Bloqués dans les couloirs du temps, Godefroy de Montmirail et son fidèle serviteur Jacquouille sont projetés dans une époque de profonds bouleversements politiques et sociaux : la Révolution Française… Plus précisément, la Terreur, période de grands dangers pendant laquelle les descendants de Jacquouille La Fripouille, révolutionnaires convaincus, confisquent le château et tous les biens des descendants de Godefroy de Montmirail, aristocrates arrogants en fuite dont la vie ne tient qu’à un fil.

“C’est de la bonne merdasse”.
Ça, c’est le titre qu’a donné Le Figaro à sa critique des Visiteurs 3 lors de sa sortie. J’ai vu ça, j’ai cliqué, j’ai tout lu, alors que j’allais voir le film le soir même : vive l’appréhension. Bilan après une heure cinquante de film : bah c’est pas si terrible que ça !
Allez, j’ose même le dire, j’ai bien aimé. Et si j’en crois les rires qui ont largement fusé pendant la séance, je ne suis pas la seule.

5 bonnes raisons de courir le voir:

©Nicolas Schul – GAUMONT – OUILLE PRODUCTIONS – NEXUS FACTORY

– On ne s’ennuie pas
Le moins qu’on puisse dire, c’est que dès le début, le film promet d’être hyper-actif. Je me suis volontiers laissée embarquée dans leur histoire un peu capillo-tractée et ne me suis pas ennuyée une seconde.

– Tout le monde est caricaturé
Ce film est une bonne vieille caricature comme on les aime. Des nobles poudrés follement ridicules qui deviennent attachiants (ils sont détestables, mais on les aime bien tout de même), des révolutionnaires très investis dans leur rôle, tournés en ridicules eux aussi. Au final, tout le monde en prend pour son grade et c’est assez jouissif.

– Les acteurs sont bons
Certains de ces nouveaux personnages sont (à mon point de vue) le point fort du film grâce à la prestation des acteurs : Karin Viard, Alex Lutz par exemple, sont vraiment drôles, et ont l’air de s’être amusés comme des fous en tournant le film. Forcément, on s’amuse aussi.

– Les références feront sourire les nostalgiques
Que ce soit Clavier ou Reno, les deux y vont de leurs répliques pour faire référence aux premiers volets des Visiteurs. Par exemple, la modernité du XXème siècle comparée à celle de la Révolution, j’ai trouvé le clin d’oeil sympathique !

– C’est un bon divertissement
Le scénario, les rebondissements et les blagues sont finalement très faciles mais c’est ce qu’on attend d’un divertissement comme les Visiteurs. Les blagues ne sont pas de haute volée mais ça libère bien l’esprit !

Thiphaine la framboise

Mais comme les critiques sont toujours très subjectives, Maxime et moi avons confronté nos deux visions du film. Si j’ai bien aimé, lui beaucoup moins, et il vous donne quelques bons arguments pour vous dissuader de le regarder.

5 bonnes raisons d’économiser votre temps :

©Nicolas Schul – GAUMONT – OUILLE PRODUCTIONS – NEXUS FACTORY

– Le scénario n’a aucun intérêt !
On se concentre sur la survie de la lignée des Montmirail durant la révolution, ce qui ne sert vraiment à rien ! Pourquoi ? Parce qu’on sait déjà que les Montmirail vont survivre au moins jusqu’au XXème siècle. Mais oui, vous savez, on a rencontré leur descendance dans deux films sortis il y a 20 ans qui sont estampillés « Les Visiteurs » si j’ai bonne mémoire. En gros, on regarde un film dont on connaît déjà la suite… TRÈS INTÉRESSANT N’EST-IL PAS ?

– Une flopée de personnages inutiles
C’est bien beau de vouloir mettre une troupe « d’acteurs en vogue du moment de leur génération » pour étoffer le casting, mais si c’est pour qu’ils ne servent à rien à part apporter leur nom à l’affiche, c’était pas la peine ! Remercions particulièrement Frédérique Bel et Lorànt Deutsch venus encaisser leur chèque pour leur caméo inutile, et apprécions ces superbes personnages dignes d’une pièce de théâtre de fin d’année scolaire lycéenne.

– Un film étrangement rythmé à l’humour vaseux et démodé
Le montage du film est très dynamique, il se passe plein de choses et on ne nous laisse pas le temps de souffler. Pourtant, c’est fou ce qu’on peut s’ennuyer devant… La raison ? L’humour, qui disons-le clairement, est bien en-dessous des précédents « Visiteurs », dont il reprend d’ailleurs plus de la moitié des sketchs, histoire de faire dans l’originalité… Je crois avoir esquissé trois sourires à tout casser, et c’était pour les gags les plus potaches en plus. Et franchement, pour que ce soit les « blagues de caca-prout » qui me fassent réagir, c’est vraiment que le reste s’est planté lamentablement… MORTE COUILLE !

– Une révolution totalement laissée de côté
Faire de la révolution française un simple contexte historique où l’on voit nos personnages faire 2-3 conneries, ça n’a strictement aucun intérêt. Ça marchait dans les deux premiers films car ils se déroulaient dans une période contemporaine que tout le monde connaît et c’est ce décalage qui rendait le tout intéressant et fun. Ici, le décalage n’est pas assez marqué, les deux protagonistes se fondant pratiquement dans le décor. Du coup moins de décalage, moins d’intérêt, donc moins de fun, CQFD.

– L’échec du duo Godefroy-Jacquouille
La relation entre les deux personnages n’évolue pas d’un iota pendant le film, alors que la prise de pouvoir des citoyens sur les nobles aurait pu mener à un conflit interne très intéressant entre eux. Godefroy est redevenu un cliché de noble malgré ses expériences dans le XXème siècle où il avait fait preuve de grandeur d’âme envers son écuyer, et Jacquouille n’est plus qu’un petit gars rigolo qui pue… et ça c’est drôle, pas vrai ? PAS VRAI ?

Maxime l’ananas

Réalisation

Nationalité

Année de sortie

Bloqués dans les couloirs du temps, Godefroy de Montmirail et son fidèle serviteur Jacquouille sont projetés dans une époque de profonds bouleversements politiques et sociaux : la Révolution Française... Plus précisément, la Terreur, période de grands dangers pendant laquelle les descendants de Jacquouille La Fripouille, révolutionnaires convaincus, confisquent le château et tous les biens des descendants de Godefroy de Montmirail, aristocrates arrogants en fuite dont la vie ne tient qu'à un fil.

“C’est de la bonne merdasse”.
Ça, c’est le titre qu’a donné Le Figaro à sa critique des Visiteurs 3 lors de sa sortie. J’ai vu ça, j’ai cliqué, j’ai tout lu, alors que j’allais voir le film le soir même : vive l’appréhension. Bilan après une heure cinquante de film : bah c’est pas si terrible que ça !
Allez, j’ose même le dire, j’ai bien aimé. Et si j’en crois les rires qui ont largement fusé pendant la séance, je ne suis pas la seule.

5 bonnes raisons de courir le voir:

©Nicolas Schul - GAUMONT - OUILLE PRODUCTIONS - NEXUS FACTORY

- On ne s’ennuie pas
Le moins qu’on puisse dire, c’est que dès le début, le film promet d’être hyper-actif. Je me suis volontiers laissée embarquée dans leur histoire un peu capillo-tractée et ne me suis pas ennuyée une seconde.

- Tout le monde est caricaturé
Ce film est une bonne vieille caricature comme on les aime. Des nobles poudrés follement ridicules qui deviennent attachiants (ils sont détestables, mais on les aime bien tout de même), des révolutionnaires très investis dans leur rôle, tournés en ridicules eux aussi. Au final, tout le monde en prend pour son grade et c’est assez jouissif.

- Les acteurs sont bons
Certains de ces nouveaux personnages sont (à mon point de vue) le point fort du film grâce à la prestation des acteurs : Karin Viard, Alex Lutz par exemple, sont vraiment drôles, et ont l’air de s’être amusés comme des fous en tournant le film. Forcément, on s’amuse aussi.

- Les références feront sourire les nostalgiques
Que ce soit Clavier ou Reno, les deux y vont de leurs répliques pour faire référence aux premiers volets des Visiteurs. Par exemple, la modernité du XXème siècle comparée à celle de la Révolution, j’ai trouvé le clin d’oeil sympathique !

- C’est un bon divertissement
Le scénario, les rebondissements et les blagues sont finalement très faciles mais c'est ce qu'on attend d'un divertissement comme les Visiteurs. Les blagues ne sont pas de haute volée mais ça libère bien l'esprit !

Thiphaine la framboise

Mais comme les critiques sont toujours très subjectives, Maxime et moi avons confronté nos deux visions du film. Si j’ai bien aimé, lui beaucoup moins, et il vous donne quelques bons arguments pour vous dissuader de le regarder.

5 bonnes raisons d'économiser votre temps :

©Nicolas Schul - GAUMONT - OUILLE PRODUCTIONS - NEXUS FACTORY

- Le scénario n’a aucun intérêt !
On se concentre sur la survie de la lignée des Montmirail durant la révolution, ce qui ne sert vraiment à rien ! Pourquoi ? Parce qu’on sait déjà que les Montmirail vont survivre au moins jusqu’au XXème siècle. Mais oui, vous savez, on a rencontré leur descendance dans deux films sortis il y a 20 ans qui sont estampillés « Les Visiteurs » si j’ai bonne mémoire. En gros, on regarde un film dont on connaît déjà la suite… TRÈS INTÉRESSANT N’EST-IL PAS ?

- Une flopée de personnages inutiles
C’est bien beau de vouloir mettre une troupe « d’acteurs en vogue du moment de leur génération » pour étoffer le casting, mais si c’est pour qu’ils ne servent à rien à part apporter leur nom à l’affiche, c’était pas la peine ! Remercions particulièrement Frédérique Bel et Lorànt Deutsch venus encaisser leur chèque pour leur caméo inutile, et apprécions ces superbes personnages dignes d’une pièce de théâtre de fin d’année scolaire lycéenne.

- Un film étrangement rythmé à l’humour vaseux et démodé
Le montage du film est très dynamique, il se passe plein de choses et on ne nous laisse pas le temps de souffler. Pourtant, c’est fou ce qu’on peut s’ennuyer devant… La raison ? L’humour, qui disons-le clairement, est bien en-dessous des précédents « Visiteurs », dont il reprend d’ailleurs plus de la moitié des sketchs, histoire de faire dans l’originalité… Je crois avoir esquissé trois sourires à tout casser, et c’était pour les gags les plus potaches en plus. Et franchement, pour que ce soit les « blagues de caca-prout » qui me fassent réagir, c’est vraiment que le reste s’est planté lamentablement… MORTE COUILLE !

- Une révolution totalement laissée de côté
Faire de la révolution française un simple contexte historique où l’on voit nos personnages faire 2-3 conneries, ça n’a strictement aucun intérêt. Ça marchait dans les deux premiers films car ils se déroulaient dans une période contemporaine que tout le monde connaît et c’est ce décalage qui rendait le tout intéressant et fun. Ici, le décalage n’est pas assez marqué, les deux protagonistes se fondant pratiquement dans le décor. Du coup moins de décalage, moins d’intérêt, donc moins de fun, CQFD.

- L’échec du duo Godefroy-Jacquouille
La relation entre les deux personnages n’évolue pas d’un iota pendant le film, alors que la prise de pouvoir des citoyens sur les nobles aurait pu mener à un conflit interne très intéressant entre eux. Godefroy est redevenu un cliché de noble malgré ses expériences dans le XXème siècle où il avait fait preuve de grandeur d’âme envers son écuyer, et Jacquouille n’est plus qu’un petit gars rigolo qui pue… et ça c’est drôle, pas vrai ? PAS VRAI ?

Maxime l'ananas

Maxime

Maxime

Digne représentant de la génération Y, j’ai été conditionné par le visionnage des blockbusters à pop-corn et du cinéma indépendant bien glauque des 90s. C’est en apprenant la façon dont le cinéma fonctionne que j’ai commencé à me passionner pour cet art. J’aime tous les styles, mais j’avoue volontiers un penchant pour la SF, surtout quand elle porte un message. On me décrit comme quelqu’un qui aime partager ses idées, comme on partage un ananas trop gros pour être mangé seul.

Fiche technique

Bloqués dans les couloirs du temps, Godefroy de Montmirail et son fidèle serviteur Jacquouille sont projetés dans une époque de profonds bouleversements politiques et sociaux : la Révolution Française... Plus précisément, la Terreur, période de grands dangers pendant laquelle les descendants de Jacquouille La Fripouille, révolutionnaires convaincus, confisquent le château et tous les biens des descendants de Godefroy de Montmirail, aristocrates arrogants en fuite dont la vie ne tient qu'à un fil.

“C’est de la bonne merdasse”.
Ça, c’est le titre qu’a donné Le Figaro à sa critique des Visiteurs 3 lors de sa sortie. J’ai vu ça, j’ai cliqué, j’ai tout lu, alors que j’allais voir le film le soir même : vive l’appréhension. Bilan après une heure cinquante de film : bah c’est pas si terrible que ça !
Allez, j’ose même le dire, j’ai bien aimé. Et si j’en crois les rires qui ont largement fusé pendant la séance, je ne suis pas la seule.

5 bonnes raisons de courir le voir:

©Nicolas Schul - GAUMONT - OUILLE PRODUCTIONS - NEXUS FACTORY

- On ne s’ennuie pas
Le moins qu’on puisse dire, c’est que dès le début, le film promet d’être hyper-actif. Je me suis volontiers laissée embarquée dans leur histoire un peu capillo-tractée et ne me suis pas ennuyée une seconde.

- Tout le monde est caricaturé
Ce film est une bonne vieille caricature comme on les aime. Des nobles poudrés follement ridicules qui deviennent attachiants (ils sont détestables, mais on les aime bien tout de même), des révolutionnaires très investis dans leur rôle, tournés en ridicules eux aussi. Au final, tout le monde en prend pour son grade et c’est assez jouissif.

- Les acteurs sont bons
Certains de ces nouveaux personnages sont (à mon point de vue) le point fort du film grâce à la prestation des acteurs : Karin Viard, Alex Lutz par exemple, sont vraiment drôles, et ont l’air de s’être amusés comme des fous en tournant le film. Forcément, on s’amuse aussi.

- Les références feront sourire les nostalgiques
Que ce soit Clavier ou Reno, les deux y vont de leurs répliques pour faire référence aux premiers volets des Visiteurs. Par exemple, la modernité du XXème siècle comparée à celle de la Révolution, j’ai trouvé le clin d’oeil sympathique !

- C’est un bon divertissement
Le scénario, les rebondissements et les blagues sont finalement très faciles mais c'est ce qu'on attend d'un divertissement comme les Visiteurs. Les blagues ne sont pas de haute volée mais ça libère bien l'esprit !

Thiphaine la framboise

Mais comme les critiques sont toujours très subjectives, Maxime et moi avons confronté nos deux visions du film. Si j’ai bien aimé, lui beaucoup moins, et il vous donne quelques bons arguments pour vous dissuader de le regarder.

5 bonnes raisons d'économiser votre temps :

©Nicolas Schul - GAUMONT - OUILLE PRODUCTIONS - NEXUS FACTORY

- Le scénario n’a aucun intérêt !
On se concentre sur la survie de la lignée des Montmirail durant la révolution, ce qui ne sert vraiment à rien ! Pourquoi ? Parce qu’on sait déjà que les Montmirail vont survivre au moins jusqu’au XXème siècle. Mais oui, vous savez, on a rencontré leur descendance dans deux films sortis il y a 20 ans qui sont estampillés « Les Visiteurs » si j’ai bonne mémoire. En gros, on regarde un film dont on connaît déjà la suite… TRÈS INTÉRESSANT N’EST-IL PAS ?

- Une flopée de personnages inutiles
C’est bien beau de vouloir mettre une troupe « d’acteurs en vogue du moment de leur génération » pour étoffer le casting, mais si c’est pour qu’ils ne servent à rien à part apporter leur nom à l’affiche, c’était pas la peine ! Remercions particulièrement Frédérique Bel et Lorànt Deutsch venus encaisser leur chèque pour leur caméo inutile, et apprécions ces superbes personnages dignes d’une pièce de théâtre de fin d’année scolaire lycéenne.

- Un film étrangement rythmé à l’humour vaseux et démodé
Le montage du film est très dynamique, il se passe plein de choses et on ne nous laisse pas le temps de souffler. Pourtant, c’est fou ce qu’on peut s’ennuyer devant… La raison ? L’humour, qui disons-le clairement, est bien en-dessous des précédents « Visiteurs », dont il reprend d’ailleurs plus de la moitié des sketchs, histoire de faire dans l’originalité… Je crois avoir esquissé trois sourires à tout casser, et c’était pour les gags les plus potaches en plus. Et franchement, pour que ce soit les « blagues de caca-prout » qui me fassent réagir, c’est vraiment que le reste s’est planté lamentablement… MORTE COUILLE !

- Une révolution totalement laissée de côté
Faire de la révolution française un simple contexte historique où l’on voit nos personnages faire 2-3 conneries, ça n’a strictement aucun intérêt. Ça marchait dans les deux premiers films car ils se déroulaient dans une période contemporaine que tout le monde connaît et c’est ce décalage qui rendait le tout intéressant et fun. Ici, le décalage n’est pas assez marqué, les deux protagonistes se fondant pratiquement dans le décor. Du coup moins de décalage, moins d’intérêt, donc moins de fun, CQFD.

- L’échec du duo Godefroy-Jacquouille
La relation entre les deux personnages n’évolue pas d’un iota pendant le film, alors que la prise de pouvoir des citoyens sur les nobles aurait pu mener à un conflit interne très intéressant entre eux. Godefroy est redevenu un cliché de noble malgré ses expériences dans le XXème siècle où il avait fait preuve de grandeur d’âme envers son écuyer, et Jacquouille n’est plus qu’un petit gars rigolo qui pue… et ça c’est drôle, pas vrai ? PAS VRAI ?

Maxime l'ananas

Maxime

Maxime

Digne représentant de la génération Y, j’ai été conditionné par le visionnage des blockbusters à pop-corn et du cinéma indépendant bien glauque des 90s. C’est en apprenant la façon dont le cinéma fonctionne que j’ai commencé à me passionner pour cet art. J’aime tous les styles, mais j’avoue volontiers un penchant pour la SF, surtout quand elle porte un message. On me décrit comme quelqu’un qui aime partager ses idées, comme on partage un ananas trop gros pour être mangé seul.

Ça correspond parfaitement à votre envie du moment ? Partagez à vos amis !

Pas encore rassasiés ?

Réalisation

Nationalité

Année de sortie

Bloqués dans les couloirs du temps, Godefroy de Montmirail et son fidèle serviteur Jacquouille sont projetés dans une époque de profonds bouleversements politiques et sociaux : la Révolution Française... Plus précisément, la Terreur, période de grands dangers pendant laquelle les descendants de Jacquouille La Fripouille, révolutionnaires convaincus, confisquent le château et tous les biens des descendants de Godefroy de Montmirail, aristocrates arrogants en fuite dont la vie ne tient qu'à un fil.

“C’est de la bonne merdasse”.
Ça, c’est le titre qu’a donné Le Figaro à sa critique des Visiteurs 3 lors de sa sortie. J’ai vu ça, j’ai cliqué, j’ai tout lu, alors que j’allais voir le film le soir même : vive l’appréhension. Bilan après une heure cinquante de film : bah c’est pas si terrible que ça !
Allez, j’ose même le dire, j’ai bien aimé. Et si j’en crois les rires qui ont largement fusé pendant la séance, je ne suis pas la seule.

5 bonnes raisons de courir le voir:

©Nicolas Schul - GAUMONT - OUILLE PRODUCTIONS - NEXUS FACTORY

- On ne s’ennuie pas
Le moins qu’on puisse dire, c’est que dès le début, le film promet d’être hyper-actif. Je me suis volontiers laissée embarquée dans leur histoire un peu capillo-tractée et ne me suis pas ennuyée une seconde.

- Tout le monde est caricaturé
Ce film est une bonne vieille caricature comme on les aime. Des nobles poudrés follement ridicules qui deviennent attachiants (ils sont détestables, mais on les aime bien tout de même), des révolutionnaires très investis dans leur rôle, tournés en ridicules eux aussi. Au final, tout le monde en prend pour son grade et c’est assez jouissif.

- Les acteurs sont bons
Certains de ces nouveaux personnages sont (à mon point de vue) le point fort du film grâce à la prestation des acteurs : Karin Viard, Alex Lutz par exemple, sont vraiment drôles, et ont l’air de s’être amusés comme des fous en tournant le film. Forcément, on s’amuse aussi.

- Les références feront sourire les nostalgiques
Que ce soit Clavier ou Reno, les deux y vont de leurs répliques pour faire référence aux premiers volets des Visiteurs. Par exemple, la modernité du XXème siècle comparée à celle de la Révolution, j’ai trouvé le clin d’oeil sympathique !

- C’est un bon divertissement
Le scénario, les rebondissements et les blagues sont finalement très faciles mais c'est ce qu'on attend d'un divertissement comme les Visiteurs. Les blagues ne sont pas de haute volée mais ça libère bien l'esprit !

Thiphaine la framboise

Mais comme les critiques sont toujours très subjectives, Maxime et moi avons confronté nos deux visions du film. Si j’ai bien aimé, lui beaucoup moins, et il vous donne quelques bons arguments pour vous dissuader de le regarder.

5 bonnes raisons d'économiser votre temps :

©Nicolas Schul - GAUMONT - OUILLE PRODUCTIONS - NEXUS FACTORY

- Le scénario n’a aucun intérêt !
On se concentre sur la survie de la lignée des Montmirail durant la révolution, ce qui ne sert vraiment à rien ! Pourquoi ? Parce qu’on sait déjà que les Montmirail vont survivre au moins jusqu’au XXème siècle. Mais oui, vous savez, on a rencontré leur descendance dans deux films sortis il y a 20 ans qui sont estampillés « Les Visiteurs » si j’ai bonne mémoire. En gros, on regarde un film dont on connaît déjà la suite… TRÈS INTÉRESSANT N’EST-IL PAS ?

- Une flopée de personnages inutiles
C’est bien beau de vouloir mettre une troupe « d’acteurs en vogue du moment de leur génération » pour étoffer le casting, mais si c’est pour qu’ils ne servent à rien à part apporter leur nom à l’affiche, c’était pas la peine ! Remercions particulièrement Frédérique Bel et Lorànt Deutsch venus encaisser leur chèque pour leur caméo inutile, et apprécions ces superbes personnages dignes d’une pièce de théâtre de fin d’année scolaire lycéenne.

- Un film étrangement rythmé à l’humour vaseux et démodé
Le montage du film est très dynamique, il se passe plein de choses et on ne nous laisse pas le temps de souffler. Pourtant, c’est fou ce qu’on peut s’ennuyer devant… La raison ? L’humour, qui disons-le clairement, est bien en-dessous des précédents « Visiteurs », dont il reprend d’ailleurs plus de la moitié des sketchs, histoire de faire dans l’originalité… Je crois avoir esquissé trois sourires à tout casser, et c’était pour les gags les plus potaches en plus. Et franchement, pour que ce soit les « blagues de caca-prout » qui me fassent réagir, c’est vraiment que le reste s’est planté lamentablement… MORTE COUILLE !

- Une révolution totalement laissée de côté
Faire de la révolution française un simple contexte historique où l’on voit nos personnages faire 2-3 conneries, ça n’a strictement aucun intérêt. Ça marchait dans les deux premiers films car ils se déroulaient dans une période contemporaine que tout le monde connaît et c’est ce décalage qui rendait le tout intéressant et fun. Ici, le décalage n’est pas assez marqué, les deux protagonistes se fondant pratiquement dans le décor. Du coup moins de décalage, moins d’intérêt, donc moins de fun, CQFD.

- L’échec du duo Godefroy-Jacquouille
La relation entre les deux personnages n’évolue pas d’un iota pendant le film, alors que la prise de pouvoir des citoyens sur les nobles aurait pu mener à un conflit interne très intéressant entre eux. Godefroy est redevenu un cliché de noble malgré ses expériences dans le XXème siècle où il avait fait preuve de grandeur d’âme envers son écuyer, et Jacquouille n’est plus qu’un petit gars rigolo qui pue… et ça c’est drôle, pas vrai ? PAS VRAI ?

Maxime l'ananas

Maxime

Maxime

Digne représentant de la génération Y, j’ai été conditionné par le visionnage des blockbusters à pop-corn et du cinéma indépendant bien glauque des 90s. C’est en apprenant la façon dont le cinéma fonctionne que j’ai commencé à me passionner pour cet art. J’aime tous les styles, mais j’avoue volontiers un penchant pour la SF, surtout quand elle porte un message. On me décrit comme quelqu’un qui aime partager ses idées, comme on partage un ananas trop gros pour être mangé seul.

Fiche technique

Bloqués dans les couloirs du temps, Godefroy de Montmirail et son fidèle serviteur Jacquouille sont projetés dans une époque de profonds bouleversements politiques et sociaux : la Révolution Française... Plus précisément, la Terreur, période de grands dangers pendant laquelle les descendants de Jacquouille La Fripouille, révolutionnaires convaincus, confisquent le château et tous les biens des descendants de Godefroy de Montmirail, aristocrates arrogants en fuite dont la vie ne tient qu'à un fil.

“C’est de la bonne merdasse”.
Ça, c’est le titre qu’a donné Le Figaro à sa critique des Visiteurs 3 lors de sa sortie. J’ai vu ça, j’ai cliqué, j’ai tout lu, alors que j’allais voir le film le soir même : vive l’appréhension. Bilan après une heure cinquante de film : bah c’est pas si terrible que ça !
Allez, j’ose même le dire, j’ai bien aimé. Et si j’en crois les rires qui ont largement fusé pendant la séance, je ne suis pas la seule.

5 bonnes raisons de courir le voir:

©Nicolas Schul - GAUMONT - OUILLE PRODUCTIONS - NEXUS FACTORY

- On ne s’ennuie pas
Le moins qu’on puisse dire, c’est que dès le début, le film promet d’être hyper-actif. Je me suis volontiers laissée embarquée dans leur histoire un peu capillo-tractée et ne me suis pas ennuyée une seconde.

- Tout le monde est caricaturé
Ce film est une bonne vieille caricature comme on les aime. Des nobles poudrés follement ridicules qui deviennent attachiants (ils sont détestables, mais on les aime bien tout de même), des révolutionnaires très investis dans leur rôle, tournés en ridicules eux aussi. Au final, tout le monde en prend pour son grade et c’est assez jouissif.

- Les acteurs sont bons
Certains de ces nouveaux personnages sont (à mon point de vue) le point fort du film grâce à la prestation des acteurs : Karin Viard, Alex Lutz par exemple, sont vraiment drôles, et ont l’air de s’être amusés comme des fous en tournant le film. Forcément, on s’amuse aussi.

- Les références feront sourire les nostalgiques
Que ce soit Clavier ou Reno, les deux y vont de leurs répliques pour faire référence aux premiers volets des Visiteurs. Par exemple, la modernité du XXème siècle comparée à celle de la Révolution, j’ai trouvé le clin d’oeil sympathique !

- C’est un bon divertissement
Le scénario, les rebondissements et les blagues sont finalement très faciles mais c'est ce qu'on attend d'un divertissement comme les Visiteurs. Les blagues ne sont pas de haute volée mais ça libère bien l'esprit !

Thiphaine la framboise

Mais comme les critiques sont toujours très subjectives, Maxime et moi avons confronté nos deux visions du film. Si j’ai bien aimé, lui beaucoup moins, et il vous donne quelques bons arguments pour vous dissuader de le regarder.

5 bonnes raisons d'économiser votre temps :

©Nicolas Schul - GAUMONT - OUILLE PRODUCTIONS - NEXUS FACTORY

- Le scénario n’a aucun intérêt !
On se concentre sur la survie de la lignée des Montmirail durant la révolution, ce qui ne sert vraiment à rien ! Pourquoi ? Parce qu’on sait déjà que les Montmirail vont survivre au moins jusqu’au XXème siècle. Mais oui, vous savez, on a rencontré leur descendance dans deux films sortis il y a 20 ans qui sont estampillés « Les Visiteurs » si j’ai bonne mémoire. En gros, on regarde un film dont on connaît déjà la suite… TRÈS INTÉRESSANT N’EST-IL PAS ?

- Une flopée de personnages inutiles
C’est bien beau de vouloir mettre une troupe « d’acteurs en vogue du moment de leur génération » pour étoffer le casting, mais si c’est pour qu’ils ne servent à rien à part apporter leur nom à l’affiche, c’était pas la peine ! Remercions particulièrement Frédérique Bel et Lorànt Deutsch venus encaisser leur chèque pour leur caméo inutile, et apprécions ces superbes personnages dignes d’une pièce de théâtre de fin d’année scolaire lycéenne.

- Un film étrangement rythmé à l’humour vaseux et démodé
Le montage du film est très dynamique, il se passe plein de choses et on ne nous laisse pas le temps de souffler. Pourtant, c’est fou ce qu’on peut s’ennuyer devant… La raison ? L’humour, qui disons-le clairement, est bien en-dessous des précédents « Visiteurs », dont il reprend d’ailleurs plus de la moitié des sketchs, histoire de faire dans l’originalité… Je crois avoir esquissé trois sourires à tout casser, et c’était pour les gags les plus potaches en plus. Et franchement, pour que ce soit les « blagues de caca-prout » qui me fassent réagir, c’est vraiment que le reste s’est planté lamentablement… MORTE COUILLE !

- Une révolution totalement laissée de côté
Faire de la révolution française un simple contexte historique où l’on voit nos personnages faire 2-3 conneries, ça n’a strictement aucun intérêt. Ça marchait dans les deux premiers films car ils se déroulaient dans une période contemporaine que tout le monde connaît et c’est ce décalage qui rendait le tout intéressant et fun. Ici, le décalage n’est pas assez marqué, les deux protagonistes se fondant pratiquement dans le décor. Du coup moins de décalage, moins d’intérêt, donc moins de fun, CQFD.

- L’échec du duo Godefroy-Jacquouille
La relation entre les deux personnages n’évolue pas d’un iota pendant le film, alors que la prise de pouvoir des citoyens sur les nobles aurait pu mener à un conflit interne très intéressant entre eux. Godefroy est redevenu un cliché de noble malgré ses expériences dans le XXème siècle où il avait fait preuve de grandeur d’âme envers son écuyer, et Jacquouille n’est plus qu’un petit gars rigolo qui pue… et ça c’est drôle, pas vrai ? PAS VRAI ?

Maxime l'ananas

Maxime

Maxime

Digne représentant de la génération Y, j’ai été conditionné par le visionnage des blockbusters à pop-corn et du cinéma indépendant bien glauque des 90s. C’est en apprenant la façon dont le cinéma fonctionne que j’ai commencé à me passionner pour cet art. J’aime tous les styles, mais j’avoue volontiers un penchant pour la SF, surtout quand elle porte un message. On me décrit comme quelqu’un qui aime partager ses idées, comme on partage un ananas trop gros pour être mangé seul.

Ça correspond parfaitement à votre envie du moment ? Partagez à vos amis !

Pas encore rassasiés ?