Synopsis de Premier contact

Lorsque de mystérieux vaisseaux venus du fond de l’espace surgissent un peu partout sur Terre, une équipe d’experts est rassemblée sous la direction de la linguiste Louise Banks afin de tenter de comprendre leurs intentions…

Denis Villeneuve signe avec « Premier contact » (Arrival) un film de science-fiction créatif et pour le moins étonnant. À l’heure ou la plupart des films de science-fiction ne sont que des blockbusters hollywoodiens insipides (il est loin le temps de « Dune », « Blade Runner » ou encore « 2001 l’Odyssée de l’espace »), « Premier contact » s’impose comme un chef d’oeuvre s’interrogeant sur la capacité de l’humanité à communiquer entre les différents peuples, et posant la problématique d’un dialogue extraterrestre.

Réinventer le dialogue

Le dialogue constitue le point essentiel du film. Le scénario, classique au premier abord, se concentre sur la compréhension d’autrui, à savoir les nouveaux venus sur terre. En effet, la terre est prise de panique lorsque l’humanité découvre avec stupéfaction plusieurs monolithes extraterrestres posés aux quatre coins du globe, sans pour autant expliquer pourquoi ils sont placés à ces endroits. Suite à cette découverte, la tension des différents états et leur manière de réagir vont être au cœur du film. C’est ainsi que chaque coalition va essayer de rentrer en contact avec les intrus, avec plus ou moins de succès. La linguiste mondialement reconnu Louise Banks (Amy Adams), va être engagée par l’armée américaine pour essayer de comprendre les extraterrestres. Ce qui fait véritablement la force de ce film, c’est la vision et la manière d’aborder les choses de la part de Denis Villeneuve. Ce dernier nous étonne en nous offrant un véritable travail de traduction de la langue alien. Et ce qui m’a épaté, c’est la labeur accomplie autour de cette langue venue d’ailleurs, qui n’a pas été survolée mais au contraire approfondie, et qui rend le film extrêmement crédible. Vous l’aurez compris, le travail autour de l’immersion est remarquable, et nous fait prendre conscience des nombreuses différences qui existent entre les langues terrestres, et plus encore en comparaison de la langue alien.

Ainsi, l’énigme autour de ce langage inconnu va faire naitre des interprétations différentes et les réactions dans le monde vont devenir extrêmes. L’humanité se retrouve bientôt au bord d’une guerre absolue. Le film prouve encore une fois la nature destructrice de l’humanité et son incapacité à faire confiance à certains individus capables de changer les choses. C’est alors que Louise Banks va devoir prendre un risque pour trouver la véritable réponse de leur venu, au risque de détruire le genre humain.

Une mise en scène remarquable

Un film de cette trempe se doit d’être porté par une réalisation irréprochable. Pas de panique, Denis Villeneuve connait parfaitement son affaire. Le réalisateur est très habile pour créer une ambiance pesante et inquiétante. Il nous l’a encore prouvé cette année avec l’excellent Sicario, et Premier Contact ne déroge pas à la règle. Le travail autour de la musique et du design sonore est très important dans son film. J’ai rarement ressenti autant d’émotion à l’écoute d’une telle bande sonore. En dehors de la mise en scène excellente, ce travail autour des sons suffit à nous plonger dans un récit à la fois étrange et passionnant, et renforce l’énigme autour des monolithes extraterrestres. Il y a aussi une certaine volonté à faire durer le suspense, pour nous amener progressivement vers la résolution des questions posées à travers le film.

Pour terminer, je me dois de saluer la performance visuelle, et particulièrement la façon de représenter les aliens et leur vaisseau. Bien plus avancé que nous, ces derniers disposent d’une technologie qui nous dépasse, qui n’est pas qualifiable tant celle-ci est dématérialisée. Du génie quand on connait le nombre de représentations des technologies futures, mainte et mainte fois symbolisées dans les films d’anticipation, et souvent de la même manière.

En défruinitive…

Premier Contact est pour moi un vrai coup de cœur puisqu’il amène un vent de fraicheur dans la science-fiction moderne, et c’est presque inconcevable de voir un film de science-fiction sans actions et non cliché dans nos salles aujourd’hui, sauf à de rares exceptions près (Interstellar de Nolan). Les logos des maisons de production au début du film sont nombreux, preuve que Denis Villeneuve à du batailler pour réussir à financer son film. Et je lui dit merci, car ce dernier m’a profondément ému, avec une fin assez inattendue. À méditer donc, je vous conseille vivement de voir Premier Contact, amateur de science-fiction ou pas !

Réalisation

Nationalité

Année de sortie

Synopsis de Premier contact

Lorsque de mystérieux vaisseaux venus du fond de l’espace surgissent un peu partout sur Terre, une équipe d’experts est rassemblée sous la direction de la linguiste Louise Banks afin de tenter de comprendre leurs intentions...

Denis Villeneuve signe avec "Premier contact" (Arrival) un film de science-fiction créatif et pour le moins étonnant. À l'heure ou la plupart des films de science-fiction ne sont que des blockbusters hollywoodiens insipides (il est loin le temps de "Dune", "Blade Runner" ou encore "2001 l'Odyssée de l'espace"), "Premier contact" s'impose comme un chef d'oeuvre s'interrogeant sur la capacité de l'humanité à communiquer entre les différents peuples, et posant la problématique d'un dialogue extraterrestre.

Réinventer le dialogue

Le dialogue constitue le point essentiel du film. Le scénario, classique au premier abord, se concentre sur la compréhension d'autrui, à savoir les nouveaux venus sur terre. En effet, la terre est prise de panique lorsque l'humanité découvre avec stupéfaction plusieurs monolithes extraterrestres posés aux quatre coins du globe, sans pour autant expliquer pourquoi ils sont placés à ces endroits. Suite à cette découverte, la tension des différents états et leur manière de réagir vont être au cœur du film. C'est ainsi que chaque coalition va essayer de rentrer en contact avec les intrus, avec plus ou moins de succès. La linguiste mondialement reconnu Louise Banks (Amy Adams), va être engagée par l'armée américaine pour essayer de comprendre les extraterrestres. Ce qui fait véritablement la force de ce film, c'est la vision et la manière d'aborder les choses de la part de Denis Villeneuve. Ce dernier nous étonne en nous offrant un véritable travail de traduction de la langue alien. Et ce qui m'a épaté, c'est la labeur accomplie autour de cette langue venue d’ailleurs, qui n'a pas été survolée mais au contraire approfondie, et qui rend le film extrêmement crédible. Vous l'aurez compris, le travail autour de l'immersion est remarquable, et nous fait prendre conscience des nombreuses différences qui existent entre les langues terrestres, et plus encore en comparaison de la langue alien.

Ainsi, l'énigme autour de ce langage inconnu va faire naitre des interprétations différentes et les réactions dans le monde vont devenir extrêmes. L'humanité se retrouve bientôt au bord d’une guerre absolue. Le film prouve encore une fois la nature destructrice de l'humanité et son incapacité à faire confiance à certains individus capables de changer les choses. C'est alors que Louise Banks va devoir prendre un risque pour trouver la véritable réponse de leur venu, au risque de détruire le genre humain.

Une mise en scène remarquable

Un film de cette trempe se doit d'être porté par une réalisation irréprochable. Pas de panique, Denis Villeneuve connait parfaitement son affaire. Le réalisateur est très habile pour créer une ambiance pesante et inquiétante. Il nous l'a encore prouvé cette année avec l'excellent Sicario, et Premier Contact ne déroge pas à la règle. Le travail autour de la musique et du design sonore est très important dans son film. J'ai rarement ressenti autant d'émotion à l'écoute d'une telle bande sonore. En dehors de la mise en scène excellente, ce travail autour des sons suffit à nous plonger dans un récit à la fois étrange et passionnant, et renforce l'énigme autour des monolithes extraterrestres. Il y a aussi une certaine volonté à faire durer le suspense, pour nous amener progressivement vers la résolution des questions posées à travers le film.

Pour terminer, je me dois de saluer la performance visuelle, et particulièrement la façon de représenter les aliens et leur vaisseau. Bien plus avancé que nous, ces derniers disposent d'une technologie qui nous dépasse, qui n'est pas qualifiable tant celle-ci est dématérialisée. Du génie quand on connait le nombre de représentations des technologies futures, mainte et mainte fois symbolisées dans les films d'anticipation, et souvent de la même manière.

En défruinitive...

Premier Contact est pour moi un vrai coup de cœur puisqu'il amène un vent de fraicheur dans la science-fiction moderne, et c'est presque inconcevable de voir un film de science-fiction sans actions et non cliché dans nos salles aujourd'hui, sauf à de rares exceptions près (Interstellar de Nolan). Les logos des maisons de production au début du film sont nombreux, preuve que Denis Villeneuve à du batailler pour réussir à financer son film. Et je lui dit merci, car ce dernier m'a profondément ému, avec une fin assez inattendue. À méditer donc, je vous conseille vivement de voir Premier Contact, amateur de science-fiction ou pas !

Simon

Simon

http://www.simonperoys.fr/

Calme et discret, j’ai un goût prononcé pour le 7e art ! Pourquoi ? Parce que le cinéma est un art formidable. Il permet de rêver, de se cultiver, de rire, de se retrouver, de s’émouvoir. Pour moi, il n’y a pas de genre de film parfait, le principal est d’en prendre plein les yeux ! J’essaye d’apprécier chaque film à sa juste valeur. Les salles obscures me font toujours un effet particulier, car quand j’étais enfant, je n’y allais pas souvent. Les séances étaient alors pour moi des moments tant attendus. Aujourd’hui, je déguste le cinéma sans modération pour me rafraichir les idées, tel un melon savoureux et sucré que l’on peut consommer à volonté.

Fiche technique

Genre

Réalisation

Tête d'affiche

Nationalité

Année de sortie

Synopsis de Premier contact

Lorsque de mystérieux vaisseaux venus du fond de l’espace surgissent un peu partout sur Terre, une équipe d’experts est rassemblée sous la direction de la linguiste Louise Banks afin de tenter de comprendre leurs intentions...

Denis Villeneuve signe avec "Premier contact" (Arrival) un film de science-fiction créatif et pour le moins étonnant. À l'heure ou la plupart des films de science-fiction ne sont que des blockbusters hollywoodiens insipides (il est loin le temps de "Dune", "Blade Runner" ou encore "2001 l'Odyssée de l'espace"), "Premier contact" s'impose comme un chef d'oeuvre s'interrogeant sur la capacité de l'humanité à communiquer entre les différents peuples, et posant la problématique d'un dialogue extraterrestre.

Réinventer le dialogue

Le dialogue constitue le point essentiel du film. Le scénario, classique au premier abord, se concentre sur la compréhension d'autrui, à savoir les nouveaux venus sur terre. En effet, la terre est prise de panique lorsque l'humanité découvre avec stupéfaction plusieurs monolithes extraterrestres posés aux quatre coins du globe, sans pour autant expliquer pourquoi ils sont placés à ces endroits. Suite à cette découverte, la tension des différents états et leur manière de réagir vont être au cœur du film. C'est ainsi que chaque coalition va essayer de rentrer en contact avec les intrus, avec plus ou moins de succès. La linguiste mondialement reconnu Louise Banks (Amy Adams), va être engagée par l'armée américaine pour essayer de comprendre les extraterrestres. Ce qui fait véritablement la force de ce film, c'est la vision et la manière d'aborder les choses de la part de Denis Villeneuve. Ce dernier nous étonne en nous offrant un véritable travail de traduction de la langue alien. Et ce qui m'a épaté, c'est la labeur accomplie autour de cette langue venue d’ailleurs, qui n'a pas été survolée mais au contraire approfondie, et qui rend le film extrêmement crédible. Vous l'aurez compris, le travail autour de l'immersion est remarquable, et nous fait prendre conscience des nombreuses différences qui existent entre les langues terrestres, et plus encore en comparaison de la langue alien.

Ainsi, l'énigme autour de ce langage inconnu va faire naitre des interprétations différentes et les réactions dans le monde vont devenir extrêmes. L'humanité se retrouve bientôt au bord d’une guerre absolue. Le film prouve encore une fois la nature destructrice de l'humanité et son incapacité à faire confiance à certains individus capables de changer les choses. C'est alors que Louise Banks va devoir prendre un risque pour trouver la véritable réponse de leur venu, au risque de détruire le genre humain.

Une mise en scène remarquable

Un film de cette trempe se doit d'être porté par une réalisation irréprochable. Pas de panique, Denis Villeneuve connait parfaitement son affaire. Le réalisateur est très habile pour créer une ambiance pesante et inquiétante. Il nous l'a encore prouvé cette année avec l'excellent Sicario, et Premier Contact ne déroge pas à la règle. Le travail autour de la musique et du design sonore est très important dans son film. J'ai rarement ressenti autant d'émotion à l'écoute d'une telle bande sonore. En dehors de la mise en scène excellente, ce travail autour des sons suffit à nous plonger dans un récit à la fois étrange et passionnant, et renforce l'énigme autour des monolithes extraterrestres. Il y a aussi une certaine volonté à faire durer le suspense, pour nous amener progressivement vers la résolution des questions posées à travers le film.

Pour terminer, je me dois de saluer la performance visuelle, et particulièrement la façon de représenter les aliens et leur vaisseau. Bien plus avancé que nous, ces derniers disposent d'une technologie qui nous dépasse, qui n'est pas qualifiable tant celle-ci est dématérialisée. Du génie quand on connait le nombre de représentations des technologies futures, mainte et mainte fois symbolisées dans les films d'anticipation, et souvent de la même manière.

En défruinitive...

Premier Contact est pour moi un vrai coup de cœur puisqu'il amène un vent de fraicheur dans la science-fiction moderne, et c'est presque inconcevable de voir un film de science-fiction sans actions et non cliché dans nos salles aujourd'hui, sauf à de rares exceptions près (Interstellar de Nolan). Les logos des maisons de production au début du film sont nombreux, preuve que Denis Villeneuve à du batailler pour réussir à financer son film. Et je lui dit merci, car ce dernier m'a profondément ému, avec une fin assez inattendue. À méditer donc, je vous conseille vivement de voir Premier Contact, amateur de science-fiction ou pas !

Simon

Simon

http://www.simonperoys.fr/

Calme et discret, j’ai un goût prononcé pour le 7e art ! Pourquoi ? Parce que le cinéma est un art formidable. Il permet de rêver, de se cultiver, de rire, de se retrouver, de s’émouvoir. Pour moi, il n’y a pas de genre de film parfait, le principal est d’en prendre plein les yeux ! J’essaye d’apprécier chaque film à sa juste valeur. Les salles obscures me font toujours un effet particulier, car quand j’étais enfant, je n’y allais pas souvent. Les séances étaient alors pour moi des moments tant attendus. Aujourd’hui, je déguste le cinéma sans modération pour me rafraichir les idées, tel un melon savoureux et sucré que l’on peut consommer à volonté.

Ça correspond parfaitement à votre envie du moment ? Partagez à vos amis !

Pas encore rassasiés ?

Réalisation

Nationalité

Année de sortie

Synopsis de Premier contact

Lorsque de mystérieux vaisseaux venus du fond de l’espace surgissent un peu partout sur Terre, une équipe d’experts est rassemblée sous la direction de la linguiste Louise Banks afin de tenter de comprendre leurs intentions...

Denis Villeneuve signe avec "Premier contact" (Arrival) un film de science-fiction créatif et pour le moins étonnant. À l'heure ou la plupart des films de science-fiction ne sont que des blockbusters hollywoodiens insipides (il est loin le temps de "Dune", "Blade Runner" ou encore "2001 l'Odyssée de l'espace"), "Premier contact" s'impose comme un chef d'oeuvre s'interrogeant sur la capacité de l'humanité à communiquer entre les différents peuples, et posant la problématique d'un dialogue extraterrestre.

Réinventer le dialogue

Le dialogue constitue le point essentiel du film. Le scénario, classique au premier abord, se concentre sur la compréhension d'autrui, à savoir les nouveaux venus sur terre. En effet, la terre est prise de panique lorsque l'humanité découvre avec stupéfaction plusieurs monolithes extraterrestres posés aux quatre coins du globe, sans pour autant expliquer pourquoi ils sont placés à ces endroits. Suite à cette découverte, la tension des différents états et leur manière de réagir vont être au cœur du film. C'est ainsi que chaque coalition va essayer de rentrer en contact avec les intrus, avec plus ou moins de succès. La linguiste mondialement reconnu Louise Banks (Amy Adams), va être engagée par l'armée américaine pour essayer de comprendre les extraterrestres. Ce qui fait véritablement la force de ce film, c'est la vision et la manière d'aborder les choses de la part de Denis Villeneuve. Ce dernier nous étonne en nous offrant un véritable travail de traduction de la langue alien. Et ce qui m'a épaté, c'est la labeur accomplie autour de cette langue venue d’ailleurs, qui n'a pas été survolée mais au contraire approfondie, et qui rend le film extrêmement crédible. Vous l'aurez compris, le travail autour de l'immersion est remarquable, et nous fait prendre conscience des nombreuses différences qui existent entre les langues terrestres, et plus encore en comparaison de la langue alien.

Ainsi, l'énigme autour de ce langage inconnu va faire naitre des interprétations différentes et les réactions dans le monde vont devenir extrêmes. L'humanité se retrouve bientôt au bord d’une guerre absolue. Le film prouve encore une fois la nature destructrice de l'humanité et son incapacité à faire confiance à certains individus capables de changer les choses. C'est alors que Louise Banks va devoir prendre un risque pour trouver la véritable réponse de leur venu, au risque de détruire le genre humain.

Une mise en scène remarquable

Un film de cette trempe se doit d'être porté par une réalisation irréprochable. Pas de panique, Denis Villeneuve connait parfaitement son affaire. Le réalisateur est très habile pour créer une ambiance pesante et inquiétante. Il nous l'a encore prouvé cette année avec l'excellent Sicario, et Premier Contact ne déroge pas à la règle. Le travail autour de la musique et du design sonore est très important dans son film. J'ai rarement ressenti autant d'émotion à l'écoute d'une telle bande sonore. En dehors de la mise en scène excellente, ce travail autour des sons suffit à nous plonger dans un récit à la fois étrange et passionnant, et renforce l'énigme autour des monolithes extraterrestres. Il y a aussi une certaine volonté à faire durer le suspense, pour nous amener progressivement vers la résolution des questions posées à travers le film.

Pour terminer, je me dois de saluer la performance visuelle, et particulièrement la façon de représenter les aliens et leur vaisseau. Bien plus avancé que nous, ces derniers disposent d'une technologie qui nous dépasse, qui n'est pas qualifiable tant celle-ci est dématérialisée. Du génie quand on connait le nombre de représentations des technologies futures, mainte et mainte fois symbolisées dans les films d'anticipation, et souvent de la même manière.

En défruinitive...

Premier Contact est pour moi un vrai coup de cœur puisqu'il amène un vent de fraicheur dans la science-fiction moderne, et c'est presque inconcevable de voir un film de science-fiction sans actions et non cliché dans nos salles aujourd'hui, sauf à de rares exceptions près (Interstellar de Nolan). Les logos des maisons de production au début du film sont nombreux, preuve que Denis Villeneuve à du batailler pour réussir à financer son film. Et je lui dit merci, car ce dernier m'a profondément ému, avec une fin assez inattendue. À méditer donc, je vous conseille vivement de voir Premier Contact, amateur de science-fiction ou pas !

Simon

Simon

http://www.simonperoys.fr/

Calme et discret, j’ai un goût prononcé pour le 7e art ! Pourquoi ? Parce que le cinéma est un art formidable. Il permet de rêver, de se cultiver, de rire, de se retrouver, de s’émouvoir. Pour moi, il n’y a pas de genre de film parfait, le principal est d’en prendre plein les yeux ! J’essaye d’apprécier chaque film à sa juste valeur. Les salles obscures me font toujours un effet particulier, car quand j’étais enfant, je n’y allais pas souvent. Les séances étaient alors pour moi des moments tant attendus. Aujourd’hui, je déguste le cinéma sans modération pour me rafraichir les idées, tel un melon savoureux et sucré que l’on peut consommer à volonté.

Fiche technique

Genre

Réalisation

Tête d'affiche

Nationalité

Année de sortie

Synopsis de Premier contact

Lorsque de mystérieux vaisseaux venus du fond de l’espace surgissent un peu partout sur Terre, une équipe d’experts est rassemblée sous la direction de la linguiste Louise Banks afin de tenter de comprendre leurs intentions...

Denis Villeneuve signe avec "Premier contact" (Arrival) un film de science-fiction créatif et pour le moins étonnant. À l'heure ou la plupart des films de science-fiction ne sont que des blockbusters hollywoodiens insipides (il est loin le temps de "Dune", "Blade Runner" ou encore "2001 l'Odyssée de l'espace"), "Premier contact" s'impose comme un chef d'oeuvre s'interrogeant sur la capacité de l'humanité à communiquer entre les différents peuples, et posant la problématique d'un dialogue extraterrestre.

Réinventer le dialogue

Le dialogue constitue le point essentiel du film. Le scénario, classique au premier abord, se concentre sur la compréhension d'autrui, à savoir les nouveaux venus sur terre. En effet, la terre est prise de panique lorsque l'humanité découvre avec stupéfaction plusieurs monolithes extraterrestres posés aux quatre coins du globe, sans pour autant expliquer pourquoi ils sont placés à ces endroits. Suite à cette découverte, la tension des différents états et leur manière de réagir vont être au cœur du film. C'est ainsi que chaque coalition va essayer de rentrer en contact avec les intrus, avec plus ou moins de succès. La linguiste mondialement reconnu Louise Banks (Amy Adams), va être engagée par l'armée américaine pour essayer de comprendre les extraterrestres. Ce qui fait véritablement la force de ce film, c'est la vision et la manière d'aborder les choses de la part de Denis Villeneuve. Ce dernier nous étonne en nous offrant un véritable travail de traduction de la langue alien. Et ce qui m'a épaté, c'est la labeur accomplie autour de cette langue venue d’ailleurs, qui n'a pas été survolée mais au contraire approfondie, et qui rend le film extrêmement crédible. Vous l'aurez compris, le travail autour de l'immersion est remarquable, et nous fait prendre conscience des nombreuses différences qui existent entre les langues terrestres, et plus encore en comparaison de la langue alien.

Ainsi, l'énigme autour de ce langage inconnu va faire naitre des interprétations différentes et les réactions dans le monde vont devenir extrêmes. L'humanité se retrouve bientôt au bord d’une guerre absolue. Le film prouve encore une fois la nature destructrice de l'humanité et son incapacité à faire confiance à certains individus capables de changer les choses. C'est alors que Louise Banks va devoir prendre un risque pour trouver la véritable réponse de leur venu, au risque de détruire le genre humain.

Une mise en scène remarquable

Un film de cette trempe se doit d'être porté par une réalisation irréprochable. Pas de panique, Denis Villeneuve connait parfaitement son affaire. Le réalisateur est très habile pour créer une ambiance pesante et inquiétante. Il nous l'a encore prouvé cette année avec l'excellent Sicario, et Premier Contact ne déroge pas à la règle. Le travail autour de la musique et du design sonore est très important dans son film. J'ai rarement ressenti autant d'émotion à l'écoute d'une telle bande sonore. En dehors de la mise en scène excellente, ce travail autour des sons suffit à nous plonger dans un récit à la fois étrange et passionnant, et renforce l'énigme autour des monolithes extraterrestres. Il y a aussi une certaine volonté à faire durer le suspense, pour nous amener progressivement vers la résolution des questions posées à travers le film.

Pour terminer, je me dois de saluer la performance visuelle, et particulièrement la façon de représenter les aliens et leur vaisseau. Bien plus avancé que nous, ces derniers disposent d'une technologie qui nous dépasse, qui n'est pas qualifiable tant celle-ci est dématérialisée. Du génie quand on connait le nombre de représentations des technologies futures, mainte et mainte fois symbolisées dans les films d'anticipation, et souvent de la même manière.

En défruinitive...

Premier Contact est pour moi un vrai coup de cœur puisqu'il amène un vent de fraicheur dans la science-fiction moderne, et c'est presque inconcevable de voir un film de science-fiction sans actions et non cliché dans nos salles aujourd'hui, sauf à de rares exceptions près (Interstellar de Nolan). Les logos des maisons de production au début du film sont nombreux, preuve que Denis Villeneuve à du batailler pour réussir à financer son film. Et je lui dit merci, car ce dernier m'a profondément ému, avec une fin assez inattendue. À méditer donc, je vous conseille vivement de voir Premier Contact, amateur de science-fiction ou pas !

Simon

Simon

http://www.simonperoys.fr/

Calme et discret, j’ai un goût prononcé pour le 7e art ! Pourquoi ? Parce que le cinéma est un art formidable. Il permet de rêver, de se cultiver, de rire, de se retrouver, de s’émouvoir. Pour moi, il n’y a pas de genre de film parfait, le principal est d’en prendre plein les yeux ! J’essaye d’apprécier chaque film à sa juste valeur. Les salles obscures me font toujours un effet particulier, car quand j’étais enfant, je n’y allais pas souvent. Les séances étaient alors pour moi des moments tant attendus. Aujourd’hui, je déguste le cinéma sans modération pour me rafraichir les idées, tel un melon savoureux et sucré que l’on peut consommer à volonté.

Ça correspond parfaitement à votre envie du moment ? Partagez à vos amis !

Pas encore rassasiés ?