Entre deux dossiers pour mon master 2, je viens de me faire l’intégralité de la saison 1 de The end of the f***ing world et je suis, comment dire, très touchée par ces 2h40 de série.

Au départ on se demande un peu où on met les pieds. James est un adolescent, persuadé d’être un psychopathe depuis son plus jeune âge. Il aime se faire du mal, il aime tuer des animaux mais commence à s’ennuyer un peu et voudrait tuer une proie plus grosse, à savoir un humain. D’un autre côté Alyssa ne se reconnait pas dans le monde dans lequel elle vit, elle décide de se tourner vers James, qui lui semble bien plus intéressant que le reste des élèves de son lycée.

Un ado psychopathe, une fille perdue avec une vie familiale compliquée. Très vite on se laisse entraîner par l’humour noir de la série, très caractéristique des séries britanniques. Les moments censés nous inspirer le dégoût nous font finalement sourire, voire rire.

L’histoire de ces deux adolescents en quête d’eux mêmes est émouvante, chacun est habité par une triste histoire qui a fait d’eux les jeunes adultes qu’ils sont aujourd’hui. Nous sommes invités grâce aux différents flash back à découvrir leur vie et les voir évoluer tout au long des épisodes. Car oui, en partant dans un road trip dangereux les deux adolescents voient leur vie chamboulée et ne pourront probablement pas retrouver leur vie telle qu’ils l’ont laissée en décidant de partir.

Cinématographiquement, il est possible de critiquer la durée de l’action qui peut sembler lente, cependant je trouve la mise en scène, la réalisation et les choix de montage très réussis et s’imbriquant parfaitement avec l’intrigue.

 

A voir sans hésiter !

The end of the f***king world : un road trip d'enfer pour deux ados en quête d'eux même

Genre

Réalisation

Nationalité

Année de sortie

Entre deux dossiers pour mon master 2, je viens de me faire l’intégralité de la saison 1 de The end of the f***ing world et je suis, comment dire, très touchée par ces 2h40 de série.

Au départ on se demande un peu où on met les pieds. James est un adolescent, persuadé d’être un psychopathe depuis son plus jeune âge. Il aime se faire du mal, il aime tuer des animaux mais commence à s’ennuyer un peu et voudrait tuer une proie plus grosse, à savoir un humain. D’un autre côté Alyssa ne se reconnait pas dans le monde dans lequel elle vit, elle décide de se tourner vers James, qui lui semble bien plus intéressant que le reste des élèves de son lycée.

Un ado psychopathe, une fille perdue avec une vie familiale compliquée. Très vite on se laisse entraîner par l’humour noir de la série, très caractéristique des séries britanniques. Les moments censés nous inspirer le dégoût nous font finalement sourire, voire rire.

L’histoire de ces deux adolescents en quête d’eux mêmes est émouvante, chacun est habité par une triste histoire qui a fait d’eux les jeunes adultes qu’ils sont aujourd’hui. Nous sommes invités grâce aux différents flash back à découvrir leur vie et les voir évoluer tout au long des épisodes. Car oui, en partant dans un road trip dangereux les deux adolescents voient leur vie chamboulée et ne pourront probablement pas retrouver leur vie telle qu’ils l’ont laissée en décidant de partir.

Cinématographiquement, il est possible de critiquer la durée de l’action qui peut sembler lente, cependant je trouve la mise en scène, la réalisation et les choix de montage très réussis et s’imbriquant parfaitement avec l’intrigue.

 

A voir sans hésiter !

Yona Autin

Yona Autin

Passionnée par le monde qui nous entoure, j’ai décidé de partir à la découverte de ce dernier. La mangue étant probablement le fruit que j’ai le plus ingurgité ces dernières années je ne me vois plus passer plus de deux semaines sans cette dernière. Côté séries télé ? C’est tous les jours et j’ai beaucoup de mal à concevoir une bonne semaine sans avoir vu un bon épisode (voire même plusieurs en fait). Je rejoins donc l’équipe de Fruits qu’on fit pour vous apporter ma critique sur les séries télévisées qui font ou ont fait mon quotidien, en espérant vous donner envie de découvrir ces dernières ? Bisous fruités !

Fiche technique

Genre

Réalisation

Tête d'affiche

Nationalité

Année de sortie

Entre deux dossiers pour mon master 2, je viens de me faire l’intégralité de la saison 1 de The end of the f***ing world et je suis, comment dire, très touchée par ces 2h40 de série.

Au départ on se demande un peu où on met les pieds. James est un adolescent, persuadé d’être un psychopathe depuis son plus jeune âge. Il aime se faire du mal, il aime tuer des animaux mais commence à s’ennuyer un peu et voudrait tuer une proie plus grosse, à savoir un humain. D’un autre côté Alyssa ne se reconnait pas dans le monde dans lequel elle vit, elle décide de se tourner vers James, qui lui semble bien plus intéressant que le reste des élèves de son lycée.

Un ado psychopathe, une fille perdue avec une vie familiale compliquée. Très vite on se laisse entraîner par l’humour noir de la série, très caractéristique des séries britanniques. Les moments censés nous inspirer le dégoût nous font finalement sourire, voire rire.

L’histoire de ces deux adolescents en quête d’eux mêmes est émouvante, chacun est habité par une triste histoire qui a fait d’eux les jeunes adultes qu’ils sont aujourd’hui. Nous sommes invités grâce aux différents flash back à découvrir leur vie et les voir évoluer tout au long des épisodes. Car oui, en partant dans un road trip dangereux les deux adolescents voient leur vie chamboulée et ne pourront probablement pas retrouver leur vie telle qu’ils l’ont laissée en décidant de partir.

Cinématographiquement, il est possible de critiquer la durée de l’action qui peut sembler lente, cependant je trouve la mise en scène, la réalisation et les choix de montage très réussis et s’imbriquant parfaitement avec l’intrigue.

 

A voir sans hésiter !

Yona Autin

Yona Autin

Passionnée par le monde qui nous entoure, j’ai décidé de partir à la découverte de ce dernier. La mangue étant probablement le fruit que j’ai le plus ingurgité ces dernières années je ne me vois plus passer plus de deux semaines sans cette dernière. Côté séries télé ? C’est tous les jours et j’ai beaucoup de mal à concevoir une bonne semaine sans avoir vu un bon épisode (voire même plusieurs en fait). Je rejoins donc l’équipe de Fruits qu’on fit pour vous apporter ma critique sur les séries télévisées qui font ou ont fait mon quotidien, en espérant vous donner envie de découvrir ces dernières ? Bisous fruités !

Ça correspond parfaitement à votre envie du moment ? Partagez à vos amis !

Pas encore rassasiés ?

The end of the f***king world : un road trip d'enfer pour deux ados en quête d'eux même

Genre

Réalisation

Nationalité

Année de sortie

Entre deux dossiers pour mon master 2, je viens de me faire l’intégralité de la saison 1 de The end of the f***ing world et je suis, comment dire, très touchée par ces 2h40 de série.

Au départ on se demande un peu où on met les pieds. James est un adolescent, persuadé d’être un psychopathe depuis son plus jeune âge. Il aime se faire du mal, il aime tuer des animaux mais commence à s’ennuyer un peu et voudrait tuer une proie plus grosse, à savoir un humain. D’un autre côté Alyssa ne se reconnait pas dans le monde dans lequel elle vit, elle décide de se tourner vers James, qui lui semble bien plus intéressant que le reste des élèves de son lycée.

Un ado psychopathe, une fille perdue avec une vie familiale compliquée. Très vite on se laisse entraîner par l’humour noir de la série, très caractéristique des séries britanniques. Les moments censés nous inspirer le dégoût nous font finalement sourire, voire rire.

L’histoire de ces deux adolescents en quête d’eux mêmes est émouvante, chacun est habité par une triste histoire qui a fait d’eux les jeunes adultes qu’ils sont aujourd’hui. Nous sommes invités grâce aux différents flash back à découvrir leur vie et les voir évoluer tout au long des épisodes. Car oui, en partant dans un road trip dangereux les deux adolescents voient leur vie chamboulée et ne pourront probablement pas retrouver leur vie telle qu’ils l’ont laissée en décidant de partir.

Cinématographiquement, il est possible de critiquer la durée de l’action qui peut sembler lente, cependant je trouve la mise en scène, la réalisation et les choix de montage très réussis et s’imbriquant parfaitement avec l’intrigue.

 

A voir sans hésiter !

Yona Autin

Yona Autin

Passionnée par le monde qui nous entoure, j’ai décidé de partir à la découverte de ce dernier. La mangue étant probablement le fruit que j’ai le plus ingurgité ces dernières années je ne me vois plus passer plus de deux semaines sans cette dernière. Côté séries télé ? C’est tous les jours et j’ai beaucoup de mal à concevoir une bonne semaine sans avoir vu un bon épisode (voire même plusieurs en fait). Je rejoins donc l’équipe de Fruits qu’on fit pour vous apporter ma critique sur les séries télévisées qui font ou ont fait mon quotidien, en espérant vous donner envie de découvrir ces dernières ? Bisous fruités !

Fiche technique

Genre

Réalisation

Tête d'affiche

Nationalité

Année de sortie

Entre deux dossiers pour mon master 2, je viens de me faire l’intégralité de la saison 1 de The end of the f***ing world et je suis, comment dire, très touchée par ces 2h40 de série.

Au départ on se demande un peu où on met les pieds. James est un adolescent, persuadé d’être un psychopathe depuis son plus jeune âge. Il aime se faire du mal, il aime tuer des animaux mais commence à s’ennuyer un peu et voudrait tuer une proie plus grosse, à savoir un humain. D’un autre côté Alyssa ne se reconnait pas dans le monde dans lequel elle vit, elle décide de se tourner vers James, qui lui semble bien plus intéressant que le reste des élèves de son lycée.

Un ado psychopathe, une fille perdue avec une vie familiale compliquée. Très vite on se laisse entraîner par l’humour noir de la série, très caractéristique des séries britanniques. Les moments censés nous inspirer le dégoût nous font finalement sourire, voire rire.

L’histoire de ces deux adolescents en quête d’eux mêmes est émouvante, chacun est habité par une triste histoire qui a fait d’eux les jeunes adultes qu’ils sont aujourd’hui. Nous sommes invités grâce aux différents flash back à découvrir leur vie et les voir évoluer tout au long des épisodes. Car oui, en partant dans un road trip dangereux les deux adolescents voient leur vie chamboulée et ne pourront probablement pas retrouver leur vie telle qu’ils l’ont laissée en décidant de partir.

Cinématographiquement, il est possible de critiquer la durée de l’action qui peut sembler lente, cependant je trouve la mise en scène, la réalisation et les choix de montage très réussis et s’imbriquant parfaitement avec l’intrigue.

 

A voir sans hésiter !

Yona Autin

Yona Autin

Passionnée par le monde qui nous entoure, j’ai décidé de partir à la découverte de ce dernier. La mangue étant probablement le fruit que j’ai le plus ingurgité ces dernières années je ne me vois plus passer plus de deux semaines sans cette dernière. Côté séries télé ? C’est tous les jours et j’ai beaucoup de mal à concevoir une bonne semaine sans avoir vu un bon épisode (voire même plusieurs en fait). Je rejoins donc l’équipe de Fruits qu’on fit pour vous apporter ma critique sur les séries télévisées qui font ou ont fait mon quotidien, en espérant vous donner envie de découvrir ces dernières ? Bisous fruités !

Ça correspond parfaitement à votre envie du moment ? Partagez à vos amis !

Pas encore rassasiés ?