fbpx

Synopsis

Après l’armistice de la guerre 14-18, une petite ville allemande tente de revivre comme avant. Anna se rend tous les jours sur la tombe de son fiancé, Frantz, mort sur le front ennemi. Un jour, un jeune Français, Adrien, se recueille sur la tombe de son ami allemand. Cette présence va provoquer de vives réactions dans la ville.

Cher François Ozon,

Quelle déception. François Ozon, comment as-tu osé ? Pour moi, tu es un fin réalisateur, un philosophe, un AS des relations humaines ! Ozon, pour moi tu es le théâtre avec Gouttes d’eau sur Pierres Brûlantes, tu es la sexualité avec Jeune & Jolie, tu es le mystère avec Swimming Pool, tu es l’ambiguïté avec Une nouvelle amie !

Mais avec Frantz… Tu es un réalisateur de téléfilm qui décrit avec pâleur l’après-guerre, et qui survole, du bout de ta caméra timide, une histoire d’amour qui n’est pas assez scandaleuse, pas assez immorale, pas assez passionnée !

Certes, tu réussis à nous tenir en alerte avec le passage du noir & blanc à la couleur. Mais ce choix de mise en scène n’est même pas été réfléchi ! En sortant de la salle, on se creuse la tête : le noir et blanc symboliserait-il la tristesse, et la couleur les souvenirs joyeux ? La couleur ne symboliserait-elle pas le mensonge ? En réalité, tu nous dis dans une interview que tu as opté pour le noir et blanc simplement pour représenter visuellement la souffrance de l’après-guerre, et que tu étais frustré de ne pas utiliser la couleur, alors comme ça, juste pour le kiffe, tu as mis de la couleur ici et là, de façon « sensorielle ». Mais pourquoi ???

Certes, tu nous fait redécouvrir avec originalité cette période historique douloureuse, en te plaçant du côté du pays ennemi. Nous redécouvrons les tensions entre les Allemands et les Français, la haine ambiante qui flotte au détour de chaque rue. Mais c’est un fait : on s’ennuie !

Tu as dirigé Pierre Niney de façon creuse : il a gardé le même rôle qu’il joue dans tous ces films : le mec mi-gentil, mi-salaud, qui s’empêtre dans ses mensonges et qu’on n’arrive pas à détester. Niney, il est temps que tu trouves d’autres rôles !

Tu nous présentes une actrice Allemande, Paula Beer, qui est mignonne et agréable à l’écran, mais tu ne nous révèles pas une star au charme débordant comme tu l’as fait pour Ludivine Sagnier !

Tu l’auras compris cher François, malgré une mise en scène soignée et un scénario prometteur, Frantz nous laisse sur notre faim alors on t’attend au tournant pour ton prochain film !

Lettre ouverte à François Ozon : Frantz ? Tu peux mieux faire !

Genre

Réalisation

Nationalité

Année de sortie

Synopsis

Après l’armistice de la guerre 14-18, une petite ville allemande tente de revivre comme avant. Anna se rend tous les jours sur la tombe de son fiancé, Frantz, mort sur le front ennemi. Un jour, un jeune Français, Adrien, se recueille sur la tombe de son ami allemand. Cette présence va provoquer de vives réactions dans la ville.

Cher François Ozon,

Quelle déception. François Ozon, comment as-tu osé ? Pour moi, tu es un fin réalisateur, un philosophe, un AS des relations humaines ! Ozon, pour moi tu es le théâtre avec Gouttes d’eau sur Pierres Brûlantes, tu es la sexualité avec Jeune & Jolie, tu es le mystère avec Swimming Pool, tu es l’ambiguïté avec Une nouvelle amie !

Mais avec Frantz… Tu es un réalisateur de téléfilm qui décrit avec pâleur l’après-guerre, et qui survole, du bout de ta caméra timide, une histoire d’amour qui n’est pas assez scandaleuse, pas assez immorale, pas assez passionnée !

Certes, tu réussis à nous tenir en alerte avec le passage du noir & blanc à la couleur. Mais ce choix de mise en scène n’est même pas été réfléchi ! En sortant de la salle, on se creuse la tête : le noir et blanc symboliserait-il la tristesse, et la couleur les souvenirs joyeux ? La couleur ne symboliserait-elle pas le mensonge ? En réalité, tu nous dis dans une interview que tu as opté pour le noir et blanc simplement pour représenter visuellement la souffrance de l’après-guerre, et que tu étais frustré de ne pas utiliser la couleur, alors comme ça, juste pour le kiffe, tu as mis de la couleur ici et là, de façon « sensorielle ». Mais pourquoi ???

Certes, tu nous fait redécouvrir avec originalité cette période historique douloureuse, en te plaçant du côté du pays ennemi. Nous redécouvrons les tensions entre les Allemands et les Français, la haine ambiante qui flotte au détour de chaque rue. Mais c’est un fait : on s’ennuie !

Tu as dirigé Pierre Niney de façon creuse : il a gardé le même rôle qu’il joue dans tous ces films : le mec mi-gentil, mi-salaud, qui s’empêtre dans ses mensonges et qu'on n'arrive pas à détester. Niney, il est temps que tu trouves d’autres rôles !

Tu nous présentes une actrice Allemande, Paula Beer, qui est mignonne et agréable à l’écran, mais tu ne nous révèles pas une star au charme débordant comme tu l’as fait pour Ludivine Sagnier !

Tu l’auras compris cher François, malgré une mise en scène soignée et un scénario prometteur, Frantz nous laisse sur notre faim alors on t’attend au tournant pour ton prochain film !

Jo

Jo

Fiche technique

Genre

Réalisation

Tête d'affiche

Nationalité

Année de sortie

Synopsis

Après l’armistice de la guerre 14-18, une petite ville allemande tente de revivre comme avant. Anna se rend tous les jours sur la tombe de son fiancé, Frantz, mort sur le front ennemi. Un jour, un jeune Français, Adrien, se recueille sur la tombe de son ami allemand. Cette présence va provoquer de vives réactions dans la ville.

Cher François Ozon,

Quelle déception. François Ozon, comment as-tu osé ? Pour moi, tu es un fin réalisateur, un philosophe, un AS des relations humaines ! Ozon, pour moi tu es le théâtre avec Gouttes d’eau sur Pierres Brûlantes, tu es la sexualité avec Jeune & Jolie, tu es le mystère avec Swimming Pool, tu es l’ambiguïté avec Une nouvelle amie !

Mais avec Frantz… Tu es un réalisateur de téléfilm qui décrit avec pâleur l’après-guerre, et qui survole, du bout de ta caméra timide, une histoire d’amour qui n’est pas assez scandaleuse, pas assez immorale, pas assez passionnée !

Certes, tu réussis à nous tenir en alerte avec le passage du noir & blanc à la couleur. Mais ce choix de mise en scène n’est même pas été réfléchi ! En sortant de la salle, on se creuse la tête : le noir et blanc symboliserait-il la tristesse, et la couleur les souvenirs joyeux ? La couleur ne symboliserait-elle pas le mensonge ? En réalité, tu nous dis dans une interview que tu as opté pour le noir et blanc simplement pour représenter visuellement la souffrance de l’après-guerre, et que tu étais frustré de ne pas utiliser la couleur, alors comme ça, juste pour le kiffe, tu as mis de la couleur ici et là, de façon « sensorielle ». Mais pourquoi ???

Certes, tu nous fait redécouvrir avec originalité cette période historique douloureuse, en te plaçant du côté du pays ennemi. Nous redécouvrons les tensions entre les Allemands et les Français, la haine ambiante qui flotte au détour de chaque rue. Mais c’est un fait : on s’ennuie !

Tu as dirigé Pierre Niney de façon creuse : il a gardé le même rôle qu’il joue dans tous ces films : le mec mi-gentil, mi-salaud, qui s’empêtre dans ses mensonges et qu'on n'arrive pas à détester. Niney, il est temps que tu trouves d’autres rôles !

Tu nous présentes une actrice Allemande, Paula Beer, qui est mignonne et agréable à l’écran, mais tu ne nous révèles pas une star au charme débordant comme tu l’as fait pour Ludivine Sagnier !

Tu l’auras compris cher François, malgré une mise en scène soignée et un scénario prometteur, Frantz nous laisse sur notre faim alors on t’attend au tournant pour ton prochain film !

Jo

Jo

Ça correspond parfaitement à votre envie du moment ? Partagez à vos amis !

Pas encore rassasiés ?

Lettre ouverte à François Ozon : Frantz ? Tu peux mieux faire !

Genre

Réalisation

Nationalité

Année de sortie

Synopsis

Après l’armistice de la guerre 14-18, une petite ville allemande tente de revivre comme avant. Anna se rend tous les jours sur la tombe de son fiancé, Frantz, mort sur le front ennemi. Un jour, un jeune Français, Adrien, se recueille sur la tombe de son ami allemand. Cette présence va provoquer de vives réactions dans la ville.

Cher François Ozon,

Quelle déception. François Ozon, comment as-tu osé ? Pour moi, tu es un fin réalisateur, un philosophe, un AS des relations humaines ! Ozon, pour moi tu es le théâtre avec Gouttes d’eau sur Pierres Brûlantes, tu es la sexualité avec Jeune & Jolie, tu es le mystère avec Swimming Pool, tu es l’ambiguïté avec Une nouvelle amie !

Mais avec Frantz… Tu es un réalisateur de téléfilm qui décrit avec pâleur l’après-guerre, et qui survole, du bout de ta caméra timide, une histoire d’amour qui n’est pas assez scandaleuse, pas assez immorale, pas assez passionnée !

Certes, tu réussis à nous tenir en alerte avec le passage du noir & blanc à la couleur. Mais ce choix de mise en scène n’est même pas été réfléchi ! En sortant de la salle, on se creuse la tête : le noir et blanc symboliserait-il la tristesse, et la couleur les souvenirs joyeux ? La couleur ne symboliserait-elle pas le mensonge ? En réalité, tu nous dis dans une interview que tu as opté pour le noir et blanc simplement pour représenter visuellement la souffrance de l’après-guerre, et que tu étais frustré de ne pas utiliser la couleur, alors comme ça, juste pour le kiffe, tu as mis de la couleur ici et là, de façon « sensorielle ». Mais pourquoi ???

Certes, tu nous fait redécouvrir avec originalité cette période historique douloureuse, en te plaçant du côté du pays ennemi. Nous redécouvrons les tensions entre les Allemands et les Français, la haine ambiante qui flotte au détour de chaque rue. Mais c’est un fait : on s’ennuie !

Tu as dirigé Pierre Niney de façon creuse : il a gardé le même rôle qu’il joue dans tous ces films : le mec mi-gentil, mi-salaud, qui s’empêtre dans ses mensonges et qu'on n'arrive pas à détester. Niney, il est temps que tu trouves d’autres rôles !

Tu nous présentes une actrice Allemande, Paula Beer, qui est mignonne et agréable à l’écran, mais tu ne nous révèles pas une star au charme débordant comme tu l’as fait pour Ludivine Sagnier !

Tu l’auras compris cher François, malgré une mise en scène soignée et un scénario prometteur, Frantz nous laisse sur notre faim alors on t’attend au tournant pour ton prochain film !

Jo

Jo

Fiche technique

Genre

Réalisation

Tête d'affiche

Nationalité

Année de sortie

Synopsis

Après l’armistice de la guerre 14-18, une petite ville allemande tente de revivre comme avant. Anna se rend tous les jours sur la tombe de son fiancé, Frantz, mort sur le front ennemi. Un jour, un jeune Français, Adrien, se recueille sur la tombe de son ami allemand. Cette présence va provoquer de vives réactions dans la ville.

Cher François Ozon,

Quelle déception. François Ozon, comment as-tu osé ? Pour moi, tu es un fin réalisateur, un philosophe, un AS des relations humaines ! Ozon, pour moi tu es le théâtre avec Gouttes d’eau sur Pierres Brûlantes, tu es la sexualité avec Jeune & Jolie, tu es le mystère avec Swimming Pool, tu es l’ambiguïté avec Une nouvelle amie !

Mais avec Frantz… Tu es un réalisateur de téléfilm qui décrit avec pâleur l’après-guerre, et qui survole, du bout de ta caméra timide, une histoire d’amour qui n’est pas assez scandaleuse, pas assez immorale, pas assez passionnée !

Certes, tu réussis à nous tenir en alerte avec le passage du noir & blanc à la couleur. Mais ce choix de mise en scène n’est même pas été réfléchi ! En sortant de la salle, on se creuse la tête : le noir et blanc symboliserait-il la tristesse, et la couleur les souvenirs joyeux ? La couleur ne symboliserait-elle pas le mensonge ? En réalité, tu nous dis dans une interview que tu as opté pour le noir et blanc simplement pour représenter visuellement la souffrance de l’après-guerre, et que tu étais frustré de ne pas utiliser la couleur, alors comme ça, juste pour le kiffe, tu as mis de la couleur ici et là, de façon « sensorielle ». Mais pourquoi ???

Certes, tu nous fait redécouvrir avec originalité cette période historique douloureuse, en te plaçant du côté du pays ennemi. Nous redécouvrons les tensions entre les Allemands et les Français, la haine ambiante qui flotte au détour de chaque rue. Mais c’est un fait : on s’ennuie !

Tu as dirigé Pierre Niney de façon creuse : il a gardé le même rôle qu’il joue dans tous ces films : le mec mi-gentil, mi-salaud, qui s’empêtre dans ses mensonges et qu'on n'arrive pas à détester. Niney, il est temps que tu trouves d’autres rôles !

Tu nous présentes une actrice Allemande, Paula Beer, qui est mignonne et agréable à l’écran, mais tu ne nous révèles pas une star au charme débordant comme tu l’as fait pour Ludivine Sagnier !

Tu l’auras compris cher François, malgré une mise en scène soignée et un scénario prometteur, Frantz nous laisse sur notre faim alors on t’attend au tournant pour ton prochain film !

Jo

Jo

Ça correspond parfaitement à votre envie du moment ? Partagez à vos amis !

Pas encore rassasiés ?