fbpx

Adapté d’une pièce de théâtre, Les Bêtes du Sud Sauvage a été produit en 2012 par le réalisateur américain Benh Zeitlin. Une première réalisation plus que réussie puisqu’elle lui a valu pas moins de 19 récompenses et 4 nominations aux Oscars !

Au travers de cette fable moderne et écologiste, nous partons à la rencontre de Hushpuppy, qui vit dans le Bayou (une région marécageuse du sud de la Louisiane) avec son père. Tous deux habitent dans « Le Bassin », un territoire sauvage et libertaire où les autochtones vivent loin du monde moderne. Ils habitent des cabanes sur pilotis, vivent principalement de la pêche et organisent toutes sortes de fêtes de village.

Mais au delà de ce joyeux bazar, les habitants redoutent le jour où les effets du réchauffement climatique entraîneront la fonte des glaces, le détachement des glaciers puis la montée des eaux sur le Bayou. Et comme le dit si bien Hushpuppy : « Dans l’univers tout est à sa place. Il suffit qu’une seule petite chose se casse, et c’est l’univers entier qui est cassé. »

Les Bêtes du Sud Sauvage, poésie de fin du monde

Copyright ARP Sélection – Quvenzhané Wallis

C’est à travers ses yeux d’enfant que l’on assiste à la catastrophe écologique que tout le monde redoutait. Son environnement est submergé, son monde anéanti. Elle va alors devoir apprendre à se défendre, se nourrir et grandir sur un territoire où la nature a repris ses droits.

Les Bêtes du Sud Sauvage est l’un de ces films qui incitent à penser le monde et son devenir. La profondeur poétique de certaines séquences tranche avec le réalisme brutal du scénario. La justesse des acteurs et l’utilisation de symboles fantastiques en font un joyau inclassable.

Une quête initiatique qui pose de nombreuses questions sur les liens familiaux, l’enfance, la nature et l’empreinte que l’homme laisse derrière lui. On n’en sort pas indemne.

A voir, absolument !

Les Bêtes du Sud Sauvage, poésie de fin du monde

Réalisation

Nationalité

Année de sortie

Adapté d’une pièce de théâtre, Les Bêtes du Sud Sauvage a été produit en 2012 par le réalisateur américain Benh Zeitlin. Une première réalisation plus que réussie puisqu'elle lui a valu pas moins de 19 récompenses et 4 nominations aux Oscars !

Au travers de cette fable moderne et écologiste, nous partons à la rencontre de Hushpuppy, qui vit dans le Bayou (une région marécageuse du sud de la Louisiane) avec son père. Tous deux habitent dans "Le Bassin", un territoire sauvage et libertaire où les autochtones vivent loin du monde moderne. Ils habitent des cabanes sur pilotis, vivent principalement de la pêche et organisent toutes sortes de fêtes de village.

Mais au delà de ce joyeux bazar, les habitants redoutent le jour où les effets du réchauffement climatique entraîneront la fonte des glaces, le détachement des glaciers puis la montée des eaux sur le Bayou. Et comme le dit si bien Hushpuppy : "Dans l'univers tout est à sa place. Il suffit qu'une seule petite chose se casse, et c'est l'univers entier qui est cassé."

Les Bêtes du Sud Sauvage, poésie de fin du monde

Copyright ARP Sélection - Quvenzhané Wallis

C’est à travers ses yeux d’enfant que l’on assiste à la catastrophe écologique que tout le monde redoutait. Son environnement est submergé, son monde anéanti. Elle va alors devoir apprendre à se défendre, se nourrir et grandir sur un territoire où la nature a repris ses droits.

Les Bêtes du Sud Sauvage est l'un de ces films qui incitent à penser le monde et son devenir. La profondeur poétique de certaines séquences tranche avec le réalisme brutal du scénario. La justesse des acteurs et l’utilisation de symboles fantastiques en font un joyau inclassable.

Une quête initiatique qui pose de nombreuses questions sur les liens familiaux, l'enfance, la nature et l'empreinte que l'homme laisse derrière lui. On n'en sort pas indemne.

A voir, absolument !

Elise Adde

Elise Adde

Comme un écureuil ferait ses réserves de noisettes pour l’hiver, je prends plaisir à dévorer toutes sortes de films et séries pour m’évader, me confronter parfois à la réalité ou bien partir en voyage. Quel plaisir de décrypter la mise en scène et la façon dont les réalisateurs portent leur message. Mes styles de prédilection : le cinéma réaliste et social (Ken Loach, je t’aime), les films de voyage et l’humour absurde (Edgar Wright, I love you). Le 7e art est surtout pour moi un « p’tit bonheur » précieux, à apprécier confortablement installée sur les vieux sièges rouges du ciné, ou bien au chaud, sous la couette !

Fiche technique

Genre

Réalisation

Tête d'affiche

Nationalité

Année de sortie

Adapté d’une pièce de théâtre, Les Bêtes du Sud Sauvage a été produit en 2012 par le réalisateur américain Benh Zeitlin. Une première réalisation plus que réussie puisqu'elle lui a valu pas moins de 19 récompenses et 4 nominations aux Oscars !

Au travers de cette fable moderne et écologiste, nous partons à la rencontre de Hushpuppy, qui vit dans le Bayou (une région marécageuse du sud de la Louisiane) avec son père. Tous deux habitent dans "Le Bassin", un territoire sauvage et libertaire où les autochtones vivent loin du monde moderne. Ils habitent des cabanes sur pilotis, vivent principalement de la pêche et organisent toutes sortes de fêtes de village.

Mais au delà de ce joyeux bazar, les habitants redoutent le jour où les effets du réchauffement climatique entraîneront la fonte des glaces, le détachement des glaciers puis la montée des eaux sur le Bayou. Et comme le dit si bien Hushpuppy : "Dans l'univers tout est à sa place. Il suffit qu'une seule petite chose se casse, et c'est l'univers entier qui est cassé."

Les Bêtes du Sud Sauvage, poésie de fin du monde

Copyright ARP Sélection - Quvenzhané Wallis

C’est à travers ses yeux d’enfant que l’on assiste à la catastrophe écologique que tout le monde redoutait. Son environnement est submergé, son monde anéanti. Elle va alors devoir apprendre à se défendre, se nourrir et grandir sur un territoire où la nature a repris ses droits.

Les Bêtes du Sud Sauvage est l'un de ces films qui incitent à penser le monde et son devenir. La profondeur poétique de certaines séquences tranche avec le réalisme brutal du scénario. La justesse des acteurs et l’utilisation de symboles fantastiques en font un joyau inclassable.

Une quête initiatique qui pose de nombreuses questions sur les liens familiaux, l'enfance, la nature et l'empreinte que l'homme laisse derrière lui. On n'en sort pas indemne.

A voir, absolument !

Elise Adde

Elise Adde

Comme un écureuil ferait ses réserves de noisettes pour l’hiver, je prends plaisir à dévorer toutes sortes de films et séries pour m’évader, me confronter parfois à la réalité ou bien partir en voyage. Quel plaisir de décrypter la mise en scène et la façon dont les réalisateurs portent leur message. Mes styles de prédilection : le cinéma réaliste et social (Ken Loach, je t’aime), les films de voyage et l’humour absurde (Edgar Wright, I love you). Le 7e art est surtout pour moi un « p’tit bonheur » précieux, à apprécier confortablement installée sur les vieux sièges rouges du ciné, ou bien au chaud, sous la couette !

Ça correspond parfaitement à votre envie du moment ? Partagez à vos amis !

Pas encore rassasiés ?

Les Bêtes du Sud Sauvage, poésie de fin du monde

Réalisation

Nationalité

Année de sortie

Adapté d’une pièce de théâtre, Les Bêtes du Sud Sauvage a été produit en 2012 par le réalisateur américain Benh Zeitlin. Une première réalisation plus que réussie puisqu'elle lui a valu pas moins de 19 récompenses et 4 nominations aux Oscars !

Au travers de cette fable moderne et écologiste, nous partons à la rencontre de Hushpuppy, qui vit dans le Bayou (une région marécageuse du sud de la Louisiane) avec son père. Tous deux habitent dans "Le Bassin", un territoire sauvage et libertaire où les autochtones vivent loin du monde moderne. Ils habitent des cabanes sur pilotis, vivent principalement de la pêche et organisent toutes sortes de fêtes de village.

Mais au delà de ce joyeux bazar, les habitants redoutent le jour où les effets du réchauffement climatique entraîneront la fonte des glaces, le détachement des glaciers puis la montée des eaux sur le Bayou. Et comme le dit si bien Hushpuppy : "Dans l'univers tout est à sa place. Il suffit qu'une seule petite chose se casse, et c'est l'univers entier qui est cassé."

Les Bêtes du Sud Sauvage, poésie de fin du monde

Copyright ARP Sélection - Quvenzhané Wallis

C’est à travers ses yeux d’enfant que l’on assiste à la catastrophe écologique que tout le monde redoutait. Son environnement est submergé, son monde anéanti. Elle va alors devoir apprendre à se défendre, se nourrir et grandir sur un territoire où la nature a repris ses droits.

Les Bêtes du Sud Sauvage est l'un de ces films qui incitent à penser le monde et son devenir. La profondeur poétique de certaines séquences tranche avec le réalisme brutal du scénario. La justesse des acteurs et l’utilisation de symboles fantastiques en font un joyau inclassable.

Une quête initiatique qui pose de nombreuses questions sur les liens familiaux, l'enfance, la nature et l'empreinte que l'homme laisse derrière lui. On n'en sort pas indemne.

A voir, absolument !

Elise Adde

Elise Adde

Comme un écureuil ferait ses réserves de noisettes pour l’hiver, je prends plaisir à dévorer toutes sortes de films et séries pour m’évader, me confronter parfois à la réalité ou bien partir en voyage. Quel plaisir de décrypter la mise en scène et la façon dont les réalisateurs portent leur message. Mes styles de prédilection : le cinéma réaliste et social (Ken Loach, je t’aime), les films de voyage et l’humour absurde (Edgar Wright, I love you). Le 7e art est surtout pour moi un « p’tit bonheur » précieux, à apprécier confortablement installée sur les vieux sièges rouges du ciné, ou bien au chaud, sous la couette !

Fiche technique

Genre

Réalisation

Tête d'affiche

Nationalité

Année de sortie

Adapté d’une pièce de théâtre, Les Bêtes du Sud Sauvage a été produit en 2012 par le réalisateur américain Benh Zeitlin. Une première réalisation plus que réussie puisqu'elle lui a valu pas moins de 19 récompenses et 4 nominations aux Oscars !

Au travers de cette fable moderne et écologiste, nous partons à la rencontre de Hushpuppy, qui vit dans le Bayou (une région marécageuse du sud de la Louisiane) avec son père. Tous deux habitent dans "Le Bassin", un territoire sauvage et libertaire où les autochtones vivent loin du monde moderne. Ils habitent des cabanes sur pilotis, vivent principalement de la pêche et organisent toutes sortes de fêtes de village.

Mais au delà de ce joyeux bazar, les habitants redoutent le jour où les effets du réchauffement climatique entraîneront la fonte des glaces, le détachement des glaciers puis la montée des eaux sur le Bayou. Et comme le dit si bien Hushpuppy : "Dans l'univers tout est à sa place. Il suffit qu'une seule petite chose se casse, et c'est l'univers entier qui est cassé."

Les Bêtes du Sud Sauvage, poésie de fin du monde

Copyright ARP Sélection - Quvenzhané Wallis

C’est à travers ses yeux d’enfant que l’on assiste à la catastrophe écologique que tout le monde redoutait. Son environnement est submergé, son monde anéanti. Elle va alors devoir apprendre à se défendre, se nourrir et grandir sur un territoire où la nature a repris ses droits.

Les Bêtes du Sud Sauvage est l'un de ces films qui incitent à penser le monde et son devenir. La profondeur poétique de certaines séquences tranche avec le réalisme brutal du scénario. La justesse des acteurs et l’utilisation de symboles fantastiques en font un joyau inclassable.

Une quête initiatique qui pose de nombreuses questions sur les liens familiaux, l'enfance, la nature et l'empreinte que l'homme laisse derrière lui. On n'en sort pas indemne.

A voir, absolument !

Elise Adde

Elise Adde

Comme un écureuil ferait ses réserves de noisettes pour l’hiver, je prends plaisir à dévorer toutes sortes de films et séries pour m’évader, me confronter parfois à la réalité ou bien partir en voyage. Quel plaisir de décrypter la mise en scène et la façon dont les réalisateurs portent leur message. Mes styles de prédilection : le cinéma réaliste et social (Ken Loach, je t’aime), les films de voyage et l’humour absurde (Edgar Wright, I love you). Le 7e art est surtout pour moi un « p’tit bonheur » précieux, à apprécier confortablement installée sur les vieux sièges rouges du ciné, ou bien au chaud, sous la couette !

Ça correspond parfaitement à votre envie du moment ? Partagez à vos amis !

Pas encore rassasiés ?