fbpx

Vous souvenez-vous de Ken Loach, réalisateur de la Palme d’Or 2016, Moi, Daniel Blake ? Il est de retour pour le 72ème Festival de Cannes avec un film sur les difficultés sociales et la recherche d’emploi. Et oui, Loach s’attache à cette thématique qui lui est chère. On la trouve partout dans sa filmographie, et Sorry we missed you ne fait pas exception.

Synopsis de Sorry we missed you
Ricky et sa famille se battent contre la précarité depuis quelques années. Alors qu’il est temporairement sans emploi, Ricky a pour projet de devenir chauffeur-livreur à son compte. Abby, aide-soignante à domicile, l’aide à concrétiser son nouvel objectif professionnel. Mais Ricky doit rendre des comptes à la société de transport qui lui assigne ses courses et contrôle son travail, et finalement sa vie et celle des siens.

Une tranche de vie touchante

Autant vous prévenir tout de suite : Sorry we missed you est ce qu’on peut appeler un film tranche de vie. À savoir, on suit un moment de la vie des personnages pendant toute la durée du film, leur quotidien, leurs joies, leurs peines… Et pour que ça fonctionne, il faut un ingrédient très important : des personnages bien écrits et attachants. Et Ken Loach est passé maître dans ce domaine. On s’identifie rapidement à la famille de Ricky et Abby, soudée malgré les difficultés de la vie. Même le personnage de Seb, le fils aîné, qui entre régulièrement en conflit avec ses parents, n’est pas le cliché de l’ado rebelle et détestable ; c’est un gamin un peu paumé, droit dans ses bottes, loyal à ses amis et à sa famille, malgré les différents qui les oppose. C’est aussi un grande force du réalisateur : dénicher de parfaits inconnus, qui n’ont jamais joué de leur vie, et les magnifier en les dirigeant à la perfection.

Sorry we missed you : un scénario ancré dans notre époque

Alors que la France se déchire entre gilets jaunes et politiciens tout rouges, nous avons découvert à Cannes ce film social et profondément réaliste qui saura parler à tous les entrepreneurs ! 
Ken Loach est LE réalisateur britannique spécialisé dans le film social. Tout au long de sa filmographie, il veut faire en sorte que les classes défavorisées de notre société ne soit pas oubliées ou mises à l’écart. C’est bien évidement le cas de Sorry we missed you : il nous rappelle que même avec une lueur d’espoir, le chemin pour s’en sortir reste long et difficile, et que ça ne devrait pas être le cas. On voit néanmoins que cet espoir est primordial, c’est ce qui fait avancer dans les moments les plus durs. Ricky n’a qu’un objectif, de sortir sa famille de leur situation actuelle, quitte à passer des mois sans vraiment les voir, concentré sur son travail. De ce point de vue, le titre du film, qui fait référence aux avis de passage laissés par les livreurs en cas d’absence du destinataire, va s’appliquer à Ricky par rapport à sa famille.
Abby aime profondément sa famille, mais en tant qu’aide-soignante, elle est très impliquée auprès de ses « clients ». « Je déteste les définir comme ça. » va-t-elle dire ; c’est un personnage solaire, qui porte elle aussi en elle l’espoir de voir sa famille s’en sortir, mais qui saura toujours la mettre au premier plan, qui considèrera le travail comme secondaire lorsque son mari et ses enfants traverseront des moment difficiles.

En défruinitive…

Sorry we missed you est un excellent film, un drame touchant, émouvant, avec ses moments de pur bonheur malgré tout. Ken Loach est décidément un grand monsieur. J’ai généralement plus de mal avec ce genre d’histoire, les tranches de vie sont souvent, à mon sens, un peu lentes. Mais je suis touché par le style du réalisateur, et par la qualité de ses personnages. Je recommande fortement !
Et n’oubliez pas, pour bien grandir, mangez 5 films et séries par semaine !

Genre

Réalisation

Année de sortie

Vous souvenez-vous de Ken Loach, réalisateur de la Palme d'Or 2016, Moi, Daniel Blake ? Il est de retour pour le 72ème Festival de Cannes avec un film sur les difficultés sociales et la recherche d'emploi. Et oui, Loach s'attache à cette thématique qui lui est chère. On la trouve partout dans sa filmographie, et Sorry we missed you ne fait pas exception.

Synopsis de Sorry we missed you
Ricky et sa famille se battent contre la précarité depuis quelques années. Alors qu’il est temporairement sans emploi, Ricky a pour projet de devenir chauffeur-livreur à son compte. Abby, aide-soignante à domicile, l’aide à concrétiser son nouvel objectif professionnel. Mais Ricky doit rendre des comptes à la société de transport qui lui assigne ses courses et contrôle son travail, et finalement sa vie et celle des siens.

Une tranche de vie touchante

Autant vous prévenir tout de suite : Sorry we missed you est ce qu'on peut appeler un film tranche de vie. À savoir, on suit un moment de la vie des personnages pendant toute la durée du film, leur quotidien, leurs joies, leurs peines... Et pour que ça fonctionne, il faut un ingrédient très important : des personnages bien écrits et attachants. Et Ken Loach est passé maître dans ce domaine. On s'identifie rapidement à la famille de Ricky et Abby, soudée malgré les difficultés de la vie. Même le personnage de Seb, le fils aîné, qui entre régulièrement en conflit avec ses parents, n'est pas le cliché de l'ado rebelle et détestable ; c'est un gamin un peu paumé, droit dans ses bottes, loyal à ses amis et à sa famille, malgré les différents qui les oppose. C'est aussi un grande force du réalisateur : dénicher de parfaits inconnus, qui n'ont jamais joué de leur vie, et les magnifier en les dirigeant à la perfection.

Sorry we missed you : un scénario ancré dans notre époque

Alors que la France se déchire entre gilets jaunes et politiciens tout rouges, nous avons découvert à Cannes ce film social et profondément réaliste qui saura parler à tous les entrepreneurs ! 
Ken Loach est LE réalisateur britannique spécialisé dans le film social. Tout au long de sa filmographie, il veut faire en sorte que les classes défavorisées de notre société ne soit pas oubliées ou mises à l'écart. C'est bien évidement le cas de Sorry we missed you : il nous rappelle que même avec une lueur d'espoir, le chemin pour s'en sortir reste long et difficile, et que ça ne devrait pas être le cas. On voit néanmoins que cet espoir est primordial, c'est ce qui fait avancer dans les moments les plus durs. Ricky n'a qu'un objectif, de sortir sa famille de leur situation actuelle, quitte à passer des mois sans vraiment les voir, concentré sur son travail. De ce point de vue, le titre du film, qui fait référence aux avis de passage laissés par les livreurs en cas d'absence du destinataire, va s'appliquer à Ricky par rapport à sa famille.
Abby aime profondément sa famille, mais en tant qu'aide-soignante, elle est très impliquée auprès de ses "clients". "Je déteste les définir comme ça." va-t-elle dire ; c'est un personnage solaire, qui porte elle aussi en elle l'espoir de voir sa famille s'en sortir, mais qui saura toujours la mettre au premier plan, qui considèrera le travail comme secondaire lorsque son mari et ses enfants traverseront des moment difficiles.

En défruinitive...

Sorry we missed you est un excellent film, un drame touchant, émouvant, avec ses moments de pur bonheur malgré tout. Ken Loach est décidément un grand monsieur. J'ai généralement plus de mal avec ce genre d'histoire, les tranches de vie sont souvent, à mon sens, un peu lentes. Mais je suis touché par le style du réalisateur, et par la qualité de ses personnages. Je recommande fortement !
Et n'oubliez pas, pour bien grandir, mangez 5 films et séries par semaine !

Paul

Paul

La vie, c’est pas un (bébé) kiwi ! C’est probablement à cause de cette maxime que je suis un passionné de cinéma de divertissement. Le cinéma est pour moi un moyen de m’échapper et de ne pas penser au soucis du quotidien. Il m’aide à me vider la tête (ou la remplir d’autre chose). C’est pourquoi j’aime un peu tout dans le cinéma, du film d’action à la comédie romantique en passant par le thriller, le film historique ou la comédie.

Fiche technique

Genre

Réalisation

Tête d'affiche

Nationalité

Année de sortie

Vous souvenez-vous de Ken Loach, réalisateur de la Palme d'Or 2016, Moi, Daniel Blake ? Il est de retour pour le 72ème Festival de Cannes avec un film sur les difficultés sociales et la recherche d'emploi. Et oui, Loach s'attache à cette thématique qui lui est chère. On la trouve partout dans sa filmographie, et Sorry we missed you ne fait pas exception.

Synopsis de Sorry we missed you
Ricky et sa famille se battent contre la précarité depuis quelques années. Alors qu’il est temporairement sans emploi, Ricky a pour projet de devenir chauffeur-livreur à son compte. Abby, aide-soignante à domicile, l’aide à concrétiser son nouvel objectif professionnel. Mais Ricky doit rendre des comptes à la société de transport qui lui assigne ses courses et contrôle son travail, et finalement sa vie et celle des siens.

Une tranche de vie touchante

Autant vous prévenir tout de suite : Sorry we missed you est ce qu'on peut appeler un film tranche de vie. À savoir, on suit un moment de la vie des personnages pendant toute la durée du film, leur quotidien, leurs joies, leurs peines... Et pour que ça fonctionne, il faut un ingrédient très important : des personnages bien écrits et attachants. Et Ken Loach est passé maître dans ce domaine. On s'identifie rapidement à la famille de Ricky et Abby, soudée malgré les difficultés de la vie. Même le personnage de Seb, le fils aîné, qui entre régulièrement en conflit avec ses parents, n'est pas le cliché de l'ado rebelle et détestable ; c'est un gamin un peu paumé, droit dans ses bottes, loyal à ses amis et à sa famille, malgré les différents qui les oppose. C'est aussi un grande force du réalisateur : dénicher de parfaits inconnus, qui n'ont jamais joué de leur vie, et les magnifier en les dirigeant à la perfection.

Sorry we missed you : un scénario ancré dans notre époque

Alors que la France se déchire entre gilets jaunes et politiciens tout rouges, nous avons découvert à Cannes ce film social et profondément réaliste qui saura parler à tous les entrepreneurs ! 
Ken Loach est LE réalisateur britannique spécialisé dans le film social. Tout au long de sa filmographie, il veut faire en sorte que les classes défavorisées de notre société ne soit pas oubliées ou mises à l'écart. C'est bien évidement le cas de Sorry we missed you : il nous rappelle que même avec une lueur d'espoir, le chemin pour s'en sortir reste long et difficile, et que ça ne devrait pas être le cas. On voit néanmoins que cet espoir est primordial, c'est ce qui fait avancer dans les moments les plus durs. Ricky n'a qu'un objectif, de sortir sa famille de leur situation actuelle, quitte à passer des mois sans vraiment les voir, concentré sur son travail. De ce point de vue, le titre du film, qui fait référence aux avis de passage laissés par les livreurs en cas d'absence du destinataire, va s'appliquer à Ricky par rapport à sa famille.
Abby aime profondément sa famille, mais en tant qu'aide-soignante, elle est très impliquée auprès de ses "clients". "Je déteste les définir comme ça." va-t-elle dire ; c'est un personnage solaire, qui porte elle aussi en elle l'espoir de voir sa famille s'en sortir, mais qui saura toujours la mettre au premier plan, qui considèrera le travail comme secondaire lorsque son mari et ses enfants traverseront des moment difficiles.

En défruinitive...

Sorry we missed you est un excellent film, un drame touchant, émouvant, avec ses moments de pur bonheur malgré tout. Ken Loach est décidément un grand monsieur. J'ai généralement plus de mal avec ce genre d'histoire, les tranches de vie sont souvent, à mon sens, un peu lentes. Mais je suis touché par le style du réalisateur, et par la qualité de ses personnages. Je recommande fortement !
Et n'oubliez pas, pour bien grandir, mangez 5 films et séries par semaine !

Paul

Paul

La vie, c’est pas un (bébé) kiwi ! C’est probablement à cause de cette maxime que je suis un passionné de cinéma de divertissement. Le cinéma est pour moi un moyen de m’échapper et de ne pas penser au soucis du quotidien. Il m’aide à me vider la tête (ou la remplir d’autre chose). C’est pourquoi j’aime un peu tout dans le cinéma, du film d’action à la comédie romantique en passant par le thriller, le film historique ou la comédie.

Ça correspond parfaitement à votre envie du moment ? Partagez à vos amis !

Pas encore rassasiés ?

Genre

Réalisation

Année de sortie

Vous souvenez-vous de Ken Loach, réalisateur de la Palme d'Or 2016, Moi, Daniel Blake ? Il est de retour pour le 72ème Festival de Cannes avec un film sur les difficultés sociales et la recherche d'emploi. Et oui, Loach s'attache à cette thématique qui lui est chère. On la trouve partout dans sa filmographie, et Sorry we missed you ne fait pas exception.

Synopsis de Sorry we missed you
Ricky et sa famille se battent contre la précarité depuis quelques années. Alors qu’il est temporairement sans emploi, Ricky a pour projet de devenir chauffeur-livreur à son compte. Abby, aide-soignante à domicile, l’aide à concrétiser son nouvel objectif professionnel. Mais Ricky doit rendre des comptes à la société de transport qui lui assigne ses courses et contrôle son travail, et finalement sa vie et celle des siens.

Une tranche de vie touchante

Autant vous prévenir tout de suite : Sorry we missed you est ce qu'on peut appeler un film tranche de vie. À savoir, on suit un moment de la vie des personnages pendant toute la durée du film, leur quotidien, leurs joies, leurs peines... Et pour que ça fonctionne, il faut un ingrédient très important : des personnages bien écrits et attachants. Et Ken Loach est passé maître dans ce domaine. On s'identifie rapidement à la famille de Ricky et Abby, soudée malgré les difficultés de la vie. Même le personnage de Seb, le fils aîné, qui entre régulièrement en conflit avec ses parents, n'est pas le cliché de l'ado rebelle et détestable ; c'est un gamin un peu paumé, droit dans ses bottes, loyal à ses amis et à sa famille, malgré les différents qui les oppose. C'est aussi un grande force du réalisateur : dénicher de parfaits inconnus, qui n'ont jamais joué de leur vie, et les magnifier en les dirigeant à la perfection.

Sorry we missed you : un scénario ancré dans notre époque

Alors que la France se déchire entre gilets jaunes et politiciens tout rouges, nous avons découvert à Cannes ce film social et profondément réaliste qui saura parler à tous les entrepreneurs ! 
Ken Loach est LE réalisateur britannique spécialisé dans le film social. Tout au long de sa filmographie, il veut faire en sorte que les classes défavorisées de notre société ne soit pas oubliées ou mises à l'écart. C'est bien évidement le cas de Sorry we missed you : il nous rappelle que même avec une lueur d'espoir, le chemin pour s'en sortir reste long et difficile, et que ça ne devrait pas être le cas. On voit néanmoins que cet espoir est primordial, c'est ce qui fait avancer dans les moments les plus durs. Ricky n'a qu'un objectif, de sortir sa famille de leur situation actuelle, quitte à passer des mois sans vraiment les voir, concentré sur son travail. De ce point de vue, le titre du film, qui fait référence aux avis de passage laissés par les livreurs en cas d'absence du destinataire, va s'appliquer à Ricky par rapport à sa famille.
Abby aime profondément sa famille, mais en tant qu'aide-soignante, elle est très impliquée auprès de ses "clients". "Je déteste les définir comme ça." va-t-elle dire ; c'est un personnage solaire, qui porte elle aussi en elle l'espoir de voir sa famille s'en sortir, mais qui saura toujours la mettre au premier plan, qui considèrera le travail comme secondaire lorsque son mari et ses enfants traverseront des moment difficiles.

En défruinitive...

Sorry we missed you est un excellent film, un drame touchant, émouvant, avec ses moments de pur bonheur malgré tout. Ken Loach est décidément un grand monsieur. J'ai généralement plus de mal avec ce genre d'histoire, les tranches de vie sont souvent, à mon sens, un peu lentes. Mais je suis touché par le style du réalisateur, et par la qualité de ses personnages. Je recommande fortement !
Et n'oubliez pas, pour bien grandir, mangez 5 films et séries par semaine !

Paul

Paul

La vie, c’est pas un (bébé) kiwi ! C’est probablement à cause de cette maxime que je suis un passionné de cinéma de divertissement. Le cinéma est pour moi un moyen de m’échapper et de ne pas penser au soucis du quotidien. Il m’aide à me vider la tête (ou la remplir d’autre chose). C’est pourquoi j’aime un peu tout dans le cinéma, du film d’action à la comédie romantique en passant par le thriller, le film historique ou la comédie.

Fiche technique

Genre

Réalisation

Tête d'affiche

Nationalité

Année de sortie

Vous souvenez-vous de Ken Loach, réalisateur de la Palme d'Or 2016, Moi, Daniel Blake ? Il est de retour pour le 72ème Festival de Cannes avec un film sur les difficultés sociales et la recherche d'emploi. Et oui, Loach s'attache à cette thématique qui lui est chère. On la trouve partout dans sa filmographie, et Sorry we missed you ne fait pas exception.

Synopsis de Sorry we missed you
Ricky et sa famille se battent contre la précarité depuis quelques années. Alors qu’il est temporairement sans emploi, Ricky a pour projet de devenir chauffeur-livreur à son compte. Abby, aide-soignante à domicile, l’aide à concrétiser son nouvel objectif professionnel. Mais Ricky doit rendre des comptes à la société de transport qui lui assigne ses courses et contrôle son travail, et finalement sa vie et celle des siens.

Une tranche de vie touchante

Autant vous prévenir tout de suite : Sorry we missed you est ce qu'on peut appeler un film tranche de vie. À savoir, on suit un moment de la vie des personnages pendant toute la durée du film, leur quotidien, leurs joies, leurs peines... Et pour que ça fonctionne, il faut un ingrédient très important : des personnages bien écrits et attachants. Et Ken Loach est passé maître dans ce domaine. On s'identifie rapidement à la famille de Ricky et Abby, soudée malgré les difficultés de la vie. Même le personnage de Seb, le fils aîné, qui entre régulièrement en conflit avec ses parents, n'est pas le cliché de l'ado rebelle et détestable ; c'est un gamin un peu paumé, droit dans ses bottes, loyal à ses amis et à sa famille, malgré les différents qui les oppose. C'est aussi un grande force du réalisateur : dénicher de parfaits inconnus, qui n'ont jamais joué de leur vie, et les magnifier en les dirigeant à la perfection.

Sorry we missed you : un scénario ancré dans notre époque

Alors que la France se déchire entre gilets jaunes et politiciens tout rouges, nous avons découvert à Cannes ce film social et profondément réaliste qui saura parler à tous les entrepreneurs ! 
Ken Loach est LE réalisateur britannique spécialisé dans le film social. Tout au long de sa filmographie, il veut faire en sorte que les classes défavorisées de notre société ne soit pas oubliées ou mises à l'écart. C'est bien évidement le cas de Sorry we missed you : il nous rappelle que même avec une lueur d'espoir, le chemin pour s'en sortir reste long et difficile, et que ça ne devrait pas être le cas. On voit néanmoins que cet espoir est primordial, c'est ce qui fait avancer dans les moments les plus durs. Ricky n'a qu'un objectif, de sortir sa famille de leur situation actuelle, quitte à passer des mois sans vraiment les voir, concentré sur son travail. De ce point de vue, le titre du film, qui fait référence aux avis de passage laissés par les livreurs en cas d'absence du destinataire, va s'appliquer à Ricky par rapport à sa famille.
Abby aime profondément sa famille, mais en tant qu'aide-soignante, elle est très impliquée auprès de ses "clients". "Je déteste les définir comme ça." va-t-elle dire ; c'est un personnage solaire, qui porte elle aussi en elle l'espoir de voir sa famille s'en sortir, mais qui saura toujours la mettre au premier plan, qui considèrera le travail comme secondaire lorsque son mari et ses enfants traverseront des moment difficiles.

En défruinitive...

Sorry we missed you est un excellent film, un drame touchant, émouvant, avec ses moments de pur bonheur malgré tout. Ken Loach est décidément un grand monsieur. J'ai généralement plus de mal avec ce genre d'histoire, les tranches de vie sont souvent, à mon sens, un peu lentes. Mais je suis touché par le style du réalisateur, et par la qualité de ses personnages. Je recommande fortement !
Et n'oubliez pas, pour bien grandir, mangez 5 films et séries par semaine !

Paul

Paul

La vie, c’est pas un (bébé) kiwi ! C’est probablement à cause de cette maxime que je suis un passionné de cinéma de divertissement. Le cinéma est pour moi un moyen de m’échapper et de ne pas penser au soucis du quotidien. Il m’aide à me vider la tête (ou la remplir d’autre chose). C’est pourquoi j’aime un peu tout dans le cinéma, du film d’action à la comédie romantique en passant par le thriller, le film historique ou la comédie.

Ça correspond parfaitement à votre envie du moment ? Partagez à vos amis !

Pas encore rassasiés ?