Pourquoi j’ai aimé ?

Cartel mexicains, trafic de drogue, kidnapping, meurtre, mensonges, menaces, tous les ingrédients nécessaire pour une série entrainante.

C’est par pur hasard que j’ai découvert cette série proposée dans mes actualités Netflix. A l’heure actuelle ils ne possèdent les droits que sur la première saison, la seconde est en cours de diffusion sur la chaîne américaine USA. Honnêtement, j’ai dévoré cette saison 1 en quelques jours à peine !

Le nom m’interpellait, ainsi que son affiche, le ton est donné : Queen of the South ou la Reine du Sud. Adapté du roman du célèbre Arturo Pérez-Reverte, La Reine del Sur.

On découvre dès les premières minutes de la série une baronne de la drogue entourée de son cartel. Elle est abattue d’une balle dans la tête. On va alors découvrir comment elle en est arrivée là.

© Queen of south saison 1, 2016

La série retrace donc la vie de Teresa Mendoza, mexicaine travaillant à la frontière en tant que changeuse d’argent. Elle tombe finalement amoureuse d’un trafiquant de drogue qui va bouleverser sa vie. Ce dernier va se faire tuer, et afin de survivre elle va devoir se battre pour sa vie en échappant au cartel Mexicain.

Mais plutôt que de vous spoiler (rassurez vous, je ne vous raconte pas plus que les premières minutes et ce qu’on peut lire sur tous les synopsis de la série), je voudrais surtout vous dire pourquoi cette série me plait.

Dans un premier temps, voir des femmes dans une position de pouvoir me plait, mais surtout lorsqu’elles ne se servent pas de leur sexualité pour arriver à leur fins. En effet, on ne retrouve que très peu de scène de sexe dans la série, il me semble n’en avoir vu que 2 à ce jour et pourtant c’est totalement le genre de clichés auxquels peuvent s’adonner certaines séries traitant de ce genre de sujet. Mais ici la série a fait fort en proposant des personnages féminins fort par leur caractères et non grâce à leur prouesses sexuelles.

Dans un deuxième temps, on ne s’ennuie jamais ! Le rythme est maintenu à chaque épisode, entre manipulation, mensonges, trahisons on ne sait plus où donner de la tête. Ce n’est pas pour autant que l’on s’y perds, la série est merveilleusement réalisée, on ne se retrouve pas avec 100000 noms différents à retenir, les personnages sont identifiables, même si on ne comprends pas vraiment l’utilisation des langues. En effet, la série se déroulant au Texas et au Mexique, l’anglais et l’espagnol sont d’usage, seulement la série se permet de passer de l’une à l’autre sans trop de raisons, contrairement à Narcos où le choix des langues est toujours justifié, et c’est pour ça, et je ne le répéterai jamais assez, qu’il est obligatoire de tout regarder en VOSTFR les amis !

Dans un troisième temps, l’intrigue est intéressante, il faut aimer les histoires de gangs, de trafic de drogue. On a ici une autre vision que ce que l’on nous propose, puisque Teressa se retrouve au bas de l’échelle, elle est d’abord une mule qui gravit petit à petit les échelons ce qui permets de ne pas embellir le monde de la drogue, on y voit les dangers, les risques encourus et les relations de pouvoir.

Je mettrais juste un petit point négatif, au delà du problème de l’usage des langues je ne suis pas convaincu par la performance de Veronica Falcon qui joue le rôle de la baronne de la drogue à Dallas, je ne la trouve pas assez convaincante. Mais je nuance mes propos car Alice Braga, dans le rôle de Teresa, donne réellement le ton à la série. Elle est formidable, et nous convainc totalement.

Queen of the South : un parfait mélange entre pouvoir et histoire de drogue

Pourquoi j'ai aimé ?

Cartel mexicains, trafic de drogue, kidnapping, meurtre, mensonges, menaces, tous les ingrédients nécessaire pour une série entrainante.

C’est par pur hasard que j’ai découvert cette série proposée dans mes actualités Netflix. A l’heure actuelle ils ne possèdent les droits que sur la première saison, la seconde est en cours de diffusion sur la chaîne américaine USA. Honnêtement, j’ai dévoré cette saison 1 en quelques jours à peine !

Le nom m’interpellait, ainsi que son affiche, le ton est donné : Queen of the South ou la Reine du Sud. Adapté du roman du célèbre Arturo Pérez-Reverte, La Reine del Sur.

On découvre dès les premières minutes de la série une baronne de la drogue entourée de son cartel. Elle est abattue d’une balle dans la tête. On va alors découvrir comment elle en est arrivée là.

© Queen of south saison 1, 2016

La série retrace donc la vie de Teresa Mendoza, mexicaine travaillant à la frontière en tant que changeuse d’argent. Elle tombe finalement amoureuse d’un trafiquant de drogue qui va bouleverser sa vie. Ce dernier va se faire tuer, et afin de survivre elle va devoir se battre pour sa vie en échappant au cartel Mexicain.

Mais plutôt que de vous spoiler (rassurez vous, je ne vous raconte pas plus que les premières minutes et ce qu’on peut lire sur tous les synopsis de la série), je voudrais surtout vous dire pourquoi cette série me plait.

Dans un premier temps, voir des femmes dans une position de pouvoir me plait, mais surtout lorsqu’elles ne se servent pas de leur sexualité pour arriver à leur fins. En effet, on ne retrouve que très peu de scène de sexe dans la série, il me semble n’en avoir vu que 2 à ce jour et pourtant c’est totalement le genre de clichés auxquels peuvent s’adonner certaines séries traitant de ce genre de sujet. Mais ici la série a fait fort en proposant des personnages féminins fort par leur caractères et non grâce à leur prouesses sexuelles.

Dans un deuxième temps, on ne s’ennuie jamais ! Le rythme est maintenu à chaque épisode, entre manipulation, mensonges, trahisons on ne sait plus où donner de la tête. Ce n’est pas pour autant que l’on s’y perds, la série est merveilleusement réalisée, on ne se retrouve pas avec 100000 noms différents à retenir, les personnages sont identifiables, même si on ne comprends pas vraiment l’utilisation des langues. En effet, la série se déroulant au Texas et au Mexique, l’anglais et l’espagnol sont d’usage, seulement la série se permet de passer de l’une à l’autre sans trop de raisons, contrairement à Narcos où le choix des langues est toujours justifié, et c’est pour ça, et je ne le répéterai jamais assez, qu’il est obligatoire de tout regarder en VOSTFR les amis !

Dans un troisième temps, l’intrigue est intéressante, il faut aimer les histoires de gangs, de trafic de drogue. On a ici une autre vision que ce que l’on nous propose, puisque Teressa se retrouve au bas de l’échelle, elle est d’abord une mule qui gravit petit à petit les échelons ce qui permets de ne pas embellir le monde de la drogue, on y voit les dangers, les risques encourus et les relations de pouvoir.

Je mettrais juste un petit point négatif, au delà du problème de l’usage des langues je ne suis pas convaincu par la performance de Veronica Falcon qui joue le rôle de la baronne de la drogue à Dallas, je ne la trouve pas assez convaincante. Mais je nuance mes propos car Alice Braga, dans le rôle de Teresa, donne réellement le ton à la série. Elle est formidable, et nous convainc totalement.

Yona Autin

Yona Autin

Passionnée par le monde qui nous entoure, j’ai décidé de partir à la découverte de ce dernier. La mangue étant probablement le fruit que j’ai le plus ingurgité ces dernières années je ne me vois plus passer plus de deux semaines sans cette dernière. Côté séries télé ? C’est tous les jours et j’ai beaucoup de mal à concevoir une bonne semaine sans avoir vu un bon épisode (voire même plusieurs en fait). Je rejoins donc l’équipe de Fruits qu’on fit pour vous apporter ma critique sur les séries télévisées qui font ou ont fait mon quotidien, en espérant vous donner envie de découvrir ces dernières ? Bisous fruités !

Fiche technique

Pourquoi j'ai aimé ?

Cartel mexicains, trafic de drogue, kidnapping, meurtre, mensonges, menaces, tous les ingrédients nécessaire pour une série entrainante.

C’est par pur hasard que j’ai découvert cette série proposée dans mes actualités Netflix. A l’heure actuelle ils ne possèdent les droits que sur la première saison, la seconde est en cours de diffusion sur la chaîne américaine USA. Honnêtement, j’ai dévoré cette saison 1 en quelques jours à peine !

Le nom m’interpellait, ainsi que son affiche, le ton est donné : Queen of the South ou la Reine du Sud. Adapté du roman du célèbre Arturo Pérez-Reverte, La Reine del Sur.

On découvre dès les premières minutes de la série une baronne de la drogue entourée de son cartel. Elle est abattue d’une balle dans la tête. On va alors découvrir comment elle en est arrivée là.

© Queen of south saison 1, 2016

La série retrace donc la vie de Teresa Mendoza, mexicaine travaillant à la frontière en tant que changeuse d’argent. Elle tombe finalement amoureuse d’un trafiquant de drogue qui va bouleverser sa vie. Ce dernier va se faire tuer, et afin de survivre elle va devoir se battre pour sa vie en échappant au cartel Mexicain.

Mais plutôt que de vous spoiler (rassurez vous, je ne vous raconte pas plus que les premières minutes et ce qu’on peut lire sur tous les synopsis de la série), je voudrais surtout vous dire pourquoi cette série me plait.

Dans un premier temps, voir des femmes dans une position de pouvoir me plait, mais surtout lorsqu’elles ne se servent pas de leur sexualité pour arriver à leur fins. En effet, on ne retrouve que très peu de scène de sexe dans la série, il me semble n’en avoir vu que 2 à ce jour et pourtant c’est totalement le genre de clichés auxquels peuvent s’adonner certaines séries traitant de ce genre de sujet. Mais ici la série a fait fort en proposant des personnages féminins fort par leur caractères et non grâce à leur prouesses sexuelles.

Dans un deuxième temps, on ne s’ennuie jamais ! Le rythme est maintenu à chaque épisode, entre manipulation, mensonges, trahisons on ne sait plus où donner de la tête. Ce n’est pas pour autant que l’on s’y perds, la série est merveilleusement réalisée, on ne se retrouve pas avec 100000 noms différents à retenir, les personnages sont identifiables, même si on ne comprends pas vraiment l’utilisation des langues. En effet, la série se déroulant au Texas et au Mexique, l’anglais et l’espagnol sont d’usage, seulement la série se permet de passer de l’une à l’autre sans trop de raisons, contrairement à Narcos où le choix des langues est toujours justifié, et c’est pour ça, et je ne le répéterai jamais assez, qu’il est obligatoire de tout regarder en VOSTFR les amis !

Dans un troisième temps, l’intrigue est intéressante, il faut aimer les histoires de gangs, de trafic de drogue. On a ici une autre vision que ce que l’on nous propose, puisque Teressa se retrouve au bas de l’échelle, elle est d’abord une mule qui gravit petit à petit les échelons ce qui permets de ne pas embellir le monde de la drogue, on y voit les dangers, les risques encourus et les relations de pouvoir.

Je mettrais juste un petit point négatif, au delà du problème de l’usage des langues je ne suis pas convaincu par la performance de Veronica Falcon qui joue le rôle de la baronne de la drogue à Dallas, je ne la trouve pas assez convaincante. Mais je nuance mes propos car Alice Braga, dans le rôle de Teresa, donne réellement le ton à la série. Elle est formidable, et nous convainc totalement.

Yona Autin

Yona Autin

Passionnée par le monde qui nous entoure, j’ai décidé de partir à la découverte de ce dernier. La mangue étant probablement le fruit que j’ai le plus ingurgité ces dernières années je ne me vois plus passer plus de deux semaines sans cette dernière. Côté séries télé ? C’est tous les jours et j’ai beaucoup de mal à concevoir une bonne semaine sans avoir vu un bon épisode (voire même plusieurs en fait). Je rejoins donc l’équipe de Fruits qu’on fit pour vous apporter ma critique sur les séries télévisées qui font ou ont fait mon quotidien, en espérant vous donner envie de découvrir ces dernières ? Bisous fruités !

Ça correspond parfaitement à votre envie du moment ? Partagez à vos amis !

Pas encore rassasiés ?

Queen of the South : un parfait mélange entre pouvoir et histoire de drogue

Pourquoi j'ai aimé ?

Cartel mexicains, trafic de drogue, kidnapping, meurtre, mensonges, menaces, tous les ingrédients nécessaire pour une série entrainante.

C’est par pur hasard que j’ai découvert cette série proposée dans mes actualités Netflix. A l’heure actuelle ils ne possèdent les droits que sur la première saison, la seconde est en cours de diffusion sur la chaîne américaine USA. Honnêtement, j’ai dévoré cette saison 1 en quelques jours à peine !

Le nom m’interpellait, ainsi que son affiche, le ton est donné : Queen of the South ou la Reine du Sud. Adapté du roman du célèbre Arturo Pérez-Reverte, La Reine del Sur.

On découvre dès les premières minutes de la série une baronne de la drogue entourée de son cartel. Elle est abattue d’une balle dans la tête. On va alors découvrir comment elle en est arrivée là.

© Queen of south saison 1, 2016

La série retrace donc la vie de Teresa Mendoza, mexicaine travaillant à la frontière en tant que changeuse d’argent. Elle tombe finalement amoureuse d’un trafiquant de drogue qui va bouleverser sa vie. Ce dernier va se faire tuer, et afin de survivre elle va devoir se battre pour sa vie en échappant au cartel Mexicain.

Mais plutôt que de vous spoiler (rassurez vous, je ne vous raconte pas plus que les premières minutes et ce qu’on peut lire sur tous les synopsis de la série), je voudrais surtout vous dire pourquoi cette série me plait.

Dans un premier temps, voir des femmes dans une position de pouvoir me plait, mais surtout lorsqu’elles ne se servent pas de leur sexualité pour arriver à leur fins. En effet, on ne retrouve que très peu de scène de sexe dans la série, il me semble n’en avoir vu que 2 à ce jour et pourtant c’est totalement le genre de clichés auxquels peuvent s’adonner certaines séries traitant de ce genre de sujet. Mais ici la série a fait fort en proposant des personnages féminins fort par leur caractères et non grâce à leur prouesses sexuelles.

Dans un deuxième temps, on ne s’ennuie jamais ! Le rythme est maintenu à chaque épisode, entre manipulation, mensonges, trahisons on ne sait plus où donner de la tête. Ce n’est pas pour autant que l’on s’y perds, la série est merveilleusement réalisée, on ne se retrouve pas avec 100000 noms différents à retenir, les personnages sont identifiables, même si on ne comprends pas vraiment l’utilisation des langues. En effet, la série se déroulant au Texas et au Mexique, l’anglais et l’espagnol sont d’usage, seulement la série se permet de passer de l’une à l’autre sans trop de raisons, contrairement à Narcos où le choix des langues est toujours justifié, et c’est pour ça, et je ne le répéterai jamais assez, qu’il est obligatoire de tout regarder en VOSTFR les amis !

Dans un troisième temps, l’intrigue est intéressante, il faut aimer les histoires de gangs, de trafic de drogue. On a ici une autre vision que ce que l’on nous propose, puisque Teressa se retrouve au bas de l’échelle, elle est d’abord une mule qui gravit petit à petit les échelons ce qui permets de ne pas embellir le monde de la drogue, on y voit les dangers, les risques encourus et les relations de pouvoir.

Je mettrais juste un petit point négatif, au delà du problème de l’usage des langues je ne suis pas convaincu par la performance de Veronica Falcon qui joue le rôle de la baronne de la drogue à Dallas, je ne la trouve pas assez convaincante. Mais je nuance mes propos car Alice Braga, dans le rôle de Teresa, donne réellement le ton à la série. Elle est formidable, et nous convainc totalement.

Yona Autin

Yona Autin

Passionnée par le monde qui nous entoure, j’ai décidé de partir à la découverte de ce dernier. La mangue étant probablement le fruit que j’ai le plus ingurgité ces dernières années je ne me vois plus passer plus de deux semaines sans cette dernière. Côté séries télé ? C’est tous les jours et j’ai beaucoup de mal à concevoir une bonne semaine sans avoir vu un bon épisode (voire même plusieurs en fait). Je rejoins donc l’équipe de Fruits qu’on fit pour vous apporter ma critique sur les séries télévisées qui font ou ont fait mon quotidien, en espérant vous donner envie de découvrir ces dernières ? Bisous fruités !

Fiche technique

Pourquoi j'ai aimé ?

Cartel mexicains, trafic de drogue, kidnapping, meurtre, mensonges, menaces, tous les ingrédients nécessaire pour une série entrainante.

C’est par pur hasard que j’ai découvert cette série proposée dans mes actualités Netflix. A l’heure actuelle ils ne possèdent les droits que sur la première saison, la seconde est en cours de diffusion sur la chaîne américaine USA. Honnêtement, j’ai dévoré cette saison 1 en quelques jours à peine !

Le nom m’interpellait, ainsi que son affiche, le ton est donné : Queen of the South ou la Reine du Sud. Adapté du roman du célèbre Arturo Pérez-Reverte, La Reine del Sur.

On découvre dès les premières minutes de la série une baronne de la drogue entourée de son cartel. Elle est abattue d’une balle dans la tête. On va alors découvrir comment elle en est arrivée là.

© Queen of south saison 1, 2016

La série retrace donc la vie de Teresa Mendoza, mexicaine travaillant à la frontière en tant que changeuse d’argent. Elle tombe finalement amoureuse d’un trafiquant de drogue qui va bouleverser sa vie. Ce dernier va se faire tuer, et afin de survivre elle va devoir se battre pour sa vie en échappant au cartel Mexicain.

Mais plutôt que de vous spoiler (rassurez vous, je ne vous raconte pas plus que les premières minutes et ce qu’on peut lire sur tous les synopsis de la série), je voudrais surtout vous dire pourquoi cette série me plait.

Dans un premier temps, voir des femmes dans une position de pouvoir me plait, mais surtout lorsqu’elles ne se servent pas de leur sexualité pour arriver à leur fins. En effet, on ne retrouve que très peu de scène de sexe dans la série, il me semble n’en avoir vu que 2 à ce jour et pourtant c’est totalement le genre de clichés auxquels peuvent s’adonner certaines séries traitant de ce genre de sujet. Mais ici la série a fait fort en proposant des personnages féminins fort par leur caractères et non grâce à leur prouesses sexuelles.

Dans un deuxième temps, on ne s’ennuie jamais ! Le rythme est maintenu à chaque épisode, entre manipulation, mensonges, trahisons on ne sait plus où donner de la tête. Ce n’est pas pour autant que l’on s’y perds, la série est merveilleusement réalisée, on ne se retrouve pas avec 100000 noms différents à retenir, les personnages sont identifiables, même si on ne comprends pas vraiment l’utilisation des langues. En effet, la série se déroulant au Texas et au Mexique, l’anglais et l’espagnol sont d’usage, seulement la série se permet de passer de l’une à l’autre sans trop de raisons, contrairement à Narcos où le choix des langues est toujours justifié, et c’est pour ça, et je ne le répéterai jamais assez, qu’il est obligatoire de tout regarder en VOSTFR les amis !

Dans un troisième temps, l’intrigue est intéressante, il faut aimer les histoires de gangs, de trafic de drogue. On a ici une autre vision que ce que l’on nous propose, puisque Teressa se retrouve au bas de l’échelle, elle est d’abord une mule qui gravit petit à petit les échelons ce qui permets de ne pas embellir le monde de la drogue, on y voit les dangers, les risques encourus et les relations de pouvoir.

Je mettrais juste un petit point négatif, au delà du problème de l’usage des langues je ne suis pas convaincu par la performance de Veronica Falcon qui joue le rôle de la baronne de la drogue à Dallas, je ne la trouve pas assez convaincante. Mais je nuance mes propos car Alice Braga, dans le rôle de Teresa, donne réellement le ton à la série. Elle est formidable, et nous convainc totalement.

Yona Autin

Yona Autin

Passionnée par le monde qui nous entoure, j’ai décidé de partir à la découverte de ce dernier. La mangue étant probablement le fruit que j’ai le plus ingurgité ces dernières années je ne me vois plus passer plus de deux semaines sans cette dernière. Côté séries télé ? C’est tous les jours et j’ai beaucoup de mal à concevoir une bonne semaine sans avoir vu un bon épisode (voire même plusieurs en fait). Je rejoins donc l’équipe de Fruits qu’on fit pour vous apporter ma critique sur les séries télévisées qui font ou ont fait mon quotidien, en espérant vous donner envie de découvrir ces dernières ? Bisous fruités !

Ça correspond parfaitement à votre envie du moment ? Partagez à vos amis !

Pas encore rassasiés ?