Je me suis éprise du cinéma érotique. Pas de la pornographie vulgaire et banale mais du cinéma sensuel et prenant, qui nous tient en haleine du début à la fin. Que voulez-vous ? Quand on aime le cinéma et la beauté des corps, c’est tellement bon de concilier les deux. Avant de commencer, je vais essayer de tracer une frontière entre la pornographie et l’érotisme.

« L’érotisme avec ses alibis artistiques, culturels et intellectuels serait la version « bonne » des représentations de la sexualité, mais surtout celle des élites et des dominants. La pornographie serait la version « mauvaise, sale, obscène » de ces représentations, celle sans alibi, sans esthétique, celle du peuple, ce peuple qui a l’audace de vouloir jouir lui aussi. La lutte des classes dans la sexualité. »

Le blog « Les hommes libres » rappelle à quel point la frontière entre l’érotisme et la pornographie est fine et subjective. Pour moi, le cinéma érotique raconte le corps, le désir, le plaisir, les fantasmes et tout ce qui se rapporte à la sexualité. Les cinéastes ne se contentent pas de nous montrer la sexualité pure et dure mais nous emportent dans une histoire, dans l’originalité, l‘imagination, l’esthétique et jouent même avec nos limites morales. Du cinéma dérangeant, donc, qui marque les esprits. C’est fait pour ça le 7ème Art, non ?

l'amant meilleur film érotique

L’amant de Jean-Jacques Annaud

Certains films ont ce don, de nous raconter une histoire à suspens et de nous faire frémir. Je commencerai par l’Amant de Jean-Jacques Annaud, largement inspiré du roman de Marguerite Duras. C’est l’histoire d’une blanche de 15 ans qui vit près de Saïgon, en Indochine. Elle se rend dans son pensionnat toutes les semaines en traversant le fleuve du Mékong en bac. Elle y rencontre un chinois qui sera son premier amant. La rencontre est bouleversante, narrée par la voix de Jeanne Moreau. Peu de dialogue, les gros plans font office de sous-entendus et d’arrière-pensées. Dans un contexte familial difficile et une rapide vocation pour l’écriture, la jeune fille découvre sa sexualité et y prend tellement goût qu’elle en oublie les sentiments. Sous les chaleurs et le vacarme oppressant de la ville, les grains de peau s’exhibent à la caméra.

lunes de fiel meilleur film érotique

Lunes de fiel de Roman Polanski

Lunes de fiel est l’un de mes films préférés. Avec Roman Polanski comme réalisateur, Emmanuelle Seigner comme actrice et Hugh Grant à son plus jeune âge, le film explore le monde de la passion. Lors d’une croisière, un jeune homme rencontre un vieillard paralysé et sa sulfureuse femme. Femme fatale bien entendu, puisque la relation entre ses trois personnes va devenir intense, charnelle et machiavélique. La passion de la chair et l’amour inconditionnel libère de toutes résignations, nous mène vers le côté le plus sauvage de nous-même, jusqu’à l’autodestruction. « …Dès que je l’avais éveillée par mes caresses, ce petit animal s’étirait, écartait le rideau de satin derrière lequel il était caché pour devenir une fleur carnivore… » Non, je ne vous dirai pas la suite.

9 semaines et demi meilleur film érotique

9 semaines 1/2 de Adrian Lyne

9 semaines 1/2 est un film plus léger mais tout aussi délicieux. Il raconte le jeu amoureux d’un couple qui se découvre et s’apprivoise. Le film tourne autour de la complexité de l’homme, joué par Mickey Rourke (qu’il était beau à l’époque !). Tantôt dominateur, tantôt plus-attentionné-tu-meurs, il aime, humilie, s’excuse, joue avec les saveurs et les textures. Ces multiples facettes nous font tourner la tête, car c’est bien connu, les filles tombent souvent sous le charme des plus gros c*****ds, ou du moins des mecs les plus étranges… Bref, durant tout ce film on essaye de cerner la véritable personnalité de ce type et on emprunte quelques idées pour les ajouter à la liste de nos fantasmes.

Q meilleur film érotique

Q de Laurent Bouhnik

Au départ, tout semble être faire pour que le film soit pornographique. Lors du tournage, les scènes sexuelles n’ont pas été simulées mais ont été réalisées par des acteurs amateurs et volontaires. Pourquoi ce film n’est pas pornographique ? Malgré les images crues, le scénario invite à l’imagination. « Non, elle ne va quand même pas faire ça ? » On est doucement choqué et finalement, on adhère totalement aux fantaisies sensuelles des personnages. Ces derniers racontent les différentes phases que l’on peut traverser dans notre vie sexuelle. Il y a la fille vierge et angoissée, la nana dévergondée, la femme trompée… (Je ne vous le souhaite pas, hein). Le jeune garçon obsédé et celui qui, au contraire, est lassé de la fureur lascive de sa copine… Ce film palpitant nous renvoie à nos pensées inavouables.

noce blanche meilleur film érotique

Noce blanche de Jean-Claude Brisseau

Qui n’a pas rêvé d’une nuit/noce blanche avec son professeur ? Ok, je suis peut-être la seule mais ce film n’en est pas moins intéressant. Vanessa Paradis nous éblouit. Fille sauvage et insolente, elle se démarque de ses camarades en appelant à l’aide pour sa réussite scolaire et… sexuelle. Elle tombe en admiration devant son professeur et parvient à réveiller ses vieux démons. Même si le professeur en question est loin d’être le plus bel homme qu’on ait jamais vu (il est laid, disons le franchement), la relation interdite est très érotique mais attention ! Les liaisons interdites finissent toujours mal.

love meilleur film érotique

Love de Gaspar Noé

Gaspar Noé a choqué le monde avec son film érotique en 3D, Love. Considéré par les haineux comme du « porno 3D », Love m’a profondément bouleversée. Love est un film intime : on entre pleinement dans les pensées et angoisses des personnages, mais on entre aussi dans leur peau. On fusionne avec la caméra et on est emporté dans cette histoire d’amour où rien n’est tabou. Pour la première fois au cinéma, on voit la fusion des corps en volume, comme dans la vraie vie. Mais avec un grain d’image magnifique ; et une bande-son orgasmique. Dispo sur Netflix.

shortbus meilleur film érotique

Shortbus de John Cameron Mitchell

Comme dans Q, les images du film Shortbus sont très suggestives. On voit tout. Mais on n’est ni choqué ni dégouté puisque l’histoire, une fois de plus, nous tient en haleine. Un couple gay, une sexologue qui n’a jamais eu d’orgasme ou encore un mec voyeur, tout ce petit monde se retrouve dans une boîte d’amour, un bar de rencontres et une salle de cinéma érotique : le shortbus. On y fait l’amour au cœur de New-York et tout le monde y est le bienvenu. Bien loin d’American Pie, ce film illustre la quête du bonheur, de l’amour et du plaisir, le tout dans une esthétique graphique et poétique. Surtout quand le film commence sur un air de jazz.

emmanuelle meilleur film érotique

Emmanuelle de Just Jaeckin

Emmanuelle est un grand classique du cinéma érotique. Je l’ai regardé par curiosité et n’ai pas été déçue. Les images sont allusives dans ce décor de carte postale. Emmanuelle voyage pour retrouver son mari mais cela ne l’empêche pas de s’aventurer avec d’autres hommes. Leur relation amoureuse est aussi libre que le vent. Aimer tout le monde à la fois et ne pas être jaloux, si c’est votre utopie mais que vous en êtes incapable… Rêvez en visionnant ce film.

josepha1

Josepha Rouxel
La Mandarine
Fondatrice, Rédactrice en chef

Genre

Réalisation

Tête d'affiche

Nationalité

Année de sortie

Je me suis éprise du cinéma érotique. Pas de la pornographie vulgaire et banale mais du cinéma sensuel et prenant, qui nous tient en haleine du début à la fin. Que voulez-vous ? Quand on aime le cinéma et la beauté des corps, c’est tellement bon de concilier les deux. Avant de commencer, je vais essayer de tracer une frontière entre la pornographie et l’érotisme.

« L’érotisme avec ses alibis artistiques, culturels et intellectuels serait la version « bonne » des représentations de la sexualité, mais surtout celle des élites et des dominants. La pornographie serait la version « mauvaise, sale, obscène » de ces représentations, celle sans alibi, sans esthétique, celle du peuple, ce peuple qui a l’audace de vouloir jouir lui aussi. La lutte des classes dans la sexualité. »

Le blog « Les hommes libres » rappelle à quel point la frontière entre l’érotisme et la pornographie est fine et subjective. Pour moi, le cinéma érotique raconte le corps, le désir, le plaisir, les fantasmes et tout ce qui se rapporte à la sexualité. Les cinéastes ne se contentent pas de nous montrer la sexualité pure et dure mais nous emportent dans une histoire, dans l’originalité, l‘imagination, l’esthétique et jouent même avec nos limites morales. Du cinéma dérangeant, donc, qui marque les esprits. C'est fait pour ça le 7ème Art, non ?

l'amant meilleur film érotique

L'amant de Jean-Jacques Annaud

Certains films ont ce don, de nous raconter une histoire à suspens et de nous faire frémir. Je commencerai par l’Amant de Jean-Jacques Annaud, largement inspiré du roman de Marguerite Duras. C’est l’histoire d’une blanche de 15 ans qui vit près de Saïgon, en Indochine. Elle se rend dans son pensionnat toutes les semaines en traversant le fleuve du Mékong en bac. Elle y rencontre un chinois qui sera son premier amant. La rencontre est bouleversante, narrée par la voix de Jeanne Moreau. Peu de dialogue, les gros plans font office de sous-entendus et d’arrière-pensées. Dans un contexte familial difficile et une rapide vocation pour l’écriture, la jeune fille découvre sa sexualité et y prend tellement goût qu’elle en oublie les sentiments. Sous les chaleurs et le vacarme oppressant de la ville, les grains de peau s’exhibent à la caméra.

lunes de fiel meilleur film érotique

Lunes de fiel de Roman Polanski

Lunes de fiel est l’un de mes films préférés. Avec Roman Polanski comme réalisateur, Emmanuelle Seigner comme actrice et Hugh Grant à son plus jeune âge, le film explore le monde de la passion. Lors d’une croisière, un jeune homme rencontre un vieillard paralysé et sa sulfureuse femme. Femme fatale bien entendu, puisque la relation entre ses trois personnes va devenir intense, charnelle et machiavélique. La passion de la chair et l’amour inconditionnel libère de toutes résignations, nous mène vers le côté le plus sauvage de nous-même, jusqu’à l’autodestruction. « …Dès que je l’avais éveillée par mes caresses, ce petit animal s’étirait, écartait le rideau de satin derrière lequel il était caché pour devenir une fleur carnivore… » Non, je ne vous dirai pas la suite.

9 semaines et demi meilleur film érotique

9 semaines 1/2 de Adrian Lyne

9 semaines 1/2 est un film plus léger mais tout aussi délicieux. Il raconte le jeu amoureux d’un couple qui se découvre et s’apprivoise. Le film tourne autour de la complexité de l’homme, joué par Mickey Rourke (qu’il était beau à l’époque !). Tantôt dominateur, tantôt plus-attentionné-tu-meurs, il aime, humilie, s’excuse, joue avec les saveurs et les textures. Ces multiples facettes nous font tourner la tête, car c’est bien connu, les filles tombent souvent sous le charme des plus gros c*****ds, ou du moins des mecs les plus étranges... Bref, durant tout ce film on essaye de cerner la véritable personnalité de ce type et on emprunte quelques idées pour les ajouter à la liste de nos fantasmes.

Q meilleur film érotique

Q de Laurent Bouhnik

Au départ, tout semble être faire pour que le film soit pornographique. Lors du tournage, les scènes sexuelles n’ont pas été simulées mais ont été réalisées par des acteurs amateurs et volontaires. Pourquoi ce film n’est pas pornographique ? Malgré les images crues, le scénario invite à l’imagination. « Non, elle ne va quand même pas faire ça ? » On est doucement choqué et finalement, on adhère totalement aux fantaisies sensuelles des personnages. Ces derniers racontent les différentes phases que l’on peut traverser dans notre vie sexuelle. Il y a la fille vierge et angoissée, la nana dévergondée, la femme trompée… (Je ne vous le souhaite pas, hein). Le jeune garçon obsédé et celui qui, au contraire, est lassé de la fureur lascive de sa copine... Ce film palpitant nous renvoie à nos pensées inavouables.

noce blanche meilleur film érotique

Noce blanche de Jean-Claude Brisseau

Qui n’a pas rêvé d’une nuit/noce blanche avec son professeur ? Ok, je suis peut-être la seule mais ce film n’en est pas moins intéressant. Vanessa Paradis nous éblouit. Fille sauvage et insolente, elle se démarque de ses camarades en appelant à l’aide pour sa réussite scolaire et… sexuelle. Elle tombe en admiration devant son professeur et parvient à réveiller ses vieux démons. Même si le professeur en question est loin d’être le plus bel homme qu’on ait jamais vu (il est laid, disons le franchement), la relation interdite est très érotique mais attention ! Les liaisons interdites finissent toujours mal.

love meilleur film érotique

Love de Gaspar Noé

Gaspar Noé a choqué le monde avec son film érotique en 3D, Love. Considéré par les haineux comme du "porno 3D", Love m'a profondément bouleversée. Love est un film intime : on entre pleinement dans les pensées et angoisses des personnages, mais on entre aussi dans leur peau. On fusionne avec la caméra et on est emporté dans cette histoire d'amour où rien n’est tabou. Pour la première fois au cinéma, on voit la fusion des corps en volume, comme dans la vraie vie. Mais avec un grain d'image magnifique ; et une bande-son orgasmique. Dispo sur Netflix.

shortbus meilleur film érotique

Shortbus de John Cameron Mitchell

Comme dans Q, les images du film Shortbus sont très suggestives. On voit tout. Mais on n’est ni choqué ni dégouté puisque l’histoire, une fois de plus, nous tient en haleine. Un couple gay, une sexologue qui n’a jamais eu d’orgasme ou encore un mec voyeur, tout ce petit monde se retrouve dans une boîte d’amour, un bar de rencontres et une salle de cinéma érotique : le shortbus. On y fait l’amour au cœur de New-York et tout le monde y est le bienvenu. Bien loin d’American Pie, ce film illustre la quête du bonheur, de l’amour et du plaisir, le tout dans une esthétique graphique et poétique. Surtout quand le film commence sur un air de jazz.

emmanuelle meilleur film érotique

Emmanuelle de Just Jaeckin

Emmanuelle est un grand classique du cinéma érotique. Je l’ai regardé par curiosité et n’ai pas été déçue. Les images sont allusives dans ce décor de carte postale. Emmanuelle voyage pour retrouver son mari mais cela ne l’empêche pas de s’aventurer avec d’autres hommes. Leur relation amoureuse est aussi libre que le vent. Aimer tout le monde à la fois et ne pas être jaloux, si c’est votre utopie mais que vous en êtes incapable… Rêvez en visionnant ce film.

josepha1

Josepha Rouxel
La Mandarine
Fondatrice, Rédactrice en chef

Josepha

Josepha

http://josepharouxel.fr

Je me suis lancée dans l’aventure du blog il y a trois ans, sur un overblog moche et sans contenu. Aujourd’hui, je me démène corps et âme pour ce projet gourmand : consommer du cinéma sans modération, avec plein d’autres passionnés ! Mes films de prédilection ? Les films d’auteurs, le cinéma français, les films mélodramatiques qui retournent la tête ! Le cinéma rend accro car “Foule du cinéma : foule en manque.”

Fiche technique

Genre

Réalisation

Tête d'affiche

Nationalité

Année de sortie

Je me suis éprise du cinéma érotique. Pas de la pornographie vulgaire et banale mais du cinéma sensuel et prenant, qui nous tient en haleine du début à la fin. Que voulez-vous ? Quand on aime le cinéma et la beauté des corps, c’est tellement bon de concilier les deux. Avant de commencer, je vais essayer de tracer une frontière entre la pornographie et l’érotisme.

« L’érotisme avec ses alibis artistiques, culturels et intellectuels serait la version « bonne » des représentations de la sexualité, mais surtout celle des élites et des dominants. La pornographie serait la version « mauvaise, sale, obscène » de ces représentations, celle sans alibi, sans esthétique, celle du peuple, ce peuple qui a l’audace de vouloir jouir lui aussi. La lutte des classes dans la sexualité. »

Le blog « Les hommes libres » rappelle à quel point la frontière entre l’érotisme et la pornographie est fine et subjective. Pour moi, le cinéma érotique raconte le corps, le désir, le plaisir, les fantasmes et tout ce qui se rapporte à la sexualité. Les cinéastes ne se contentent pas de nous montrer la sexualité pure et dure mais nous emportent dans une histoire, dans l’originalité, l‘imagination, l’esthétique et jouent même avec nos limites morales. Du cinéma dérangeant, donc, qui marque les esprits. C'est fait pour ça le 7ème Art, non ?

l'amant meilleur film érotique

L'amant de Jean-Jacques Annaud

Certains films ont ce don, de nous raconter une histoire à suspens et de nous faire frémir. Je commencerai par l’Amant de Jean-Jacques Annaud, largement inspiré du roman de Marguerite Duras. C’est l’histoire d’une blanche de 15 ans qui vit près de Saïgon, en Indochine. Elle se rend dans son pensionnat toutes les semaines en traversant le fleuve du Mékong en bac. Elle y rencontre un chinois qui sera son premier amant. La rencontre est bouleversante, narrée par la voix de Jeanne Moreau. Peu de dialogue, les gros plans font office de sous-entendus et d’arrière-pensées. Dans un contexte familial difficile et une rapide vocation pour l’écriture, la jeune fille découvre sa sexualité et y prend tellement goût qu’elle en oublie les sentiments. Sous les chaleurs et le vacarme oppressant de la ville, les grains de peau s’exhibent à la caméra.

lunes de fiel meilleur film érotique

Lunes de fiel de Roman Polanski

Lunes de fiel est l’un de mes films préférés. Avec Roman Polanski comme réalisateur, Emmanuelle Seigner comme actrice et Hugh Grant à son plus jeune âge, le film explore le monde de la passion. Lors d’une croisière, un jeune homme rencontre un vieillard paralysé et sa sulfureuse femme. Femme fatale bien entendu, puisque la relation entre ses trois personnes va devenir intense, charnelle et machiavélique. La passion de la chair et l’amour inconditionnel libère de toutes résignations, nous mène vers le côté le plus sauvage de nous-même, jusqu’à l’autodestruction. « …Dès que je l’avais éveillée par mes caresses, ce petit animal s’étirait, écartait le rideau de satin derrière lequel il était caché pour devenir une fleur carnivore… » Non, je ne vous dirai pas la suite.

9 semaines et demi meilleur film érotique

9 semaines 1/2 de Adrian Lyne

9 semaines 1/2 est un film plus léger mais tout aussi délicieux. Il raconte le jeu amoureux d’un couple qui se découvre et s’apprivoise. Le film tourne autour de la complexité de l’homme, joué par Mickey Rourke (qu’il était beau à l’époque !). Tantôt dominateur, tantôt plus-attentionné-tu-meurs, il aime, humilie, s’excuse, joue avec les saveurs et les textures. Ces multiples facettes nous font tourner la tête, car c’est bien connu, les filles tombent souvent sous le charme des plus gros c*****ds, ou du moins des mecs les plus étranges... Bref, durant tout ce film on essaye de cerner la véritable personnalité de ce type et on emprunte quelques idées pour les ajouter à la liste de nos fantasmes.

Q meilleur film érotique

Q de Laurent Bouhnik

Au départ, tout semble être faire pour que le film soit pornographique. Lors du tournage, les scènes sexuelles n’ont pas été simulées mais ont été réalisées par des acteurs amateurs et volontaires. Pourquoi ce film n’est pas pornographique ? Malgré les images crues, le scénario invite à l’imagination. « Non, elle ne va quand même pas faire ça ? » On est doucement choqué et finalement, on adhère totalement aux fantaisies sensuelles des personnages. Ces derniers racontent les différentes phases que l’on peut traverser dans notre vie sexuelle. Il y a la fille vierge et angoissée, la nana dévergondée, la femme trompée… (Je ne vous le souhaite pas, hein). Le jeune garçon obsédé et celui qui, au contraire, est lassé de la fureur lascive de sa copine... Ce film palpitant nous renvoie à nos pensées inavouables.

noce blanche meilleur film érotique

Noce blanche de Jean-Claude Brisseau

Qui n’a pas rêvé d’une nuit/noce blanche avec son professeur ? Ok, je suis peut-être la seule mais ce film n’en est pas moins intéressant. Vanessa Paradis nous éblouit. Fille sauvage et insolente, elle se démarque de ses camarades en appelant à l’aide pour sa réussite scolaire et… sexuelle. Elle tombe en admiration devant son professeur et parvient à réveiller ses vieux démons. Même si le professeur en question est loin d’être le plus bel homme qu’on ait jamais vu (il est laid, disons le franchement), la relation interdite est très érotique mais attention ! Les liaisons interdites finissent toujours mal.

love meilleur film érotique

Love de Gaspar Noé

Gaspar Noé a choqué le monde avec son film érotique en 3D, Love. Considéré par les haineux comme du "porno 3D", Love m'a profondément bouleversée. Love est un film intime : on entre pleinement dans les pensées et angoisses des personnages, mais on entre aussi dans leur peau. On fusionne avec la caméra et on est emporté dans cette histoire d'amour où rien n’est tabou. Pour la première fois au cinéma, on voit la fusion des corps en volume, comme dans la vraie vie. Mais avec un grain d'image magnifique ; et une bande-son orgasmique. Dispo sur Netflix.

shortbus meilleur film érotique

Shortbus de John Cameron Mitchell

Comme dans Q, les images du film Shortbus sont très suggestives. On voit tout. Mais on n’est ni choqué ni dégouté puisque l’histoire, une fois de plus, nous tient en haleine. Un couple gay, une sexologue qui n’a jamais eu d’orgasme ou encore un mec voyeur, tout ce petit monde se retrouve dans une boîte d’amour, un bar de rencontres et une salle de cinéma érotique : le shortbus. On y fait l’amour au cœur de New-York et tout le monde y est le bienvenu. Bien loin d’American Pie, ce film illustre la quête du bonheur, de l’amour et du plaisir, le tout dans une esthétique graphique et poétique. Surtout quand le film commence sur un air de jazz.

emmanuelle meilleur film érotique

Emmanuelle de Just Jaeckin

Emmanuelle est un grand classique du cinéma érotique. Je l’ai regardé par curiosité et n’ai pas été déçue. Les images sont allusives dans ce décor de carte postale. Emmanuelle voyage pour retrouver son mari mais cela ne l’empêche pas de s’aventurer avec d’autres hommes. Leur relation amoureuse est aussi libre que le vent. Aimer tout le monde à la fois et ne pas être jaloux, si c’est votre utopie mais que vous en êtes incapable… Rêvez en visionnant ce film.

josepha1

Josepha Rouxel
La Mandarine
Fondatrice, Rédactrice en chef

Josepha

Josepha

http://josepharouxel.fr

Je me suis lancée dans l’aventure du blog il y a trois ans, sur un overblog moche et sans contenu. Aujourd’hui, je me démène corps et âme pour ce projet gourmand : consommer du cinéma sans modération, avec plein d’autres passionnés ! Mes films de prédilection ? Les films d’auteurs, le cinéma français, les films mélodramatiques qui retournent la tête ! Le cinéma rend accro car “Foule du cinéma : foule en manque.”

Ça correspond parfaitement à votre envie du moment ? Partagez à vos amis !

Pas encore rassasiés ?

Je me suis éprise du cinéma érotique. Pas de la pornographie vulgaire et banale mais du cinéma sensuel et prenant, qui nous tient en haleine du début à la fin. Que voulez-vous ? Quand on aime le cinéma et la beauté des corps, c’est tellement bon de concilier les deux. Avant de commencer, je vais essayer de tracer une frontière entre la pornographie et l’érotisme.

« L’érotisme avec ses alibis artistiques, culturels et intellectuels serait la version « bonne » des représentations de la sexualité, mais surtout celle des élites et des dominants. La pornographie serait la version « mauvaise, sale, obscène » de ces représentations, celle sans alibi, sans esthétique, celle du peuple, ce peuple qui a l’audace de vouloir jouir lui aussi. La lutte des classes dans la sexualité. »

Le blog « Les hommes libres » rappelle à quel point la frontière entre l’érotisme et la pornographie est fine et subjective. Pour moi, le cinéma érotique raconte le corps, le désir, le plaisir, les fantasmes et tout ce qui se rapporte à la sexualité. Les cinéastes ne se contentent pas de nous montrer la sexualité pure et dure mais nous emportent dans une histoire, dans l’originalité, l‘imagination, l’esthétique et jouent même avec nos limites morales. Du cinéma dérangeant, donc, qui marque les esprits. C'est fait pour ça le 7ème Art, non ?

l'amant meilleur film érotique

L'amant de Jean-Jacques Annaud

Certains films ont ce don, de nous raconter une histoire à suspens et de nous faire frémir. Je commencerai par l’Amant de Jean-Jacques Annaud, largement inspiré du roman de Marguerite Duras. C’est l’histoire d’une blanche de 15 ans qui vit près de Saïgon, en Indochine. Elle se rend dans son pensionnat toutes les semaines en traversant le fleuve du Mékong en bac. Elle y rencontre un chinois qui sera son premier amant. La rencontre est bouleversante, narrée par la voix de Jeanne Moreau. Peu de dialogue, les gros plans font office de sous-entendus et d’arrière-pensées. Dans un contexte familial difficile et une rapide vocation pour l’écriture, la jeune fille découvre sa sexualité et y prend tellement goût qu’elle en oublie les sentiments. Sous les chaleurs et le vacarme oppressant de la ville, les grains de peau s’exhibent à la caméra.

lunes de fiel meilleur film érotique

Lunes de fiel de Roman Polanski

Lunes de fiel est l’un de mes films préférés. Avec Roman Polanski comme réalisateur, Emmanuelle Seigner comme actrice et Hugh Grant à son plus jeune âge, le film explore le monde de la passion. Lors d’une croisière, un jeune homme rencontre un vieillard paralysé et sa sulfureuse femme. Femme fatale bien entendu, puisque la relation entre ses trois personnes va devenir intense, charnelle et machiavélique. La passion de la chair et l’amour inconditionnel libère de toutes résignations, nous mène vers le côté le plus sauvage de nous-même, jusqu’à l’autodestruction. « …Dès que je l’avais éveillée par mes caresses, ce petit animal s’étirait, écartait le rideau de satin derrière lequel il était caché pour devenir une fleur carnivore… » Non, je ne vous dirai pas la suite.

9 semaines et demi meilleur film érotique

9 semaines 1/2 de Adrian Lyne

9 semaines 1/2 est un film plus léger mais tout aussi délicieux. Il raconte le jeu amoureux d’un couple qui se découvre et s’apprivoise. Le film tourne autour de la complexité de l’homme, joué par Mickey Rourke (qu’il était beau à l’époque !). Tantôt dominateur, tantôt plus-attentionné-tu-meurs, il aime, humilie, s’excuse, joue avec les saveurs et les textures. Ces multiples facettes nous font tourner la tête, car c’est bien connu, les filles tombent souvent sous le charme des plus gros c*****ds, ou du moins des mecs les plus étranges... Bref, durant tout ce film on essaye de cerner la véritable personnalité de ce type et on emprunte quelques idées pour les ajouter à la liste de nos fantasmes.

Q meilleur film érotique

Q de Laurent Bouhnik

Au départ, tout semble être faire pour que le film soit pornographique. Lors du tournage, les scènes sexuelles n’ont pas été simulées mais ont été réalisées par des acteurs amateurs et volontaires. Pourquoi ce film n’est pas pornographique ? Malgré les images crues, le scénario invite à l’imagination. « Non, elle ne va quand même pas faire ça ? » On est doucement choqué et finalement, on adhère totalement aux fantaisies sensuelles des personnages. Ces derniers racontent les différentes phases que l’on peut traverser dans notre vie sexuelle. Il y a la fille vierge et angoissée, la nana dévergondée, la femme trompée… (Je ne vous le souhaite pas, hein). Le jeune garçon obsédé et celui qui, au contraire, est lassé de la fureur lascive de sa copine... Ce film palpitant nous renvoie à nos pensées inavouables.

noce blanche meilleur film érotique

Noce blanche de Jean-Claude Brisseau

Qui n’a pas rêvé d’une nuit/noce blanche avec son professeur ? Ok, je suis peut-être la seule mais ce film n’en est pas moins intéressant. Vanessa Paradis nous éblouit. Fille sauvage et insolente, elle se démarque de ses camarades en appelant à l’aide pour sa réussite scolaire et… sexuelle. Elle tombe en admiration devant son professeur et parvient à réveiller ses vieux démons. Même si le professeur en question est loin d’être le plus bel homme qu’on ait jamais vu (il est laid, disons le franchement), la relation interdite est très érotique mais attention ! Les liaisons interdites finissent toujours mal.

love meilleur film érotique

Love de Gaspar Noé

Gaspar Noé a choqué le monde avec son film érotique en 3D, Love. Considéré par les haineux comme du "porno 3D", Love m'a profondément bouleversée. Love est un film intime : on entre pleinement dans les pensées et angoisses des personnages, mais on entre aussi dans leur peau. On fusionne avec la caméra et on est emporté dans cette histoire d'amour où rien n’est tabou. Pour la première fois au cinéma, on voit la fusion des corps en volume, comme dans la vraie vie. Mais avec un grain d'image magnifique ; et une bande-son orgasmique. Dispo sur Netflix.

shortbus meilleur film érotique

Shortbus de John Cameron Mitchell

Comme dans Q, les images du film Shortbus sont très suggestives. On voit tout. Mais on n’est ni choqué ni dégouté puisque l’histoire, une fois de plus, nous tient en haleine. Un couple gay, une sexologue qui n’a jamais eu d’orgasme ou encore un mec voyeur, tout ce petit monde se retrouve dans une boîte d’amour, un bar de rencontres et une salle de cinéma érotique : le shortbus. On y fait l’amour au cœur de New-York et tout le monde y est le bienvenu. Bien loin d’American Pie, ce film illustre la quête du bonheur, de l’amour et du plaisir, le tout dans une esthétique graphique et poétique. Surtout quand le film commence sur un air de jazz.

emmanuelle meilleur film érotique

Emmanuelle de Just Jaeckin

Emmanuelle est un grand classique du cinéma érotique. Je l’ai regardé par curiosité et n’ai pas été déçue. Les images sont allusives dans ce décor de carte postale. Emmanuelle voyage pour retrouver son mari mais cela ne l’empêche pas de s’aventurer avec d’autres hommes. Leur relation amoureuse est aussi libre que le vent. Aimer tout le monde à la fois et ne pas être jaloux, si c’est votre utopie mais que vous en êtes incapable… Rêvez en visionnant ce film.

josepha1

Josepha Rouxel
La Mandarine
Fondatrice, Rédactrice en chef

Pas encore rassasiés ?