Avec Mais vous êtes fous, Céline Sallette et Pio Marmaï nous proposent un beau drame familial, genre auquel ce dernier ne nous avait pas habitué.

Un film à trames multiples

Tiré d’un fait divers réel, ce film nous parle donc de l’épreuve que va traverser une famille quand la fille aînée, âgée de 10 ans, va se retrouver aux urgences avec des traces de cocaïne dans son organisme. Son père, Roman, accro depuis des années, va être soupçonné de lui en avoir donné intentionnellement. On a deux trames principales dans ce film : d’un côté, l’enquête du couple et de son avocat pour savoir comment la petite a absorbé la drogue, et de fait alléger la peine de Roman en prouvant qu’il aime ses enfants et n’a jamais voulu les mettre en danger. De l’autre, la passion qui anime le couple, qui malgré le jugement de la part de leur proches et les conseils d’éloignement de leur avocat, ne peuvent pas se passer l’un de l’autre. Une troisième trame se révèlera à la fin du film, mais je vous garde le mystère…

L’amour au premier plan

La réalisatrice Audrey Diwan a connu la femme dont s’inspire le film, et a trouvé son histoire à la fois belle est triste. Ce qu’elle a parfaitement rendu à l’écran. On est ému, on s’interroge sur la façon dont va se finir l’enquête, on sourit devant les escapades nocturnes du couple pour se retrouver, comme des adolescents.
Le choix a été fait de ne jamais montrer la prise de cocaïne à l’écran, mais plutôt de la suggérer. La volonté d’Audrey Diwan était de ne pas faire un film sur la dépendance, mais sur l’amour, qu’il soit familial ou passionnel. Mais les quelques astuces de mise en scène pour nous faire deviner l’addiction de Roman au début du film sont excellentes et suffisent amplement : jeux de lumière, de son, pour illustrer les hallucinations que lui provoquent le manque.

Les acteurs sont très bons : Pio Marmaï, caméléon par excellence, nous livre aux côté de Céline Sallette, plus habituée aux rôles dramatiques, une prestation impressionnante. Les enfants également, pour lesquelles la réalisatrice a fait le choix de leur expliquer clairement, après accords de leur parents, la situation qu’elles étaient sensées subir dans le film. Il en ressort un jeu très naturel, assez bluffant.

En défruinitive…

Encore un bon film au palmarès de Pio Marmaï ! Mais vous êtes fous m’a permis de découvrir Céline Sallette, à l’écran et en chair et en os à l’issue de la projection, tout un personnage ! C’est un film qui peu sembler un peu dur, mais l’amour qui s’en dégage apporte un peu de légereté à l’ensemble.
Et n’oubliez pas, pour bien grandir, mangez 5 films et séries par semaine !

Genre

Réalisation

Nationalité

Année de sortie

Avec Mais vous êtes fous, Céline Sallette et Pio Marmaï nous proposent un beau drame familial, genre auquel ce dernier ne nous avait pas habitué.

Un film à trames multiples

Tiré d'un fait divers réel, ce film nous parle donc de l'épreuve que va traverser une famille quand la fille aînée, âgée de 10 ans, va se retrouver aux urgences avec des traces de cocaïne dans son organisme. Son père, Roman, accro depuis des années, va être soupçonné de lui en avoir donné intentionnellement. On a deux trames principales dans ce film : d'un côté, l'enquête du couple et de son avocat pour savoir comment la petite a absorbé la drogue, et de fait alléger la peine de Roman en prouvant qu'il aime ses enfants et n'a jamais voulu les mettre en danger. De l'autre, la passion qui anime le couple, qui malgré le jugement de la part de leur proches et les conseils d'éloignement de leur avocat, ne peuvent pas se passer l'un de l'autre. Une troisième trame se révèlera à la fin du film, mais je vous garde le mystère...

L'amour au premier plan

La réalisatrice Audrey Diwan a connu la femme dont s'inspire le film, et a trouvé son histoire à la fois belle est triste. Ce qu'elle a parfaitement rendu à l'écran. On est ému, on s'interroge sur la façon dont va se finir l'enquête, on sourit devant les escapades nocturnes du couple pour se retrouver, comme des adolescents.
Le choix a été fait de ne jamais montrer la prise de cocaïne à l'écran, mais plutôt de la suggérer. La volonté d'Audrey Diwan était de ne pas faire un film sur la dépendance, mais sur l'amour, qu'il soit familial ou passionnel. Mais les quelques astuces de mise en scène pour nous faire deviner l'addiction de Roman au début du film sont excellentes et suffisent amplement : jeux de lumière, de son, pour illustrer les hallucinations que lui provoquent le manque.

Les acteurs sont très bons : Pio Marmaï, caméléon par excellence, nous livre aux côté de Céline Sallette, plus habituée aux rôles dramatiques, une prestation impressionnante. Les enfants également, pour lesquelles la réalisatrice a fait le choix de leur expliquer clairement, après accords de leur parents, la situation qu'elles étaient sensées subir dans le film. Il en ressort un jeu très naturel, assez bluffant.

En défruinitive...

Encore un bon film au palmarès de Pio Marmaï ! Mais vous êtes fous m'a permis de découvrir Céline Sallette, à l'écran et en chair et en os à l'issue de la projection, tout un personnage ! C'est un film qui peu sembler un peu dur, mais l'amour qui s'en dégage apporte un peu de légereté à l'ensemble.
Et n'oubliez pas, pour bien grandir, mangez 5 films et séries par semaine !

Paul

Paul

La vie, c’est pas un (bébé) kiwi ! C’est probablement à cause de cette maxime que je suis un passionné de cinéma de divertissement. Le cinéma est pour moi un moyen de m’échapper et de ne pas penser au soucis du quotidien. Il m’aide à me vider la tête (ou la remplir d’autre chose). C’est pourquoi j’aime un peu tout dans le cinéma, du film d’action à la comédie romantique en passant par le thriller, le film historique ou la comédie.

Fiche technique

Genre

Réalisation

Tête d'affiche

Nationalité

Année de sortie

Avec Mais vous êtes fous, Céline Sallette et Pio Marmaï nous proposent un beau drame familial, genre auquel ce dernier ne nous avait pas habitué.

Un film à trames multiples

Tiré d'un fait divers réel, ce film nous parle donc de l'épreuve que va traverser une famille quand la fille aînée, âgée de 10 ans, va se retrouver aux urgences avec des traces de cocaïne dans son organisme. Son père, Roman, accro depuis des années, va être soupçonné de lui en avoir donné intentionnellement. On a deux trames principales dans ce film : d'un côté, l'enquête du couple et de son avocat pour savoir comment la petite a absorbé la drogue, et de fait alléger la peine de Roman en prouvant qu'il aime ses enfants et n'a jamais voulu les mettre en danger. De l'autre, la passion qui anime le couple, qui malgré le jugement de la part de leur proches et les conseils d'éloignement de leur avocat, ne peuvent pas se passer l'un de l'autre. Une troisième trame se révèlera à la fin du film, mais je vous garde le mystère...

L'amour au premier plan

La réalisatrice Audrey Diwan a connu la femme dont s'inspire le film, et a trouvé son histoire à la fois belle est triste. Ce qu'elle a parfaitement rendu à l'écran. On est ému, on s'interroge sur la façon dont va se finir l'enquête, on sourit devant les escapades nocturnes du couple pour se retrouver, comme des adolescents.
Le choix a été fait de ne jamais montrer la prise de cocaïne à l'écran, mais plutôt de la suggérer. La volonté d'Audrey Diwan était de ne pas faire un film sur la dépendance, mais sur l'amour, qu'il soit familial ou passionnel. Mais les quelques astuces de mise en scène pour nous faire deviner l'addiction de Roman au début du film sont excellentes et suffisent amplement : jeux de lumière, de son, pour illustrer les hallucinations que lui provoquent le manque.

Les acteurs sont très bons : Pio Marmaï, caméléon par excellence, nous livre aux côté de Céline Sallette, plus habituée aux rôles dramatiques, une prestation impressionnante. Les enfants également, pour lesquelles la réalisatrice a fait le choix de leur expliquer clairement, après accords de leur parents, la situation qu'elles étaient sensées subir dans le film. Il en ressort un jeu très naturel, assez bluffant.

En défruinitive...

Encore un bon film au palmarès de Pio Marmaï ! Mais vous êtes fous m'a permis de découvrir Céline Sallette, à l'écran et en chair et en os à l'issue de la projection, tout un personnage ! C'est un film qui peu sembler un peu dur, mais l'amour qui s'en dégage apporte un peu de légereté à l'ensemble.
Et n'oubliez pas, pour bien grandir, mangez 5 films et séries par semaine !

Paul

Paul

La vie, c’est pas un (bébé) kiwi ! C’est probablement à cause de cette maxime que je suis un passionné de cinéma de divertissement. Le cinéma est pour moi un moyen de m’échapper et de ne pas penser au soucis du quotidien. Il m’aide à me vider la tête (ou la remplir d’autre chose). C’est pourquoi j’aime un peu tout dans le cinéma, du film d’action à la comédie romantique en passant par le thriller, le film historique ou la comédie.

Ça correspond parfaitement à votre envie du moment ? Partagez à vos amis !

Pas encore rassasiés ?

Genre

Réalisation

Nationalité

Année de sortie

Avec Mais vous êtes fous, Céline Sallette et Pio Marmaï nous proposent un beau drame familial, genre auquel ce dernier ne nous avait pas habitué.

Un film à trames multiples

Tiré d'un fait divers réel, ce film nous parle donc de l'épreuve que va traverser une famille quand la fille aînée, âgée de 10 ans, va se retrouver aux urgences avec des traces de cocaïne dans son organisme. Son père, Roman, accro depuis des années, va être soupçonné de lui en avoir donné intentionnellement. On a deux trames principales dans ce film : d'un côté, l'enquête du couple et de son avocat pour savoir comment la petite a absorbé la drogue, et de fait alléger la peine de Roman en prouvant qu'il aime ses enfants et n'a jamais voulu les mettre en danger. De l'autre, la passion qui anime le couple, qui malgré le jugement de la part de leur proches et les conseils d'éloignement de leur avocat, ne peuvent pas se passer l'un de l'autre. Une troisième trame se révèlera à la fin du film, mais je vous garde le mystère...

L'amour au premier plan

La réalisatrice Audrey Diwan a connu la femme dont s'inspire le film, et a trouvé son histoire à la fois belle est triste. Ce qu'elle a parfaitement rendu à l'écran. On est ému, on s'interroge sur la façon dont va se finir l'enquête, on sourit devant les escapades nocturnes du couple pour se retrouver, comme des adolescents.
Le choix a été fait de ne jamais montrer la prise de cocaïne à l'écran, mais plutôt de la suggérer. La volonté d'Audrey Diwan était de ne pas faire un film sur la dépendance, mais sur l'amour, qu'il soit familial ou passionnel. Mais les quelques astuces de mise en scène pour nous faire deviner l'addiction de Roman au début du film sont excellentes et suffisent amplement : jeux de lumière, de son, pour illustrer les hallucinations que lui provoquent le manque.

Les acteurs sont très bons : Pio Marmaï, caméléon par excellence, nous livre aux côté de Céline Sallette, plus habituée aux rôles dramatiques, une prestation impressionnante. Les enfants également, pour lesquelles la réalisatrice a fait le choix de leur expliquer clairement, après accords de leur parents, la situation qu'elles étaient sensées subir dans le film. Il en ressort un jeu très naturel, assez bluffant.

En défruinitive...

Encore un bon film au palmarès de Pio Marmaï ! Mais vous êtes fous m'a permis de découvrir Céline Sallette, à l'écran et en chair et en os à l'issue de la projection, tout un personnage ! C'est un film qui peu sembler un peu dur, mais l'amour qui s'en dégage apporte un peu de légereté à l'ensemble.
Et n'oubliez pas, pour bien grandir, mangez 5 films et séries par semaine !

Paul

Paul

La vie, c’est pas un (bébé) kiwi ! C’est probablement à cause de cette maxime que je suis un passionné de cinéma de divertissement. Le cinéma est pour moi un moyen de m’échapper et de ne pas penser au soucis du quotidien. Il m’aide à me vider la tête (ou la remplir d’autre chose). C’est pourquoi j’aime un peu tout dans le cinéma, du film d’action à la comédie romantique en passant par le thriller, le film historique ou la comédie.

Fiche technique

Genre

Réalisation

Tête d'affiche

Nationalité

Année de sortie

Avec Mais vous êtes fous, Céline Sallette et Pio Marmaï nous proposent un beau drame familial, genre auquel ce dernier ne nous avait pas habitué.

Un film à trames multiples

Tiré d'un fait divers réel, ce film nous parle donc de l'épreuve que va traverser une famille quand la fille aînée, âgée de 10 ans, va se retrouver aux urgences avec des traces de cocaïne dans son organisme. Son père, Roman, accro depuis des années, va être soupçonné de lui en avoir donné intentionnellement. On a deux trames principales dans ce film : d'un côté, l'enquête du couple et de son avocat pour savoir comment la petite a absorbé la drogue, et de fait alléger la peine de Roman en prouvant qu'il aime ses enfants et n'a jamais voulu les mettre en danger. De l'autre, la passion qui anime le couple, qui malgré le jugement de la part de leur proches et les conseils d'éloignement de leur avocat, ne peuvent pas se passer l'un de l'autre. Une troisième trame se révèlera à la fin du film, mais je vous garde le mystère...

L'amour au premier plan

La réalisatrice Audrey Diwan a connu la femme dont s'inspire le film, et a trouvé son histoire à la fois belle est triste. Ce qu'elle a parfaitement rendu à l'écran. On est ému, on s'interroge sur la façon dont va se finir l'enquête, on sourit devant les escapades nocturnes du couple pour se retrouver, comme des adolescents.
Le choix a été fait de ne jamais montrer la prise de cocaïne à l'écran, mais plutôt de la suggérer. La volonté d'Audrey Diwan était de ne pas faire un film sur la dépendance, mais sur l'amour, qu'il soit familial ou passionnel. Mais les quelques astuces de mise en scène pour nous faire deviner l'addiction de Roman au début du film sont excellentes et suffisent amplement : jeux de lumière, de son, pour illustrer les hallucinations que lui provoquent le manque.

Les acteurs sont très bons : Pio Marmaï, caméléon par excellence, nous livre aux côté de Céline Sallette, plus habituée aux rôles dramatiques, une prestation impressionnante. Les enfants également, pour lesquelles la réalisatrice a fait le choix de leur expliquer clairement, après accords de leur parents, la situation qu'elles étaient sensées subir dans le film. Il en ressort un jeu très naturel, assez bluffant.

En défruinitive...

Encore un bon film au palmarès de Pio Marmaï ! Mais vous êtes fous m'a permis de découvrir Céline Sallette, à l'écran et en chair et en os à l'issue de la projection, tout un personnage ! C'est un film qui peu sembler un peu dur, mais l'amour qui s'en dégage apporte un peu de légereté à l'ensemble.
Et n'oubliez pas, pour bien grandir, mangez 5 films et séries par semaine !

Paul

Paul

La vie, c’est pas un (bébé) kiwi ! C’est probablement à cause de cette maxime que je suis un passionné de cinéma de divertissement. Le cinéma est pour moi un moyen de m’échapper et de ne pas penser au soucis du quotidien. Il m’aide à me vider la tête (ou la remplir d’autre chose). C’est pourquoi j’aime un peu tout dans le cinéma, du film d’action à la comédie romantique en passant par le thriller, le film historique ou la comédie.

Ça correspond parfaitement à votre envie du moment ? Partagez à vos amis !

Pas encore rassasiés ?