fbpx

Synopsis des Figures de l’ombre

Le destin extraordinaire des trois scientifiques afro-américaines qui ont permis aux États-Unis de prendre la tête de la conquête spatiale, grâce à la mise en orbite de l’astronaute John Glenn. Maintenues dans l’ombre de leurs collègues masculins et dans celle d’un pays en proie à de profondes inégalités, leur histoire longtemps restée méconnue est enfin portée à l’écran. 

Les fgures de l’ombre (Hidden Figures) est un film mettant les femmes à l’honneur, que l’histoire a fait en sorte d’oublier. Le destin de trois afro-américaines hors du commun dont la sortie était prédestinée pour la journée de la femme. Très belle symbolique, mais le film va au delà de ce clin d’oeil et raconte avec finesse le drame biographique d’un combat scientifique et morale de trois portraits, écrit par Margot Lee Sheterly.

3 portraits historiques qui passionnent

L’histoire de Hidden Figures nous transporte en nous racontant la destinée exceptionnelle de trois femmes afro-américaines qui ont œuvré pour la NASA et qui ont ainsi marqué l’histoire lors de la course américaine de la conquête spatiale face aux russes. L’une d’elle est rattachée au centre de calculs ayant pour objectif de définir les trajectoires et la mise en orbite d’un module spatiale pour envoyer le premier américain dans l’espace, la deuxième suivra un tracé différent et deviendra la première experte en informatique en acquérant la maitrise du tout premier ordinateur de calcul IBM, et enfin la troisième essaiera de devenir ingénieur en aéronautique, pour travailler sur le module spatiale américain. J’ai adoré ce film car il réunit des thèmes formidables en racontant une histoire inconnue, mais la rend très plaisante à regarder. C’est un feel-good movie qui cultive et qui passionne car il met en scène la réussite de ces trois femmes lors d’une période ou les personnes de couleur était en totale inégalité face au blanc, et ou l’Amérique était en crise face à la Russie.

Ces portraits croisés sont donc dépeints en toute humilité, et malgré la complexité des calculs montrés dans le film et l’extrême intelligence de nos trois afro-américaines, on est dans l’obligation de se sentir admiratif face à ces prodiges. Loin d’être pompeux et laborieux, l’humour et la simplicité des trois portraits rendent les mathématiciennes très attachantes, à tel point que l’on se sent proche d’elles. L’évolution de la ségrégation au sein de la NASA est très intéressante et même si cela nous semble aberrant aujourd’hui, le film nous rappelle la différence lamentable entre les deux ethnies qui subsistait il n’y a pas si longtemps de cela.

Le film réussit l’exploit de rendre une partie de l’histoire spatiale méconnue véritablement enivrante, grâce à des combats scientifiques et morales portés à l’écran avec une touche de génie. Le progrès et l’estime de soi sont les maîtres-mots de ce long-métrage.

Une direction d’acteurs parfaite

Le réalisateur Theodore Melfi a su diriger ses acteurs avec un sens de la réalisation remarquable. Chaque actrice principale est magnifiée et aucune ne se détache des autres, même si la troisième, Mary (Janelle Monae), est le portrait avec le moins de séquences, mais son charme fou suffit à nous captiver lors de chacune d’elle. Le rôle d’Al Harrison, chef du projet spatial et interprété par un grand Kevin Cosner, est également très important et porte le film vers une crédibilité accrue. On notera également l’agréable surprise de voir à l’écran Jim Parsons (Sheldon Cooper dans The Big Bang Theorie), dans un rôle inattendu mais joué avec justesse. Enfin, Mahershala Ali (Moonlight) fait toujours son petit effet et confirme, même avec un petit rôle, qu’il fait parti des plus grands.

En défruinitive…

Les figures de l’ombre est un film qui vous passionnera, que vous soyez amateur ou non de science fiction et d’histoire, car la mise en scène rend le sujet agréable à regarder, avec notamment un choix de musique de qualité et une mise en scène qui est tout sauf ennuyante. C’est un film qui fait du bien, on en sort heureux, heureux d’avoir appris quelque chose et d’avoir pris conscience de la force de l’humanité dans sa capacité d’évoluer et de progresser. Les mathématiques vont vous rendre d’humeur joviale !

Les figures de l'ombre : vous allez aimer les mathématiques

Genre

Réalisation

Nationalité

Année de sortie

Synopsis des Figures de l'ombre

Le destin extraordinaire des trois scientifiques afro-américaines qui ont permis aux États-Unis de prendre la tête de la conquête spatiale, grâce à la mise en orbite de l’astronaute John Glenn. Maintenues dans l’ombre de leurs collègues masculins et dans celle d’un pays en proie à de profondes inégalités, leur histoire longtemps restée méconnue est enfin portée à l’écran. 

Les fgures de l'ombre (Hidden Figures) est un film mettant les femmes à l'honneur, que l'histoire a fait en sorte d'oublier. Le destin de trois afro-américaines hors du commun dont la sortie était prédestinée pour la journée de la femme. Très belle symbolique, mais le film va au delà de ce clin d'oeil et raconte avec finesse le drame biographique d'un combat scientifique et morale de trois portraits, écrit par Margot Lee Sheterly.

3 portraits historiques qui passionnent

L'histoire de Hidden Figures nous transporte en nous racontant la destinée exceptionnelle de trois femmes afro-américaines qui ont œuvré pour la NASA et qui ont ainsi marqué l'histoire lors de la course américaine de la conquête spatiale face aux russes. L'une d'elle est rattachée au centre de calculs ayant pour objectif de définir les trajectoires et la mise en orbite d'un module spatiale pour envoyer le premier américain dans l'espace, la deuxième suivra un tracé différent et deviendra la première experte en informatique en acquérant la maitrise du tout premier ordinateur de calcul IBM, et enfin la troisième essaiera de devenir ingénieur en aéronautique, pour travailler sur le module spatiale américain. J'ai adoré ce film car il réunit des thèmes formidables en racontant une histoire inconnue, mais la rend très plaisante à regarder. C'est un feel-good movie qui cultive et qui passionne car il met en scène la réussite de ces trois femmes lors d'une période ou les personnes de couleur était en totale inégalité face au blanc, et ou l'Amérique était en crise face à la Russie.

Ces portraits croisés sont donc dépeints en toute humilité, et malgré la complexité des calculs montrés dans le film et l'extrême intelligence de nos trois afro-américaines, on est dans l'obligation de se sentir admiratif face à ces prodiges. Loin d'être pompeux et laborieux, l'humour et la simplicité des trois portraits rendent les mathématiciennes très attachantes, à tel point que l'on se sent proche d'elles. L'évolution de la ségrégation au sein de la NASA est très intéressante et même si cela nous semble aberrant aujourd'hui, le film nous rappelle la différence lamentable entre les deux ethnies qui subsistait il n'y a pas si longtemps de cela.

Le film réussit l'exploit de rendre une partie de l'histoire spatiale méconnue véritablement enivrante, grâce à des combats scientifiques et morales portés à l'écran avec une touche de génie. Le progrès et l'estime de soi sont les maîtres-mots de ce long-métrage.

Une direction d'acteurs parfaite

Le réalisateur Theodore Melfi a su diriger ses acteurs avec un sens de la réalisation remarquable. Chaque actrice principale est magnifiée et aucune ne se détache des autres, même si la troisième, Mary (Janelle Monae), est le portrait avec le moins de séquences, mais son charme fou suffit à nous captiver lors de chacune d'elle. Le rôle d'Al Harrison, chef du projet spatial et interprété par un grand Kevin Cosner, est également très important et porte le film vers une crédibilité accrue. On notera également l'agréable surprise de voir à l'écran Jim Parsons (Sheldon Cooper dans The Big Bang Theorie), dans un rôle inattendu mais joué avec justesse. Enfin, Mahershala Ali (Moonlight) fait toujours son petit effet et confirme, même avec un petit rôle, qu'il fait parti des plus grands.

En défruinitive...

Les figures de l'ombre est un film qui vous passionnera, que vous soyez amateur ou non de science fiction et d'histoire, car la mise en scène rend le sujet agréable à regarder, avec notamment un choix de musique de qualité et une mise en scène qui est tout sauf ennuyante. C'est un film qui fait du bien, on en sort heureux, heureux d'avoir appris quelque chose et d'avoir pris conscience de la force de l'humanité dans sa capacité d'évoluer et de progresser. Les mathématiques vont vous rendre d'humeur joviale !

Simon

Simon

http://www.simonperoys.fr/

Calme et discret, j’ai un goût prononcé pour le 7e art ! Pourquoi ? Parce que le cinéma est un art formidable. Il permet de rêver, de se cultiver, de rire, de se retrouver, de s’émouvoir. Pour moi, il n’y a pas de genre de film parfait, le principal est d’en prendre plein les yeux ! J’essaye d’apprécier chaque film à sa juste valeur. Les salles obscures me font toujours un effet particulier, car quand j’étais enfant, je n’y allais pas souvent. Les séances étaient alors pour moi des moments tant attendus. Aujourd’hui, je déguste le cinéma sans modération pour me rafraichir les idées, tel un melon savoureux et sucré que l’on peut consommer à volonté.

Fiche technique

Genre

Réalisation

Tête d'affiche

Nationalité

Année de sortie

Synopsis des Figures de l'ombre

Le destin extraordinaire des trois scientifiques afro-américaines qui ont permis aux États-Unis de prendre la tête de la conquête spatiale, grâce à la mise en orbite de l’astronaute John Glenn. Maintenues dans l’ombre de leurs collègues masculins et dans celle d’un pays en proie à de profondes inégalités, leur histoire longtemps restée méconnue est enfin portée à l’écran. 

Les fgures de l'ombre (Hidden Figures) est un film mettant les femmes à l'honneur, que l'histoire a fait en sorte d'oublier. Le destin de trois afro-américaines hors du commun dont la sortie était prédestinée pour la journée de la femme. Très belle symbolique, mais le film va au delà de ce clin d'oeil et raconte avec finesse le drame biographique d'un combat scientifique et morale de trois portraits, écrit par Margot Lee Sheterly.

3 portraits historiques qui passionnent

L'histoire de Hidden Figures nous transporte en nous racontant la destinée exceptionnelle de trois femmes afro-américaines qui ont œuvré pour la NASA et qui ont ainsi marqué l'histoire lors de la course américaine de la conquête spatiale face aux russes. L'une d'elle est rattachée au centre de calculs ayant pour objectif de définir les trajectoires et la mise en orbite d'un module spatiale pour envoyer le premier américain dans l'espace, la deuxième suivra un tracé différent et deviendra la première experte en informatique en acquérant la maitrise du tout premier ordinateur de calcul IBM, et enfin la troisième essaiera de devenir ingénieur en aéronautique, pour travailler sur le module spatiale américain. J'ai adoré ce film car il réunit des thèmes formidables en racontant une histoire inconnue, mais la rend très plaisante à regarder. C'est un feel-good movie qui cultive et qui passionne car il met en scène la réussite de ces trois femmes lors d'une période ou les personnes de couleur était en totale inégalité face au blanc, et ou l'Amérique était en crise face à la Russie.

Ces portraits croisés sont donc dépeints en toute humilité, et malgré la complexité des calculs montrés dans le film et l'extrême intelligence de nos trois afro-américaines, on est dans l'obligation de se sentir admiratif face à ces prodiges. Loin d'être pompeux et laborieux, l'humour et la simplicité des trois portraits rendent les mathématiciennes très attachantes, à tel point que l'on se sent proche d'elles. L'évolution de la ségrégation au sein de la NASA est très intéressante et même si cela nous semble aberrant aujourd'hui, le film nous rappelle la différence lamentable entre les deux ethnies qui subsistait il n'y a pas si longtemps de cela.

Le film réussit l'exploit de rendre une partie de l'histoire spatiale méconnue véritablement enivrante, grâce à des combats scientifiques et morales portés à l'écran avec une touche de génie. Le progrès et l'estime de soi sont les maîtres-mots de ce long-métrage.

Une direction d'acteurs parfaite

Le réalisateur Theodore Melfi a su diriger ses acteurs avec un sens de la réalisation remarquable. Chaque actrice principale est magnifiée et aucune ne se détache des autres, même si la troisième, Mary (Janelle Monae), est le portrait avec le moins de séquences, mais son charme fou suffit à nous captiver lors de chacune d'elle. Le rôle d'Al Harrison, chef du projet spatial et interprété par un grand Kevin Cosner, est également très important et porte le film vers une crédibilité accrue. On notera également l'agréable surprise de voir à l'écran Jim Parsons (Sheldon Cooper dans The Big Bang Theorie), dans un rôle inattendu mais joué avec justesse. Enfin, Mahershala Ali (Moonlight) fait toujours son petit effet et confirme, même avec un petit rôle, qu'il fait parti des plus grands.

En défruinitive...

Les figures de l'ombre est un film qui vous passionnera, que vous soyez amateur ou non de science fiction et d'histoire, car la mise en scène rend le sujet agréable à regarder, avec notamment un choix de musique de qualité et une mise en scène qui est tout sauf ennuyante. C'est un film qui fait du bien, on en sort heureux, heureux d'avoir appris quelque chose et d'avoir pris conscience de la force de l'humanité dans sa capacité d'évoluer et de progresser. Les mathématiques vont vous rendre d'humeur joviale !

Simon

Simon

http://www.simonperoys.fr/

Calme et discret, j’ai un goût prononcé pour le 7e art ! Pourquoi ? Parce que le cinéma est un art formidable. Il permet de rêver, de se cultiver, de rire, de se retrouver, de s’émouvoir. Pour moi, il n’y a pas de genre de film parfait, le principal est d’en prendre plein les yeux ! J’essaye d’apprécier chaque film à sa juste valeur. Les salles obscures me font toujours un effet particulier, car quand j’étais enfant, je n’y allais pas souvent. Les séances étaient alors pour moi des moments tant attendus. Aujourd’hui, je déguste le cinéma sans modération pour me rafraichir les idées, tel un melon savoureux et sucré que l’on peut consommer à volonté.

Ça correspond parfaitement à votre envie du moment ? Partagez à vos amis !

Pas encore rassasiés ?

Les figures de l'ombre : vous allez aimer les mathématiques

Genre

Réalisation

Nationalité

Année de sortie

Synopsis des Figures de l'ombre

Le destin extraordinaire des trois scientifiques afro-américaines qui ont permis aux États-Unis de prendre la tête de la conquête spatiale, grâce à la mise en orbite de l’astronaute John Glenn. Maintenues dans l’ombre de leurs collègues masculins et dans celle d’un pays en proie à de profondes inégalités, leur histoire longtemps restée méconnue est enfin portée à l’écran. 

Les fgures de l'ombre (Hidden Figures) est un film mettant les femmes à l'honneur, que l'histoire a fait en sorte d'oublier. Le destin de trois afro-américaines hors du commun dont la sortie était prédestinée pour la journée de la femme. Très belle symbolique, mais le film va au delà de ce clin d'oeil et raconte avec finesse le drame biographique d'un combat scientifique et morale de trois portraits, écrit par Margot Lee Sheterly.

3 portraits historiques qui passionnent

L'histoire de Hidden Figures nous transporte en nous racontant la destinée exceptionnelle de trois femmes afro-américaines qui ont œuvré pour la NASA et qui ont ainsi marqué l'histoire lors de la course américaine de la conquête spatiale face aux russes. L'une d'elle est rattachée au centre de calculs ayant pour objectif de définir les trajectoires et la mise en orbite d'un module spatiale pour envoyer le premier américain dans l'espace, la deuxième suivra un tracé différent et deviendra la première experte en informatique en acquérant la maitrise du tout premier ordinateur de calcul IBM, et enfin la troisième essaiera de devenir ingénieur en aéronautique, pour travailler sur le module spatiale américain. J'ai adoré ce film car il réunit des thèmes formidables en racontant une histoire inconnue, mais la rend très plaisante à regarder. C'est un feel-good movie qui cultive et qui passionne car il met en scène la réussite de ces trois femmes lors d'une période ou les personnes de couleur était en totale inégalité face au blanc, et ou l'Amérique était en crise face à la Russie.

Ces portraits croisés sont donc dépeints en toute humilité, et malgré la complexité des calculs montrés dans le film et l'extrême intelligence de nos trois afro-américaines, on est dans l'obligation de se sentir admiratif face à ces prodiges. Loin d'être pompeux et laborieux, l'humour et la simplicité des trois portraits rendent les mathématiciennes très attachantes, à tel point que l'on se sent proche d'elles. L'évolution de la ségrégation au sein de la NASA est très intéressante et même si cela nous semble aberrant aujourd'hui, le film nous rappelle la différence lamentable entre les deux ethnies qui subsistait il n'y a pas si longtemps de cela.

Le film réussit l'exploit de rendre une partie de l'histoire spatiale méconnue véritablement enivrante, grâce à des combats scientifiques et morales portés à l'écran avec une touche de génie. Le progrès et l'estime de soi sont les maîtres-mots de ce long-métrage.

Une direction d'acteurs parfaite

Le réalisateur Theodore Melfi a su diriger ses acteurs avec un sens de la réalisation remarquable. Chaque actrice principale est magnifiée et aucune ne se détache des autres, même si la troisième, Mary (Janelle Monae), est le portrait avec le moins de séquences, mais son charme fou suffit à nous captiver lors de chacune d'elle. Le rôle d'Al Harrison, chef du projet spatial et interprété par un grand Kevin Cosner, est également très important et porte le film vers une crédibilité accrue. On notera également l'agréable surprise de voir à l'écran Jim Parsons (Sheldon Cooper dans The Big Bang Theorie), dans un rôle inattendu mais joué avec justesse. Enfin, Mahershala Ali (Moonlight) fait toujours son petit effet et confirme, même avec un petit rôle, qu'il fait parti des plus grands.

En défruinitive...

Les figures de l'ombre est un film qui vous passionnera, que vous soyez amateur ou non de science fiction et d'histoire, car la mise en scène rend le sujet agréable à regarder, avec notamment un choix de musique de qualité et une mise en scène qui est tout sauf ennuyante. C'est un film qui fait du bien, on en sort heureux, heureux d'avoir appris quelque chose et d'avoir pris conscience de la force de l'humanité dans sa capacité d'évoluer et de progresser. Les mathématiques vont vous rendre d'humeur joviale !

Simon

Simon

http://www.simonperoys.fr/

Calme et discret, j’ai un goût prononcé pour le 7e art ! Pourquoi ? Parce que le cinéma est un art formidable. Il permet de rêver, de se cultiver, de rire, de se retrouver, de s’émouvoir. Pour moi, il n’y a pas de genre de film parfait, le principal est d’en prendre plein les yeux ! J’essaye d’apprécier chaque film à sa juste valeur. Les salles obscures me font toujours un effet particulier, car quand j’étais enfant, je n’y allais pas souvent. Les séances étaient alors pour moi des moments tant attendus. Aujourd’hui, je déguste le cinéma sans modération pour me rafraichir les idées, tel un melon savoureux et sucré que l’on peut consommer à volonté.

Fiche technique

Genre

Réalisation

Tête d'affiche

Nationalité

Année de sortie

Synopsis des Figures de l'ombre

Le destin extraordinaire des trois scientifiques afro-américaines qui ont permis aux États-Unis de prendre la tête de la conquête spatiale, grâce à la mise en orbite de l’astronaute John Glenn. Maintenues dans l’ombre de leurs collègues masculins et dans celle d’un pays en proie à de profondes inégalités, leur histoire longtemps restée méconnue est enfin portée à l’écran. 

Les fgures de l'ombre (Hidden Figures) est un film mettant les femmes à l'honneur, que l'histoire a fait en sorte d'oublier. Le destin de trois afro-américaines hors du commun dont la sortie était prédestinée pour la journée de la femme. Très belle symbolique, mais le film va au delà de ce clin d'oeil et raconte avec finesse le drame biographique d'un combat scientifique et morale de trois portraits, écrit par Margot Lee Sheterly.

3 portraits historiques qui passionnent

L'histoire de Hidden Figures nous transporte en nous racontant la destinée exceptionnelle de trois femmes afro-américaines qui ont œuvré pour la NASA et qui ont ainsi marqué l'histoire lors de la course américaine de la conquête spatiale face aux russes. L'une d'elle est rattachée au centre de calculs ayant pour objectif de définir les trajectoires et la mise en orbite d'un module spatiale pour envoyer le premier américain dans l'espace, la deuxième suivra un tracé différent et deviendra la première experte en informatique en acquérant la maitrise du tout premier ordinateur de calcul IBM, et enfin la troisième essaiera de devenir ingénieur en aéronautique, pour travailler sur le module spatiale américain. J'ai adoré ce film car il réunit des thèmes formidables en racontant une histoire inconnue, mais la rend très plaisante à regarder. C'est un feel-good movie qui cultive et qui passionne car il met en scène la réussite de ces trois femmes lors d'une période ou les personnes de couleur était en totale inégalité face au blanc, et ou l'Amérique était en crise face à la Russie.

Ces portraits croisés sont donc dépeints en toute humilité, et malgré la complexité des calculs montrés dans le film et l'extrême intelligence de nos trois afro-américaines, on est dans l'obligation de se sentir admiratif face à ces prodiges. Loin d'être pompeux et laborieux, l'humour et la simplicité des trois portraits rendent les mathématiciennes très attachantes, à tel point que l'on se sent proche d'elles. L'évolution de la ségrégation au sein de la NASA est très intéressante et même si cela nous semble aberrant aujourd'hui, le film nous rappelle la différence lamentable entre les deux ethnies qui subsistait il n'y a pas si longtemps de cela.

Le film réussit l'exploit de rendre une partie de l'histoire spatiale méconnue véritablement enivrante, grâce à des combats scientifiques et morales portés à l'écran avec une touche de génie. Le progrès et l'estime de soi sont les maîtres-mots de ce long-métrage.

Une direction d'acteurs parfaite

Le réalisateur Theodore Melfi a su diriger ses acteurs avec un sens de la réalisation remarquable. Chaque actrice principale est magnifiée et aucune ne se détache des autres, même si la troisième, Mary (Janelle Monae), est le portrait avec le moins de séquences, mais son charme fou suffit à nous captiver lors de chacune d'elle. Le rôle d'Al Harrison, chef du projet spatial et interprété par un grand Kevin Cosner, est également très important et porte le film vers une crédibilité accrue. On notera également l'agréable surprise de voir à l'écran Jim Parsons (Sheldon Cooper dans The Big Bang Theorie), dans un rôle inattendu mais joué avec justesse. Enfin, Mahershala Ali (Moonlight) fait toujours son petit effet et confirme, même avec un petit rôle, qu'il fait parti des plus grands.

En défruinitive...

Les figures de l'ombre est un film qui vous passionnera, que vous soyez amateur ou non de science fiction et d'histoire, car la mise en scène rend le sujet agréable à regarder, avec notamment un choix de musique de qualité et une mise en scène qui est tout sauf ennuyante. C'est un film qui fait du bien, on en sort heureux, heureux d'avoir appris quelque chose et d'avoir pris conscience de la force de l'humanité dans sa capacité d'évoluer et de progresser. Les mathématiques vont vous rendre d'humeur joviale !

Simon

Simon

http://www.simonperoys.fr/

Calme et discret, j’ai un goût prononcé pour le 7e art ! Pourquoi ? Parce que le cinéma est un art formidable. Il permet de rêver, de se cultiver, de rire, de se retrouver, de s’émouvoir. Pour moi, il n’y a pas de genre de film parfait, le principal est d’en prendre plein les yeux ! J’essaye d’apprécier chaque film à sa juste valeur. Les salles obscures me font toujours un effet particulier, car quand j’étais enfant, je n’y allais pas souvent. Les séances étaient alors pour moi des moments tant attendus. Aujourd’hui, je déguste le cinéma sans modération pour me rafraichir les idées, tel un melon savoureux et sucré que l’on peut consommer à volonté.

Ça correspond parfaitement à votre envie du moment ? Partagez à vos amis !

Pas encore rassasiés ?