fbpx

Synopsis

1948. Jacques-Yves Cousteau, sa femme et ses deux fils, vivent au paradis, dans une jolie maison surplombant la mer Méditerranée. Mais Cousteau ne rêve que d’aventure. Grâce à son invention, un scaphandre autonome qui permet de respirer sous l’eau, il a découvert un nouveau monde. Désormais, ce monde, il veut l’explorer. Et pour ça, il est prêt à tout sacrifier, jusqu’à en oublier sa propre famille…

La critique de Clément

Moins pour retranscrire l’œuvre du commandant Cousteau que pour revenir sur les rapports houleux entretenus avec son fils, ainsi que la morale écologique qui en découle, L’Odyssée nous emporte dès le début dans un récit fascinant et très justement dosé. Le parti pris de Jérôme Salle d’avoir filmé la vie du père du point de vue de Philippe (Pierre Niney) nous permet d’emblée de prendre un certain recul face aux décisions que le célèbre explorateur a pu prendre tout au long de sa vie.

La réalisation est de bonne facture, quoiqu’un peu lisse, mais suffit à rendre compte du propos avec ce qu’il faut de rythme et d’esthétisme, à l’image ces superbes plans sous-marins, ou encore de la scène des requins, qui en fera flipper plus d’un !

Lambert Wilson à la barre, rend compte d’un Cousteau passionné mais aussi très égocentrique, secondé par un Pierre Niney toujours au sommet de son art, ainsi que par une Audrey Tautou toujours très juste. L’interprétation est très nettement l’un des points forts du film.

Une odyssée qui va marquer son époque, tant pour sa fidélité à l’histoire du commandant Cousteau que pour l’impact environnemental qu’elle aura sur les consciences. Plus encore, elle nous offre un voyage des plus dépaysant dans le monde du silence, prenant le large loin du tumulte quotidien.

La critique de Josepha

On regarde ce film avec émerveillement. Avec un peu d’appréhension aussi, face au personnage principal qui est l’océan dans tous ses états. D’un calme olympien, joueur ou déchaîné, il nous engloutit totalement pendant ces deux heures de film avec des images plus belles les unes que les autres. Les acteurs me convainquent totalement : Lambert par son charme fou, Audrey Tautou en femme forte qui vieillit sur son bateau, Pierre Niney en écologiste révolté. C’est dans l’Odyssée qu’il devient enfin un acteur incontournable, en jouant un personnage différent de ses précédents rôles.

Le commandant aux multiples personnalités nous fascine : père aimant et protecteur, romantique et coureur de jupons, capitaliste et écologiste… Le marin au bonnet le plus célèbre de la terre se cherche en même temps qu’il explore les eaux.

Par nostalgie pour les anciens ou par découverte pour les jeunes générations, L’Odyssée est à consommer sans modération pour rêver et rejoindre la pensée du Commandant Cousteau… Comment découvrir les milles recoins de la planète bleue tout en la préservant ?

Réalisation

Nationalité

Année de sortie

Synopsis

1948. Jacques-Yves Cousteau, sa femme et ses deux fils, vivent au paradis, dans une jolie maison surplombant la mer Méditerranée. Mais Cousteau ne rêve que d’aventure. Grâce à son invention, un scaphandre autonome qui permet de respirer sous l’eau, il a découvert un nouveau monde. Désormais, ce monde, il veut l’explorer. Et pour ça, il est prêt à tout sacrifier, jusqu'à en oublier sa propre famille...

La critique de Clément

Moins pour retranscrire l’œuvre du commandant Cousteau que pour revenir sur les rapports houleux entretenus avec son fils, ainsi que la morale écologique qui en découle, L’Odyssée nous emporte dès le début dans un récit fascinant et très justement dosé. Le parti pris de Jérôme Salle d’avoir filmé la vie du père du point de vue de Philippe (Pierre Niney) nous permet d’emblée de prendre un certain recul face aux décisions que le célèbre explorateur a pu prendre tout au long de sa vie.

La réalisation est de bonne facture, quoiqu’un peu lisse, mais suffit à rendre compte du propos avec ce qu’il faut de rythme et d’esthétisme, à l’image ces superbes plans sous-marins, ou encore de la scène des requins, qui en fera flipper plus d'un !

Lambert Wilson à la barre, rend compte d’un Cousteau passionné mais aussi très égocentrique, secondé par un Pierre Niney toujours au sommet de son art, ainsi que par une Audrey Tautou toujours très juste. L'interprétation est très nettement l'un des points forts du film.

Une odyssée qui va marquer son époque, tant pour sa fidélité à l’histoire du commandant Cousteau que pour l’impact environnemental qu’elle aura sur les consciences. Plus encore, elle nous offre un voyage des plus dépaysant dans le monde du silence, prenant le large loin du tumulte quotidien.

La critique de Josepha

On regarde ce film avec émerveillement. Avec un peu d'appréhension aussi, face au personnage principal qui est l'océan dans tous ses états. D'un calme olympien, joueur ou déchaîné, il nous engloutit totalement pendant ces deux heures de film avec des images plus belles les unes que les autres. Les acteurs me convainquent totalement : Lambert par son charme fou, Audrey Tautou en femme forte qui vieillit sur son bateau, Pierre Niney en écologiste révolté. C'est dans l'Odyssée qu'il devient enfin un acteur incontournable, en jouant un personnage différent de ses précédents rôles.

Le commandant aux multiples personnalités nous fascine : père aimant et protecteur, romantique et coureur de jupons, capitaliste et écologiste... Le marin au bonnet le plus célèbre de la terre se cherche en même temps qu'il explore les eaux.

Par nostalgie pour les anciens ou par découverte pour les jeunes générations, L'Odyssée est à consommer sans modération pour rêver et rejoindre la pensée du Commandant Cousteau... Comment découvrir les milles recoins de la planète bleue tout en la préservant ?

Jo

Jo

Fiche technique

Genre

Réalisation

Tête d'affiche

Nationalité

Année de sortie

Synopsis

1948. Jacques-Yves Cousteau, sa femme et ses deux fils, vivent au paradis, dans une jolie maison surplombant la mer Méditerranée. Mais Cousteau ne rêve que d’aventure. Grâce à son invention, un scaphandre autonome qui permet de respirer sous l’eau, il a découvert un nouveau monde. Désormais, ce monde, il veut l’explorer. Et pour ça, il est prêt à tout sacrifier, jusqu'à en oublier sa propre famille...

La critique de Clément

Moins pour retranscrire l’œuvre du commandant Cousteau que pour revenir sur les rapports houleux entretenus avec son fils, ainsi que la morale écologique qui en découle, L’Odyssée nous emporte dès le début dans un récit fascinant et très justement dosé. Le parti pris de Jérôme Salle d’avoir filmé la vie du père du point de vue de Philippe (Pierre Niney) nous permet d’emblée de prendre un certain recul face aux décisions que le célèbre explorateur a pu prendre tout au long de sa vie.

La réalisation est de bonne facture, quoiqu’un peu lisse, mais suffit à rendre compte du propos avec ce qu’il faut de rythme et d’esthétisme, à l’image ces superbes plans sous-marins, ou encore de la scène des requins, qui en fera flipper plus d'un !

Lambert Wilson à la barre, rend compte d’un Cousteau passionné mais aussi très égocentrique, secondé par un Pierre Niney toujours au sommet de son art, ainsi que par une Audrey Tautou toujours très juste. L'interprétation est très nettement l'un des points forts du film.

Une odyssée qui va marquer son époque, tant pour sa fidélité à l’histoire du commandant Cousteau que pour l’impact environnemental qu’elle aura sur les consciences. Plus encore, elle nous offre un voyage des plus dépaysant dans le monde du silence, prenant le large loin du tumulte quotidien.

La critique de Josepha

On regarde ce film avec émerveillement. Avec un peu d'appréhension aussi, face au personnage principal qui est l'océan dans tous ses états. D'un calme olympien, joueur ou déchaîné, il nous engloutit totalement pendant ces deux heures de film avec des images plus belles les unes que les autres. Les acteurs me convainquent totalement : Lambert par son charme fou, Audrey Tautou en femme forte qui vieillit sur son bateau, Pierre Niney en écologiste révolté. C'est dans l'Odyssée qu'il devient enfin un acteur incontournable, en jouant un personnage différent de ses précédents rôles.

Le commandant aux multiples personnalités nous fascine : père aimant et protecteur, romantique et coureur de jupons, capitaliste et écologiste... Le marin au bonnet le plus célèbre de la terre se cherche en même temps qu'il explore les eaux.

Par nostalgie pour les anciens ou par découverte pour les jeunes générations, L'Odyssée est à consommer sans modération pour rêver et rejoindre la pensée du Commandant Cousteau... Comment découvrir les milles recoins de la planète bleue tout en la préservant ?

Jo

Jo

Ça correspond parfaitement à votre envie du moment ? Partagez à vos amis !

Pas encore rassasiés ?

Réalisation

Nationalité

Année de sortie

Synopsis

1948. Jacques-Yves Cousteau, sa femme et ses deux fils, vivent au paradis, dans une jolie maison surplombant la mer Méditerranée. Mais Cousteau ne rêve que d’aventure. Grâce à son invention, un scaphandre autonome qui permet de respirer sous l’eau, il a découvert un nouveau monde. Désormais, ce monde, il veut l’explorer. Et pour ça, il est prêt à tout sacrifier, jusqu'à en oublier sa propre famille...

La critique de Clément

Moins pour retranscrire l’œuvre du commandant Cousteau que pour revenir sur les rapports houleux entretenus avec son fils, ainsi que la morale écologique qui en découle, L’Odyssée nous emporte dès le début dans un récit fascinant et très justement dosé. Le parti pris de Jérôme Salle d’avoir filmé la vie du père du point de vue de Philippe (Pierre Niney) nous permet d’emblée de prendre un certain recul face aux décisions que le célèbre explorateur a pu prendre tout au long de sa vie.

La réalisation est de bonne facture, quoiqu’un peu lisse, mais suffit à rendre compte du propos avec ce qu’il faut de rythme et d’esthétisme, à l’image ces superbes plans sous-marins, ou encore de la scène des requins, qui en fera flipper plus d'un !

Lambert Wilson à la barre, rend compte d’un Cousteau passionné mais aussi très égocentrique, secondé par un Pierre Niney toujours au sommet de son art, ainsi que par une Audrey Tautou toujours très juste. L'interprétation est très nettement l'un des points forts du film.

Une odyssée qui va marquer son époque, tant pour sa fidélité à l’histoire du commandant Cousteau que pour l’impact environnemental qu’elle aura sur les consciences. Plus encore, elle nous offre un voyage des plus dépaysant dans le monde du silence, prenant le large loin du tumulte quotidien.

La critique de Josepha

On regarde ce film avec émerveillement. Avec un peu d'appréhension aussi, face au personnage principal qui est l'océan dans tous ses états. D'un calme olympien, joueur ou déchaîné, il nous engloutit totalement pendant ces deux heures de film avec des images plus belles les unes que les autres. Les acteurs me convainquent totalement : Lambert par son charme fou, Audrey Tautou en femme forte qui vieillit sur son bateau, Pierre Niney en écologiste révolté. C'est dans l'Odyssée qu'il devient enfin un acteur incontournable, en jouant un personnage différent de ses précédents rôles.

Le commandant aux multiples personnalités nous fascine : père aimant et protecteur, romantique et coureur de jupons, capitaliste et écologiste... Le marin au bonnet le plus célèbre de la terre se cherche en même temps qu'il explore les eaux.

Par nostalgie pour les anciens ou par découverte pour les jeunes générations, L'Odyssée est à consommer sans modération pour rêver et rejoindre la pensée du Commandant Cousteau... Comment découvrir les milles recoins de la planète bleue tout en la préservant ?

Jo

Jo

Fiche technique

Genre

Réalisation

Tête d'affiche

Nationalité

Année de sortie

Synopsis

1948. Jacques-Yves Cousteau, sa femme et ses deux fils, vivent au paradis, dans une jolie maison surplombant la mer Méditerranée. Mais Cousteau ne rêve que d’aventure. Grâce à son invention, un scaphandre autonome qui permet de respirer sous l’eau, il a découvert un nouveau monde. Désormais, ce monde, il veut l’explorer. Et pour ça, il est prêt à tout sacrifier, jusqu'à en oublier sa propre famille...

La critique de Clément

Moins pour retranscrire l’œuvre du commandant Cousteau que pour revenir sur les rapports houleux entretenus avec son fils, ainsi que la morale écologique qui en découle, L’Odyssée nous emporte dès le début dans un récit fascinant et très justement dosé. Le parti pris de Jérôme Salle d’avoir filmé la vie du père du point de vue de Philippe (Pierre Niney) nous permet d’emblée de prendre un certain recul face aux décisions que le célèbre explorateur a pu prendre tout au long de sa vie.

La réalisation est de bonne facture, quoiqu’un peu lisse, mais suffit à rendre compte du propos avec ce qu’il faut de rythme et d’esthétisme, à l’image ces superbes plans sous-marins, ou encore de la scène des requins, qui en fera flipper plus d'un !

Lambert Wilson à la barre, rend compte d’un Cousteau passionné mais aussi très égocentrique, secondé par un Pierre Niney toujours au sommet de son art, ainsi que par une Audrey Tautou toujours très juste. L'interprétation est très nettement l'un des points forts du film.

Une odyssée qui va marquer son époque, tant pour sa fidélité à l’histoire du commandant Cousteau que pour l’impact environnemental qu’elle aura sur les consciences. Plus encore, elle nous offre un voyage des plus dépaysant dans le monde du silence, prenant le large loin du tumulte quotidien.

La critique de Josepha

On regarde ce film avec émerveillement. Avec un peu d'appréhension aussi, face au personnage principal qui est l'océan dans tous ses états. D'un calme olympien, joueur ou déchaîné, il nous engloutit totalement pendant ces deux heures de film avec des images plus belles les unes que les autres. Les acteurs me convainquent totalement : Lambert par son charme fou, Audrey Tautou en femme forte qui vieillit sur son bateau, Pierre Niney en écologiste révolté. C'est dans l'Odyssée qu'il devient enfin un acteur incontournable, en jouant un personnage différent de ses précédents rôles.

Le commandant aux multiples personnalités nous fascine : père aimant et protecteur, romantique et coureur de jupons, capitaliste et écologiste... Le marin au bonnet le plus célèbre de la terre se cherche en même temps qu'il explore les eaux.

Par nostalgie pour les anciens ou par découverte pour les jeunes générations, L'Odyssée est à consommer sans modération pour rêver et rejoindre la pensée du Commandant Cousteau... Comment découvrir les milles recoins de la planète bleue tout en la préservant ?

Jo

Jo

Ça correspond parfaitement à votre envie du moment ? Partagez à vos amis !

Pas encore rassasiés ?