The shape of water (la forme de l’eau) est le dernier film du grand Guillermo Del Toro (Le labyrinthe de Pan, Hellboy), l’un des réalisateurs contemporains les plus talentueux de son époque. Le film, largement récompensé aux oscars, est profondément touchant et magnifique dans sa réalisation, oscillant entre la réalité et le fantasque.

Une fois encore, Guillermo Del Toro parvient à créer une œuvre poétique d’une grande simplicité scénaristique malgré les apparences, en introduisant une violence humaine froide qui va rentrer en conflit avec la beauté fantastique du film.

L’histoire se passe en pleine guerre froide. Eliza est une modeste employée d’un laboratoire gouvernemental ultra secret, et mène une existence solitaire, d’autant plus isolée qu’elle est muette. Sa vie bascule à jamais lorsqu’elle et sa collègue Zelda découvrent une expérience encore plus secrète que les autres… Cette expérience prend la forme d’une créature ressemblant à un humain amphibien (visible dans la bande annonce). J’aimerais féliciter le gigantesque travail de costume sur ce personnage, qui donne un réalisme fou, là ou de la CGI non maîtrisée aurait gâché toute l’immersion. Le reste de la réalisation est tout aussi magnifique avec un style très prononcé et une musique à vous bercer pendant des heures (par le compositeur Alexandre Desplat).

The shape of water explore les différentes façons de réagir à l’inconnu. Ainsi, se confrontent tout d’abord des entités qui veulent détruire ce qu’ils ne comprennent pas, puis ceux qui ne veulent pas dévoiler leur univers imaginaire et enfin ceux qui veulent le partager au monde. C’est parmi ce savoureux mélange que l’on va s’attacher au personnage d’Eliza, adorable employée qui rencontre enfin quelqu’un qui la regarde pour ce qu’elle est vraiment. C’est la relation entre la jeune femme et la créature qui va permettre au film d’atteindre toute sa profondeur, posant un nombre incalculable de questionnements, tellement la poésie véhicule énormément de sens. Ce sera à chacun d’interpréter à sa façon ce rêve éveillé du cinéma.

Je vous encourage fortement à aller voir « The shape of water » et à vous noyer dans cet océan fantastique qui parvient à nous faire tant rêver.

Vous pourriez aimer…

Réalisation

Tête d'affiche

Nationalité

Année de sortie

The shape of water (la forme de l'eau) est le dernier film du grand Guillermo Del Toro (Le labyrinthe de Pan, Hellboy), l'un des réalisateurs contemporains les plus talentueux de son époque. Le film, largement récompensé aux oscars, est profondément touchant et magnifique dans sa réalisation, oscillant entre la réalité et le fantasque.

Une fois encore, Guillermo Del Toro parvient à créer une œuvre poétique d'une grande simplicité scénaristique malgré les apparences, en introduisant une violence humaine froide qui va rentrer en conflit avec la beauté fantastique du film.

L'histoire se passe en pleine guerre froide. Eliza est une modeste employée d’un laboratoire gouvernemental ultra secret, et mène une existence solitaire, d’autant plus isolée qu’elle est muette. Sa vie bascule à jamais lorsqu’elle et sa collègue Zelda découvrent une expérience encore plus secrète que les autres… Cette expérience prend la forme d'une créature ressemblant à un humain amphibien (visible dans la bande annonce). J'aimerais féliciter le gigantesque travail de costume sur ce personnage, qui donne un réalisme fou, là ou de la CGI non maîtrisée aurait gâché toute l'immersion. Le reste de la réalisation est tout aussi magnifique avec un style très prononcé et une musique à vous bercer pendant des heures (par le compositeur Alexandre Desplat).

The shape of water explore les différentes façons de réagir à l'inconnu. Ainsi, se confrontent tout d'abord des entités qui veulent détruire ce qu'ils ne comprennent pas, puis ceux qui ne veulent pas dévoiler leur univers imaginaire et enfin ceux qui veulent le partager au monde. C'est parmi ce savoureux mélange que l'on va s'attacher au personnage d'Eliza, adorable employée qui rencontre enfin quelqu'un qui la regarde pour ce qu'elle est vraiment. C'est la relation entre la jeune femme et la créature qui va permettre au film d'atteindre toute sa profondeur, posant un nombre incalculable de questionnements, tellement la poésie véhicule énormément de sens. Ce sera à chacun d'interpréter à sa façon ce rêve éveillé du cinéma.

Je vous encourage fortement à aller voir "The shape of water" et à vous noyer dans cet océan fantastique qui parvient à nous faire tant rêver.

Vous pourriez aimer...

Simon

Simon

http://www.simonperoys.fr/

Calme et discret, j’ai un goût prononcé pour le 7e art ! Pourquoi ? Parce que le cinéma est un art formidable. Il permet de rêver, de se cultiver, de rire, de se retrouver, de s’émouvoir. Pour moi, il n’y a pas de genre de film parfait, le principal est d’en prendre plein les yeux ! J’essaye d’apprécier chaque film à sa juste valeur. Les salles obscures me font toujours un effet particulier, car quand j’étais enfant, je n’y allais pas souvent. Les séances étaient alors pour moi des moments tant attendus. Aujourd’hui, je déguste le cinéma sans modération pour me rafraichir les idées, tel un melon savoureux et sucré que l’on peut consommer à volonté.

Fiche technique

Genre

Réalisation

Tête d'affiche

Nationalité

Année de sortie

The shape of water (la forme de l'eau) est le dernier film du grand Guillermo Del Toro (Le labyrinthe de Pan, Hellboy), l'un des réalisateurs contemporains les plus talentueux de son époque. Le film, largement récompensé aux oscars, est profondément touchant et magnifique dans sa réalisation, oscillant entre la réalité et le fantasque.

Une fois encore, Guillermo Del Toro parvient à créer une œuvre poétique d'une grande simplicité scénaristique malgré les apparences, en introduisant une violence humaine froide qui va rentrer en conflit avec la beauté fantastique du film.

L'histoire se passe en pleine guerre froide. Eliza est une modeste employée d’un laboratoire gouvernemental ultra secret, et mène une existence solitaire, d’autant plus isolée qu’elle est muette. Sa vie bascule à jamais lorsqu’elle et sa collègue Zelda découvrent une expérience encore plus secrète que les autres… Cette expérience prend la forme d'une créature ressemblant à un humain amphibien (visible dans la bande annonce). J'aimerais féliciter le gigantesque travail de costume sur ce personnage, qui donne un réalisme fou, là ou de la CGI non maîtrisée aurait gâché toute l'immersion. Le reste de la réalisation est tout aussi magnifique avec un style très prononcé et une musique à vous bercer pendant des heures (par le compositeur Alexandre Desplat).

The shape of water explore les différentes façons de réagir à l'inconnu. Ainsi, se confrontent tout d'abord des entités qui veulent détruire ce qu'ils ne comprennent pas, puis ceux qui ne veulent pas dévoiler leur univers imaginaire et enfin ceux qui veulent le partager au monde. C'est parmi ce savoureux mélange que l'on va s'attacher au personnage d'Eliza, adorable employée qui rencontre enfin quelqu'un qui la regarde pour ce qu'elle est vraiment. C'est la relation entre la jeune femme et la créature qui va permettre au film d'atteindre toute sa profondeur, posant un nombre incalculable de questionnements, tellement la poésie véhicule énormément de sens. Ce sera à chacun d'interpréter à sa façon ce rêve éveillé du cinéma.

Je vous encourage fortement à aller voir "The shape of water" et à vous noyer dans cet océan fantastique qui parvient à nous faire tant rêver.

Vous pourriez aimer...

Simon

Simon

http://www.simonperoys.fr/

Calme et discret, j’ai un goût prononcé pour le 7e art ! Pourquoi ? Parce que le cinéma est un art formidable. Il permet de rêver, de se cultiver, de rire, de se retrouver, de s’émouvoir. Pour moi, il n’y a pas de genre de film parfait, le principal est d’en prendre plein les yeux ! J’essaye d’apprécier chaque film à sa juste valeur. Les salles obscures me font toujours un effet particulier, car quand j’étais enfant, je n’y allais pas souvent. Les séances étaient alors pour moi des moments tant attendus. Aujourd’hui, je déguste le cinéma sans modération pour me rafraichir les idées, tel un melon savoureux et sucré que l’on peut consommer à volonté.

Ça correspond parfaitement à votre envie du moment ? Partagez à vos amis !

Pas encore rassasiés ?

Réalisation

Tête d'affiche

Nationalité

Année de sortie

The shape of water (la forme de l'eau) est le dernier film du grand Guillermo Del Toro (Le labyrinthe de Pan, Hellboy), l'un des réalisateurs contemporains les plus talentueux de son époque. Le film, largement récompensé aux oscars, est profondément touchant et magnifique dans sa réalisation, oscillant entre la réalité et le fantasque.

Une fois encore, Guillermo Del Toro parvient à créer une œuvre poétique d'une grande simplicité scénaristique malgré les apparences, en introduisant une violence humaine froide qui va rentrer en conflit avec la beauté fantastique du film.

L'histoire se passe en pleine guerre froide. Eliza est une modeste employée d’un laboratoire gouvernemental ultra secret, et mène une existence solitaire, d’autant plus isolée qu’elle est muette. Sa vie bascule à jamais lorsqu’elle et sa collègue Zelda découvrent une expérience encore plus secrète que les autres… Cette expérience prend la forme d'une créature ressemblant à un humain amphibien (visible dans la bande annonce). J'aimerais féliciter le gigantesque travail de costume sur ce personnage, qui donne un réalisme fou, là ou de la CGI non maîtrisée aurait gâché toute l'immersion. Le reste de la réalisation est tout aussi magnifique avec un style très prononcé et une musique à vous bercer pendant des heures (par le compositeur Alexandre Desplat).

The shape of water explore les différentes façons de réagir à l'inconnu. Ainsi, se confrontent tout d'abord des entités qui veulent détruire ce qu'ils ne comprennent pas, puis ceux qui ne veulent pas dévoiler leur univers imaginaire et enfin ceux qui veulent le partager au monde. C'est parmi ce savoureux mélange que l'on va s'attacher au personnage d'Eliza, adorable employée qui rencontre enfin quelqu'un qui la regarde pour ce qu'elle est vraiment. C'est la relation entre la jeune femme et la créature qui va permettre au film d'atteindre toute sa profondeur, posant un nombre incalculable de questionnements, tellement la poésie véhicule énormément de sens. Ce sera à chacun d'interpréter à sa façon ce rêve éveillé du cinéma.

Je vous encourage fortement à aller voir "The shape of water" et à vous noyer dans cet océan fantastique qui parvient à nous faire tant rêver.

Vous pourriez aimer...

Simon

Simon

http://www.simonperoys.fr/

Calme et discret, j’ai un goût prononcé pour le 7e art ! Pourquoi ? Parce que le cinéma est un art formidable. Il permet de rêver, de se cultiver, de rire, de se retrouver, de s’émouvoir. Pour moi, il n’y a pas de genre de film parfait, le principal est d’en prendre plein les yeux ! J’essaye d’apprécier chaque film à sa juste valeur. Les salles obscures me font toujours un effet particulier, car quand j’étais enfant, je n’y allais pas souvent. Les séances étaient alors pour moi des moments tant attendus. Aujourd’hui, je déguste le cinéma sans modération pour me rafraichir les idées, tel un melon savoureux et sucré que l’on peut consommer à volonté.

Fiche technique

Genre

Réalisation

Tête d'affiche

Nationalité

Année de sortie

The shape of water (la forme de l'eau) est le dernier film du grand Guillermo Del Toro (Le labyrinthe de Pan, Hellboy), l'un des réalisateurs contemporains les plus talentueux de son époque. Le film, largement récompensé aux oscars, est profondément touchant et magnifique dans sa réalisation, oscillant entre la réalité et le fantasque.

Une fois encore, Guillermo Del Toro parvient à créer une œuvre poétique d'une grande simplicité scénaristique malgré les apparences, en introduisant une violence humaine froide qui va rentrer en conflit avec la beauté fantastique du film.

L'histoire se passe en pleine guerre froide. Eliza est une modeste employée d’un laboratoire gouvernemental ultra secret, et mène une existence solitaire, d’autant plus isolée qu’elle est muette. Sa vie bascule à jamais lorsqu’elle et sa collègue Zelda découvrent une expérience encore plus secrète que les autres… Cette expérience prend la forme d'une créature ressemblant à un humain amphibien (visible dans la bande annonce). J'aimerais féliciter le gigantesque travail de costume sur ce personnage, qui donne un réalisme fou, là ou de la CGI non maîtrisée aurait gâché toute l'immersion. Le reste de la réalisation est tout aussi magnifique avec un style très prononcé et une musique à vous bercer pendant des heures (par le compositeur Alexandre Desplat).

The shape of water explore les différentes façons de réagir à l'inconnu. Ainsi, se confrontent tout d'abord des entités qui veulent détruire ce qu'ils ne comprennent pas, puis ceux qui ne veulent pas dévoiler leur univers imaginaire et enfin ceux qui veulent le partager au monde. C'est parmi ce savoureux mélange que l'on va s'attacher au personnage d'Eliza, adorable employée qui rencontre enfin quelqu'un qui la regarde pour ce qu'elle est vraiment. C'est la relation entre la jeune femme et la créature qui va permettre au film d'atteindre toute sa profondeur, posant un nombre incalculable de questionnements, tellement la poésie véhicule énormément de sens. Ce sera à chacun d'interpréter à sa façon ce rêve éveillé du cinéma.

Je vous encourage fortement à aller voir "The shape of water" et à vous noyer dans cet océan fantastique qui parvient à nous faire tant rêver.

Vous pourriez aimer...

Simon

Simon

http://www.simonperoys.fr/

Calme et discret, j’ai un goût prononcé pour le 7e art ! Pourquoi ? Parce que le cinéma est un art formidable. Il permet de rêver, de se cultiver, de rire, de se retrouver, de s’émouvoir. Pour moi, il n’y a pas de genre de film parfait, le principal est d’en prendre plein les yeux ! J’essaye d’apprécier chaque film à sa juste valeur. Les salles obscures me font toujours un effet particulier, car quand j’étais enfant, je n’y allais pas souvent. Les séances étaient alors pour moi des moments tant attendus. Aujourd’hui, je déguste le cinéma sans modération pour me rafraichir les idées, tel un melon savoureux et sucré que l’on peut consommer à volonté.

Ça correspond parfaitement à votre envie du moment ? Partagez à vos amis !

Pas encore rassasiés ?