans modération, avec plein d’autres passionnés ! Mes films de prédilection ? Les films d’auteurs, le cinéma français, les films mélodramatiques qui retournent la tête ! Le cinéma rend accro car “Foule du cinéma : foule en manque.”

Ça correspond parfaitement à votre envie du moment ? Partagez à vos amis !

Pas encore rassasiés ?